Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Sans titre 2
Actualités Dribbles et rebonds : Double confrontation, double enjeu

Dribbles et rebonds : Double confrontation, double enjeu

 

Groupe

Le sport en général  ─ et le basket en particulier ne déroge pas à la règle ─, n’est pas une science exacte. Vincent Collet, dont on connaît pourtant l’approche cartésienne des rencontres, ne nous démentira pas. Trop de paramètres extérieurs, psychologiques ou tactiques, interfèrent régulièrement pour venir jeter le trouble. Car s’il suffisait de regarder le classement pour connaître à l’avance les résultats, la logique voudrait que la SIG s’impose coup sur coup, contre Orléans ce samedi, puis Paris-Levallois le 19 janvier, dans un Rhenus qui devrait enfin bouillir comme un chaudron.

Comment une équipe, en tête du classement de ProA, certes avec cinq autres formations, mais qui est la seule de ce sextette à avoir joué huit fois à l’extérieur en 14 rencontres, pourrait-elle laisser échapper une occasion en or de disputer deux matches d’affilée à domicile ? Pour s’installer (définitivement ?) dans le cercle majeur du championnat…

Oui mais voilà (voir plus haut), il ne s’agira pas lors des deux prochains samedis d’un exercice purement mathématique, ce serait trop facile. Et la victoire sur le fil de Roanne au Rhenus (61-63), à la mi-novembre, qui constitue encore la seule défaite à domicile des Strasbourgeois, est là pour le rappeler.

Artillerie lourde

D’autres éléments plaident en faveur de la prudence la plus élémentaire. Après les artilleurs à longue distance de Nanterre, heureusement éteints par la grosse défense de la SIG après la pause, ce sont les deux forces offensives les plus redoutables de la ProA qui s’offrent à la troupe de Collet. Les deux seules d’ailleurs à afficher une moyenne de plus de 80 points en attaque. Orléans (80,2 pts), auteur d’un 12 sur 15 à trois points hallucinant, en première mi-temps contre Nancy juste avant le réveillon, et son artillerie légère, puis Paris-Levallois (83,7 pts) et sa force de frappe, qui allie puissance et vitesse. Le match du 24 novembre reste d’ailleurs bien présent à l’esprit des Strasbourgeois qui avaient subi dans la capitale la seule déculottée du cycle aller.

Pourtant, toujours en référence au classement, la SIG qui a repris l’entraînement dimanche avec enthousiasme et confiance, aura de réelles sources de motivation dans cette double confrontation à double enjeu. Un premier succès contre Orléans lui offrirait à coup sûr une place dans le premier chapeau de quatre équipes pour le tirage au sort de la Leaders Cup de février à Disneyland, puisque les battus de Gravelines – Chalon (vendredi) et de Le Mans – Lyon-Villeurbanne (lundi) en seraient automatiquement écartés !  Une seconde victoire face à Paris, lui procurerait au moins trois victoires d’avance sur tous les candidats qui luttent pour la 8e place qui donne accès aux play offs.

Voilà bien deux bonnes raisons pour mettre le feu au Rhenus. Même s’il faudra sans doute à la SIG, plutôt que dans un style flamboyant qui n’est pas forcément le sien, cuire ses prochains adversaires à l’étouffée. Un peu à la sauce chalonnaise…

Jean-Claude Frey