Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
RDV sig-nancy
Actualités Avant-Match SIG-Nancy (ce soir à 20h) : Victoire im-pé-ra-ti-ve !

Avant-Match SIG-Nancy (ce soir à 20h) : Victoire im-pé-ra-ti-ve !

 

Après trois défaites consécutives qui l’ont fait rentrer dans le rang, la SIG reçoit Nancy (vendredi à 20h) dans un derby brûlant. Mal partis, les Lorrains restent sur deux victoires de suite. Les hommes de Collet, même diminués, doivent retrouver l’esprit de conquête qui leur avait permis de gagner quatre matches d’affilée en octobre pour renouer avec le succès. Pour ne pas devenir « anonymes » en ProA.

Les basketteurs de la SIG ont vécu une semaine pleine à l’entraînement. Ils ont même eu droit à du rab hier en fin de matinée pour que John Shurna et Romain Duport les deux nouveaux, venus en renfort des blessés, Aymeric Jeanneau et Max Zianveni, puissent accélérer leur intégration. Et Vincent Collet a beaucoup communiqué, parfois en tête à tête, avec ses joueurs. Le message est clair : pas le droit à l’erreur. Sous peine de glisser dans la seconde moitié du tableau. « Le championnat est si serré qu’on peut aussi remonter très vite » glisse Aymeric Jeanneau, qui se morfond au bord du parquet et travaille le « foncier » que son dos douloureux lui permet d’entretenir. Certes, mais il faut se rappeler le nom des prochains clients de la SIG : Cholet, Le Mans et un peu tard, juste après Noël, Chalon. Excusez du peu…

Intensité, fluidité et rigueur

Il faudra avant tout que la SIG retrouve les vertus défensives qu’elle avait laissées aux vestiaires, contre Paris-Levallois, pour espérer un résultat positif, ce vendredi soir au Rhenus. Oublier les egos, faire preuve de solidarité et faire trébucher des Nancéens persuadés d’être sortis du tunnel dans lequel les a, pour partie, plongé la rupture des ligaments du genou de Jamal Shuler, pur diamant du SLUC, qui n’avait joué que quelques minutes dans le premier match de la saison. Un moment lanterne rouge, une situation à laquelle l’équipe de Monschau a été rarement confrontée, Nancy s’est offert le scalp de Gravelines au Sportica, une belle performance acquise en prolongation, puis celui de Dijon, dont la SIG a déjà mesuré l’engagement et la détermination cette saison. Deux succès obtenus de surcroît sans John Linehan, « le métronome, celui qui donne le tempo en défense » estime Jean-Luc Monschau.

Comble de malchance, alors que l’ex-meneur américain de la SIG est toujours convalescent, mais bien présent au Rhenus, les Lorrains ont perdu Shawn King, leur meilleur intérieur (15,1 pts et 6,9 rebonds de moyenne dans les huit premiers matches), opéré mercredi d’une hernie discale ! « Au moins nous serons sur un pied d’égalité dans ce domaine, car nous avons également deux joueurs majeurs blessés » souligne Vincent Collet.

Au-delà des malheurs des uns et des autres, l’entraîneur strasbourgeois sait bien que la réponse est avant tout dans la capacité de la SIG a retrouvé l’intensité du mois d’octobre. Appuyée sur des fondations défensives solides, la SIG pourra aller de l’avant. Limiter les pertes de balles qui ont « plombé » la première mi-temps parisienne, retrouver de la fluidité dans le jeu d’attaque. Ainsi Alexis Ajinça, qui s’était un peu « dispersé » la semaine dernière, devra retrouver son jeu simple et efficace près du cercle. Avec l’appui, si besoin, de la deuxième tour jumelle, Romain Duport (2,15m également), recruté comme pigiste médical de Maxime Zianveni pour proposer un relais à Ajinça. « Avec Ajinça, Duport et Vincent Pourchot, le Nancéen, qui culmine à 2,21m, nous aurons les trois plus grands joueurs de ProA sur le parquet » s’amuse Collet. Pourchot (20 ans seulement), n’est toutefois pas encore entré en jeu cette saison…

Diabaté, Sommerville, Sylla, Martin : le danger peut venir de partout

La SIG aurait tort de se fier au classement pour juger de la valeur des Nancéens. Avec Solo Diabaté (15,4 pts, 4,5 passes de moyenne), c’est encore un meneur-scoreur qui se présente. Et avec le puissant et expérimenté Marcellus Sommerville, la taille et la présence d’Abdelkader Sylla, sorti de l’ombre d’Akingbala, l’adresse de Torrell Martin (53,5% à trois points), la science de Jean-Luc Monschau pour faire l’amalgame, le danger peut venir de partout… Vincent Collet ne s’y trompe pas. Avec Pierre Tavano, son adjoint, il a pu constater, de visu, mardi soir à Gentilly que les Lorrains étaient en progrès. Le SLUC affrontait en Eurochallenge les Chypriotes de Limassol, portés par Brandon Brown, meilleur marqueur de la compétition et aussitôt contacté par Nancy pour une pige… Nancy a remporté un net succès (87-69) qui le relance en Coupe d’Europe et apprécié l’apport précieux du banc : Kenny Grant (16 pts) pourtant peu en vue e ProA cette saison, Bingo Merriex (15 pts, 7 rebonds), Hervé Touré ou Nicholas Pope. Monschau est cependant conscient du déficit de taille que son équipe devra combler ce soir, sans King (2,07m) son plus grand joueur. «  En centimètres, nous serons forcément dominés. À nous d’essayer d’éloigner ces centimètres de notre panier… »

 

La SIG aussi a des arguments. Alors, si Ricardo Greer, très sollicité en raison des circonstances, évolue à nouveau avec la même constance en attaque et en défense, celle qui lui a valu d’être élu joueur du mois d’octobre, si Gérald Fitch fait les bons choix offensifs, si Jeff Greer retrouve enfin la mire, et si Louis Campbell retrouve la justesse de son jeu d’attaque, la SIG a les arguments nécessaires pour faire chuter Nancy. Sans oublier le relais des deux jeunes loups, Toupane et Invernizzi, à qui Collet donne réellement leur chance, ni celui de John Shurna qui voudra prouver pour sa première sortie à domicile, qu’il peut apporter quelque chose à l’édifice strasbourgeois.

Le public du Rhenus devra quoi qu’il arrive peser de tout son soutien sur les événements en portant son équipe comme il l’avait fait contre Villeurbanne, pour ponctuer un quatrième succès d’affilée. Les Strasbourgeois pourraient alors à nouveau regarder vers le haut…

Jean-Claude Frey