Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
Vincent&John
Actualités Débrief de Vincent Collet après la victoire au Mans.

Débrief de Vincent Collet après la victoire au Mans.

Où s’arrêteront-ils ?

Et de sept ! Après son exploit au Mans, la SIG partage depuis samedi la tête de la ProA avec la seule équipe de Gravelines. Même si Vincent Collet, son coach, reste très lucide quant à la suite de la saison, il a apprécié, dans la Sarthe, la performance et les attitudes de ses joueurs…

-          Ce match au Mans, où vous avez des attaches et beaucoup de (bons) souvenirs, était un peu particulier pour vous. Comment l’avez-vous vécu depuis le banc ?

-          On le craignait parce qu’on les savait très motivés. J’ai beaucoup insisté là-dessus auprès des joueurs. C’était autant le mental que le niveau de notre basket qui ferait la différence. Il fallait résister à la furia, à la débauche d’énergie qu’ils nous proposeraient. Et mes joueurs ont répondu au-delà de mes espérances…

-          Qu’est-ce qui a fait la différence entre ces deux équipes de haut de classement ?

-          Nous avons proposé un jeu très consistant, dense, et nous avons été très disciplinés. Il fallait les faire bouger en défense et on ne l’a jamais aussi bien fait que samedi. Les joueurs ont fait beaucoup d’efforts sans ballon pour garder un maximum de surface de jeu et cela a payé, les paniers arrivant souvent après une longue série de passes et un jeu très construit.

-          A quel moment avez-vous senti que le match basculait en votre faveur ?

-          Dans le 3e quart-temps. En dépit de la qualité de notre jeu et de nos efforts, on n’avait pas creusé l’écart en première mi-temps (NDLR : la SIG menait 47-45 à la pause). On avait été inattentif sur le repli dans le premier ¼ temps, distrait au rebond dans le deuxième, et on les avait laissé attaquer en « drive ». On a très bien corrigé ces petits défauts dès la reprise, fait quelques stops défensifs et marqué des paniers importants en attaque. L’écart s’est creusé progressivement et on l’a savamment construit.

-          Après avoir compté une dizaine de points d’avance, l’équipe ne s’est jamais relâchée ?

-          C’est ce qui m’a le plus fait plaisir. Je craignais qu’on retombe dans ce petit travers. Là, on n’a rien lâché jusqu’au bout, on a été très constants…

« Un Louis Campbell exceptionnel »Louis Campbell

-          55,73% de réussite aux tirs, 22 passes décisives, 10 balles perdues seulement, 101 d’évaluation, vous affolez tous les compteurs statistiques ?

-          C’est vrai qu’on continue à progresser dans la gestion du jeu. Nous avions 14 « assists » et deux balles perdues à la mi-temps, 16 et 5 à la fin du 3e quart-temps. Trois balles perdues sont imputables aux trois fautes offensives consécutives sifflées contre Ricardo Greer dans les deux dernières minutes ! Dont deux n’y étaient sans doute pas ! Mais la différence s’est faite grâce au match de Louis Campbell, qui a réussi un match exceptionnel de créativité sans une seule balle perdue, scorant au passage 18 points, ce qui situe le niveau de sa performance.

-          Jeff Greer disait il y a une semaine que chaque joueur pouvait à tour de rôle, être le meilleur scoreur…

-          C’est ce qui fait notre force en ce moment. Tous les joueurs ont apporté quelque chose. Alexis (Ajinça) a été très précieux et il a subi quatre fautes très sévères, mais a été décisif dans chacun de ses passages sur le terrain, notamment au décrochage du début de seconde mi-temps. Aymeric (Jeanneau) fut excellent même si cela n’apparaît pas dans les stats et sa complémentarité avec Louis (Campbell) fut encore précieuse, Fitch, peu en rythme parce qu’il s’était peu entraîné ces dernières semaines, a parfaitement alterné le banc et le terrain, apportant toujours quelque chose à l’équipe. Axel (Toupane) est très clairement en hausse, Romain a gommé les difficultés qui ont empêché Alexis d’avoir plus de 18 minutes de temps de jeu. Ricardo (Greer) a peut-être moins pesé que dans certains autres matches, mais c’est une bonne chose que l’équipe puisse compenser ; Jeff n’a pas eu la réussite de la semaine précédente mais il s’est bien battu, comme à son habitude. Quant à John Shurna, c’est le « Monsieur Plus » de la SIG !

-          Après sept victoires de suite, qui pourra vous arrêter ?

-          Espérons que ce ne soit pas l’équipe qui avait stoppé notre première série, Poitiers, qui nous rend visite vendredi ! Tout le monde est convaincu qu’on gagnera facilement et les joueurs pourraient eux aussi le penser. Grave erreur… Il faut garder le cap mais être conscient que nous n’avons pas de marge. Sur la base de la réussite et de la confiance qui nous habitent en ce moment, il faut préparer les matches où ça rigolera peut-être moins. Continuer par l’exigence dans le travail à préparer les matches de demain. Bien sûr, on prend notre situation actuelle avec beaucoup de plaisir, mais de grâce, pas d’euphorie superflue !

Propos recueillis par Jean-Claude Frey