Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
sig-nanterre1
Actualités Voir les oreilles de Mickey

Voir les oreilles de Mickey

SIG – Nanterre, mercredi à 18h

Confortée par son succès à Boulazac (85-90), la SIG sait qu’en battant Nanterre ce mercredi (18h) au Rhenus, elle aura quasiment validé son billet pour la Disneyland Paris Leaders Cup, la nouvelle appellation de la Semaine des As. Prudence toutefois, les Franciliens ont de sacrés atouts !

Vincent Collet sait mieux que personne qu’il faudra à la SIG maîtriser de nombreux paramètres pour enchaîner un troisième succès de rang contre la Jeunesse Sportive des Fontenelles de Nanterre. Le premier, c’est sans aucun doute la fatigue. Un long déplacement à Boulazac, les fêtes de Noël et la perspective d’un troisième match en six jours, dès vendredi à Chalon ! Le second, c’est l’enjeu de ce choc face à un adversaire à l’affût, à un point seulement de la SIG, qui lorgne lui aussi le rendez-vous de février à Marle-la-Vallée. Le troisième enfin, et non des moindres, c’est la valeur de l’adversaire…

« Un candidat évident au top 8 »

Nanterre a connu un début de saison laborieux, enchaînant deux défaites pour démarrer sa saison. Dans la foulée, ce club très familial (Jean Donnadieu est président, ses fils Pascal et Frédéric entraînent les pros et les espoirs) qui a connu 11 montées en 24 ans avec le même coach ( !) a fait quelques retouches en signant Chris Massie puis Trenton Meachan et Mamoutou Diarra. « Depuis l’arrivée des deux nouveaux Américains, ce n’est plus la même équipe, dixit Collet. C’est un candidat évident pour le top 8. Mésestimé à tort par les observateurs ».

Le coach de la SIG, lui, s’en méfie plus que tout. « C’est une équipe joueuse, très performante offensivement et cela devrait nous valoir un match très ouvert » ajoute-t-il. 54,44% de réussite à deux points, 35,33% à trois points, la 4e place de la ProA dans ces deux statistiques, là où la SIG n’est que 12e et 13e avec respectivement 50,73% et 31,44%. Voilà qui plante le décor.

Cinq Américains solides constituent la base de la JSFN. Le meneur, Chris Warren, virevoltant et fort shooteur (13 pts de moyenne et 3 passes), retenu pour le concours des meneurs du All Stars Game de dimanche prochain ; Trenton Meacham un numéro 2 très adroit à trois points ; David Lighty (24 ans), ancien coéquipier à l’Université de Greg Oden, n°1 de la draft NBA et de Mike Conley, le meneur de Memphis, meilleur réalisateur de Nanterre et probablement une des très bonnes pioches de la ProA cette saison ; Chris Oliver, que les Strasbourgeois connaissent bien puisqu’il a porté le maillot de la SIG la saison dernière ; et enfin le vieux routier Chris Massie (36 ans, 2,06m), champion et MVP de ProB avec Limoges. Et ce n’est pas tout. Ajoutez à ce cocktail détonant le sniper Xavier Corosine, capable de scorer dans toutes les positions, sélectionné pour le concours de tirs à trois points du All Star Game de Bercy, l’imprévisible shooteur qu’est Stephen Brun et le roc Johan Passave-Ducteil qui vient de réussir son premier double-double à Cholet (13 rebonds, 12 points, meilleure évaluation) et vous aurez une idée de la tâche qui attend les Strasbourgeois. On n’oubliera pas non plus Mamoutou Diarra, l’ex-ailier international aux 46 sélections, médaillé de bronze à l’Euro 2005, présent aux Mondiaux du Japon en 2006 et trois fois All Star, venu compléter récemment ce riche effectif.

« Le danger peut venir de partout et Nanterre dispose de huit joueurs capables chacun de marquer 20 points dans un match ! » souligne Vincent Collet. « Il ne faudra pas les laisser s’installer dans leur jeu, faire l’effort pour les ralentir ». Ce que ni Chalon, battu 81-74, ni Cholet, dominé à la Meilleraie (71-72), les deux dernières victimes des Franciliens, ne sont parvenus à faire…

S’installer dans le haut du tableau

Si la SIG a aussi ses All Stars avec Ricardo Greer et Alexis Ajinça, dans le cinq majeur des deux sélections française et étrangère, elle misera avant tout sur sa force collective. Sur la fluidité de son jeu d’attaque, en net progrès, et sur la dureté de sa défense pour contrôler les atouts offensifs de Nanterre qui voyage moyennement bien. Deux victoires à l’extérieur seulement, chez le voisin parisien et à Cholet précisément, mais elles forcent le respect !

« Une victoire peut nous permettre de confirmer la bascule vers le haut du tableau. Et elle nous assurerait quasiment la participation à la Leaders Cup » insiste Collet. Un œil sur le classement suffit pour s’en convaincre. Avec deux matches aller restant à jouer, après celui de la Saint-Etienne (à Chalon vendredi et contre Orléans début janvier), la SIG compterait en cas de succès ce mercredi deux points d’avance sur les cinq équipes qui occupent aujourd’hui la 10e place, auxquelles il faudrait alors ajouter Nanterre. Par le jeu du panier average positif contre Nancy, Limoges, Le Havre et… Nanterre, la SIG serait d’ores et déjà hors d’atteinte…

Mais avant de faire des plans sur la comète, il faut s’atteler à la tâche avec le sérieux qui caractérise la SIG à domicile. Et séduire comme elle a su le faire par séquences un public attendu très nombreux en cette période de trêve. Ce n’est qu’à cette condition que les Strasbourgeois pourront aborder 2013 le cœur léger avec le sentiment du devoir accompli. Et entrevoir dès à présent, au loin, les oreilles de Mickey !

Jean-Claude Frey