Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
Débrief
Actualités Débrief de Vincent Collet : "Retrouver de l'intensité"

Débrief de Vincent Collet : "Retrouver de l'intensité"

Echaudée vendredi à Paris, la SIG traverse une période difficile. Aux quatre victoires consécutives (à Limoges, contre Dijon, au Havre et face à Villeurbanne) ont succédé trois défaites (à Poitiers, contre Roanne et à Paris). Un malheur ne venant jamais seul, Maxime Zianveni a rejoint Nicolas de Jong et Aymeric Jeanneau à l’infirmerie pour plusieurs semaines. Deux nouveaux joueurs, John Shurna et Romain Duport, sont venus suppléer les trois blessés du moment ; il va falloir les intégrer rapidement. Vincent Collet nous en parle…

-          Comment expliquer la lourde défaite (89-72) subie à Coubertin ?

-          Pour la première fois, nous avons perdu notre schéma défensif, celui qui nous permettait d’être dans les matches même lorsque nous les perdions. Il y a plusieurs raisons à cela. Tout d’abord, la capacité offensive de Paris qui a sans doute le plus gros potentiel de la Ligue dans ce domaine, avec Chalon. Et puis Aymeric Jeanneau et Maxime Zianveni nous ont beaucoup manqué en défense. Le premier pour empêcher les pénétrations, le second parce qu’il est sans doute le meilleur défenseur de nos trois intérieurs.

-          Ces blessures, contrariantes, expliquent-elles à elles seules cette déroute ?

-          On ne va pas se réfugier derrière les blessés. On a perdu notre intensité défensive et les fautes d’Alexis Ajinça, dont certaines étaient très sévères, nous ont pénalisés au moment où nous revenions un peu dans le match en début de seconde mi-temps.

-          L’équipe est-elle moralement atteinte ?

-          Non, on ne peut pas dire ça. Bien sûr, nous étions tous très déçus. On vit une période difficile et on se pose des questions. Mais il ne faut pas se désunir. Je suis surtout contrarié parce que ce n’était pas une « bonne » défaite.

-          Comment l’équipe peut-elle rebondir dans ce contexte délicat ?

-          Je m’interroge surtout sur notre capacité à rebondir. Depuis trois semaines, on « bricole » à l’entraînement, par la force des choses. Avant le match de Villeurbanne, Aymeric avait quasiment connu une semaine blanche, sans entraînement. Et depuis samedi, l’IRM a confirmé ce que nous redoutions : la blessure de Maxime Zianveni est sérieuse et exige le repos complet jusqu’à Noël. A l’entraînement, le cinq était opposé aux espoirs. Ce n’est que de la qualité et de l’intensité du travail à l’entraînement que viennent les succès…

-          Quel jugement peut-on porter sur les premiers pas de John Shurna sous le maillot de la SIG ?

-          C’est un jeune joueur, arrivé dans un contexte difficile. Il a une très bonne attitude à l’entraînement et il va s’intégrer rapidement. Mais il lui faut s’adapter au basket professionnel car il ne faut pas oublier qu’il était encore en Collège il y a quelques mois. Mais il a été plongé d’emblée dans le grand bain à Paris. Il a vu le niveau du championnat, compris l’adaptation à faire à l’arbitrage…

-          L’arrivée de Romain Duport lundi peut-elle modifier vos plans ?

-          C’est d’abord une bonne nouvelle. Cela nous donne un groupe plus consistant à l’entraînement, là où se forgent les futures victoires. Nous le suivions depuis un moment et nous avions envisagé sa venue en début de saison, après la blessure de Nicolas de Jong. Avec son profil (2,15m), il ne peut guère que remplacer Alexis Ajinça mais c’est déjà important pour mieux gérer la rotation sur le poste 5. Car on ne peut quasiment pas envisager de les faire jouer ensemble. Et puis, avec deux nouveaux éléments dans le collectif, il faut un peu de temps. John et Romain viennent depuis ce mardi plus tôt à l’entraînement pour apprendre nos systèmes de jeu et les assimiler.

-          Cette perte de temps peut-elle être préjudiciable aux résultats ?

-          C’est souvent comme cela mais c’est aussi la règle du jeu en sport… Il faut savoir composer avec ces éléments contraires. A nous de retrouver prioritairement le dynamisme défensif du début de saison et cet aspect primordial du jeu concerne tous les joueurs de l’équipe.

Premières réponses vendredi au Rhenus face à Nancy, dans une spirale inverse puisqu’après un début catastrophique, les Lorrains viennent de gagner deux fois de suite…

Propos recueillis par Jean-Claude Frey