Basket
vincent_1.jpg
nzeulie_1.jpg
BOUTIQUE EN LIGNE OFFICIELLE
SOLDES 2018: C'EST PARTI !
Sig-Orleans_214856-56
Actualités Victoire de la SIG face à Orléans : 81-70

Victoire de la SIG face à Orléans : 81-70

[tab titre="Résumé du match" id=1]

Sig-Orleans_223218-128Et de cinq !

La belle série de la SIG continue. Une cinquième victoire de suite lui permet de finir les matches aller dans le quatuor de tête. Privés de Gerald Fitch, blessé, les Strasbourgeois ont parfaitement maîtrisé ce choc redouté contre Orléans (81-70) et affronteront Paris samedi prochain dans un sommet à la saveur particulière.

Les deux équipes ne s’étaient pas lâchées d’un pouce en première période (37-37). Portée par un extraordinaire Ricardo Greer, au four et au moulin, la SIG avait tenu tête au basket léché des Orléanais. Mais un coup d’accélérateur meurtrier, en début de seconde mi-temps, ponctué d’un 15-0 assassin en moins de quatre minutes, a coupé les ailes des joueurs du Loiret.

Rien ne laissait présager ce break décisif. Car si Ajinça ouvrait le ban sous le cercle, Orléans trouvait rapidement ses marques : 2-7, 4-10 (3e’). Neuf points de R. Greer inversaient tout d’abord la tendance (17-12, 8e’) mais Orléans, à l’effectif impressionnant, ouvrait son banc pour reprendre l’avantage (17-18) avant que l’impeccable Monsieur Ricardo ne permette à la SIG de virer en tête : 20-17. La SIG perturbait encore le bel agencement de l’attaque orléanaise qui ne connaissait pas sa réussite habituelle à trois points (4 sur 10 à la pause, 7 sur 24 au total) et trouvait des occasions de contre-attaque : 25-18 (12e’). Invernizzi venait de réussir le premier panier derrière l’arc de son équipe mais il dût aussitôt quitter ses équipiers, sanctionné d’une troisième faute. Ajinça « s’offrait » une faute de frustration et des arbitres tatillons transformaient le match en concours de lancers-francs. Orléans avait trouvé avec Brian Greene un atout majeur pour revenir dans le sillage des Strasbourgeois (29-27, 33-30 et même 35-37 après un 0-7). L’adresse avait fui Shurna et les siens (1 sur 11 à trois points à la pause !), la SIG se compliquant souvent la tâche.

La SIG appuie sur le champignon

Sig-Orleans_213736-099Au retour des vestiaires, le match changea brutalement de physionomie. Ricardo Greer venait d’inscrire son 18e point (40-37) quand son frère « planta » deux paniers bonifiés de suite. Une résurrection ! Shurna lui emboîtait le pas, Campbell déroulait, Jeanneau orchestrait et la défense de la SIG avait sérieusement resserré les boulons. Orléans était K.-O debout : 52-37 (24e’) ! Philippe Hervé, le coach d’en face, tentait de sonner la révolte, mais la SIG avait étouffé les Orléanais. « Ils nous ont dominé physiquement et quand on est mené de 15 points à l’extérieur, c’est difficile de revenir » concédera Marc-Antoine Pellin, pris dans la nasse. « On a essayé de réagir mais le rendement habituel de Caleb Green, malade toute la semaine, nous a fait défaut. Strasbourg nous a fait déjouer ».

La SIG a sans doute eu tort de croire que le match était plié. Car si l’écart ne changeait plus guère jusqu’à la fin du 3e quart temps (65-50), elle tombait dans la facilité au début de la dernière période. Balles perdues (cinq seulement avant la pause mais 17 au total), excès de collectif par moments, et Orléans revenait sur les talons des Alsaciens : 65-60 (34e’) ! « Cela me chagrine un peu que l’on ait dû s’y reprendre à deux fois pour gagner ce match » regrettera Vincent Collet tout de même fier de ses troupes. « Heureusement on a trouvé les relations à l’intérieur avec Alexis et l’équipe a bien réagi ». Passé en zone-press, Orléans restera menaçant jusqu’à 72-67. Mais deux dunks rageurs d’Ajinça et un panier longue distance de Shurna redonnaient de l’air à la SIG qui maintiendra l’écart jusqu’au bout.

« Je n’ai pas aimé du tout notre visage ce soir, dira Philippe Hervé,  on a été mauvais. Mais Strasbourg n’a rien à envier aux équipes avec lesquelles elle partage la tête. L’arrivée de Shurna a équilibré l’ensemble qui a une grande polyvalence et peut s’adapter à toutes les situations, contrairement à d’autres formations ».

Sig-Orleans_214856-56Pour Ricardo Greer, ce 10e succès vient récompenser le travail de toute l’équipe : « C’est toujours difficile de reprendre après un break de 15 jours et Orléans est une grosse équipe. Mais quand on a mis les tirs en début de troisième quart temps, on a fait la différence. Contre Paris qui nous a botté les fesses au match aller, on aura une revanche à prendre ».

Chiche ?

Jean-Claude Frey

 

Les chiffres du match

SIG – ORLEANS 81-70.

Les périodes : 20-18, 17-19 (mi-temps : 37-37), 28-13 (65-50), 16-20. Arbitres : Mme Delaune, MM. Milliot et Karaquillo. 4550 spectateurs.

SIG : 27 paniers sur 53 tirs (51%) dont 6 sur 22 à trois points, 21 LF sur 23, 38 rebonds (R. Greer 10) dont 3 offensifs, 23 fautes, 21 passes (Campbell 8), 17 balles perdues.

Campbell 10, J. Greer 10, Toupane, Ajinça 20, R. Greer 22, puis Shurna 11, Invernizzi 3, Jeanneau 2, Duport 3.

ORLEANS : 22 paniers sur 61 tirs (36%) dont 7 sur 24 à trois points, 19 LF sur 27, 30 rebonds (B. Greene 8), 23 fautes, 9 passes (Young 3), 13 balles perdues.

B. Greene 21, Lebrun, Raposo 2, Pellin 16, Hill 7, puis Young 6, Eito 4, C. Green 4, Hill 7.

[/tab]

[tab titre="Match en direct" id=1]

DSC_0117

Le score à la mi-temps: 37/37

 Score final: 81/70, nouvelle victoire de la SIG, toujours co-leader de la ProA!

Suivez le match en direct sur le site de la LNB

 

Actus tout au long du match sur Twitter et les photos en direct sur Facebook.

 

 

[/tab]

 

[tab titre="Photos du match" id=1]

[fbphotos id=589035761112735]

[/tab]