Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
Gravelines-Sig-ldc3-0042
Actualités La SIG joue gros contre Chalon (ce soir à 20h30)

La SIG joue gros contre Chalon (ce soir à 20h30)

Une semaine après sa défaite en finale de la Leaders Cup contre Gravelines, la SIG doit relever, sans Gerald Fitch, un nouveau défi de taille face au champion de France en titre, Chalon, ce soir à 20h30 au Rhenus.

L’appétit vient en mangeant. En alignant une superbe série de victoires de plus de deux mois en championnat, la SIG s’est octroyé un nouveau statut. Elle s’est aussi donné les moyens de l’assumer et le moment est sans doute bien choisi pour le prouver à nouveau.

Pourtant, depuis le retour de Disneyland, la semaine a été riche en rebondissements. De bonnes nouvelles d’abord : le prolongement de John Shurna jusqu’à la fin de saison, puis celui de Romain Duport et enfin le retour de Maxime Zianveni dans l’effectif désormais « riche » des Strasbourgeois. Les moins agréables enfin : le départ précipité aux Etats-Unis, pour raisons familiales, de Gerald Fitch, absent ce soir, et la blessure de Jeff Greer, victime d’une entorse de la cheville jeudi, ménagé depuis mais qui devrait tenir sa place.

Tchicamboud manquera aussi

Heureusement, si l’on ose écrire, Chalon n’a pas été épargné non plus. Les hommes de Gregor Beugnot ont disputé deux rencontres de moins que la SIG à la Disney Arena, éliminés dès les quarts par Paris-Levallois, et en ont profité pour accentuer la cadence à l’entraînement. Mais ils devront se passer ce soir de leur meneur de jeu et capitaine, Steed Tchicamboud (déchirure au mollet) alors que Marcus Denmon et Ilian Evtimov soignent encore une gastro-entérite. Le joueur des Spurs de San Antonio, revenu depuis trois matches après une longue absence pour blessure, sera sur le parquet, peut-être affaibli, mais le shooteur longue distance reste très incertain…

On peut donc imaginer que les deux équipes partiront à égalité dans ce match « qui en vaut quatre » selon l’expression de Vincent Collet. Pour rester dans la roue de Gravelines, la SIG doit s’imposer. Elle aurait alors trois matches d’avance (deux plus le panier-average) sur les Bourguignons avec 10 rencontres à jouer. « Dans ce cas, on ne les reverra plus » admet Gregor Beugnot. Battu au Colisée fin décembre (66-73), l’Elan Chalon s’est mis en tête de gagner ce soir de huit points pour garder l’espoir de décrocher l’un des deux premières places de la saison régulière. Car les deux coaches sont unanimes pour reconnaître « qu’elles seront déterminantes, lors des play offs, puisqu’elles offrent l’avantage du terrain en quart et en demi-finale ».

Gravelines-Sig-ldc4-0001

10 sur 10 ?

A Cholet, lors de la 10e journée, la SIG avait bouclé le premier tiers du championnat par son dernier revers (77-75). Ce soir, elle achève, lors de la 20e journée, le deuxième tiers de la saison régulière. En espérant bien s’offrir un 10e succès d’affilée en ProA, une série inédite pour le club ! Il faudra y mettre du cœur, c’est sûr, pour oublier la finale perdue et relancer la mécanique. Se souvenir que sans Fitch ni Ricardo Greer, mais avec un John Shurna de feu (19 points), un collectif qui faisait déjà merveille et une solidarité totale, la SIG s’était imposée à l’aller. Un avantage qu’il ne faut pas galvauder.

Depuis lors, pourtant, la troupe de Beugnot a repris des couleurs. Et avant de rencontrer… Gravelines vendredi, elle mise sur les valeurs qui ont fait sa force. « On retrouve du jeu, de la discipline, de l’investissement et de la dureté. Mais Strasbourg est une équipe qui a un peu les mêmes caractéristiques que nous. Elle est hiérarchisée, avec des individualités capables de faire la différence s’il le faut. C’est très complet » déclare Gregor Beugnot dans les colonnes du Journal de Saône-et-Loire.

Vincent Collet sait, pour sa part, que Chalon n’a sûrement pas tout perdu des forces qui lui ont permis de réussir, en 2012, son formidable triplé (Semaine des As, Coupe de France et championnat). Mais il est convaincu, comme son vis-à-vis, qu’en ayant laissé échapper deux trophées déjà, Chalon ne peut plus miser que sur la défense de son titre de champion. Et que cela passera sans doute par un succès au Rhenus…

Duels à gogo

Ce match alléchant sera aussi celui de quelques face-à-face de choix. Alexis Ajinça face à Shelden Williams, Ricardo Greer face à l’énorme Blake Schilb, Louis Campbell contre Marcus Denmon, Jeff Greer opposé au jeune Alsacien Nicolas Lang dont le père avait porté les couleurs de… la SIG. Et on n’oubliera pas le musculeux « JBAM » ou l’explosif Aboudou, antithèses de John Shurna, Romain Duport ou Maxime Zianveni dont on salue avec plaisir le retour après trois mois de galère.

Vincent Collet n’ignore pas que le redémarrage après l’intermède plutôt réussi de la Leaders Cup ne sera pas aisé. « Il y a souvent des surprises après les As » dit-il. Paris-Levallois et Villeurbanne en ont fait les frais dès vendredi, battus tous deux à domicile par Dijon et Poitiers ! Orléans a perdu à Nanterre et Le Mans a trébuché à Gravelines. Ce soir, une dernière équipe présente à Disneyland mordra la poussière puisque la SIG et Chalon sont face à face. Pourvu que ce ne soit pas les Alsaciens ! Un 10 sur 10, ça aurait de la gueule, non ?

Jean-Claude Frey