Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
sig-orléans
Actualités quart de finale Leaderscup SIG – Orléans 87-71

quart de finale Leaderscup SIG – Orléans 87-71

sig-orléansSIG – Orléans 87-71

Mission accomplie

La SIG n’a encore rien gagné mais elle a franchi, comme Le Mans, Gravelines et Paris-Levallois, le premier obstacle sans trembler, en ¼ finale de la Leaders Cup contre Orléans : 87-71. Une première mi-temps maîtrisée, un troisième quart de feu et une fin en roue libre. Seul point noir : la blessure au genou de Gerald Fitch, très probablement out pour la demi-finale.

Une victoire au goût amer ? On peut se poser la question après la qualification de la SIG pour les ½ finales de la Leaders Cup, samedi soir à 20h30 où elle affrontera Paris-Levallois, venu à bout de Chalon. Très peu inquiétés par une équipe d’Orléans diminuée par l’absence de son meneur, Marc-Antoine Pellin, portés par un trio infernal (Ricardo Greer, Alexis Ajinça et Gerald Fitch), les Strasbourgeois ont conduit leur affaire en décrochant une 11e victoire de suite. Mais elle devra se passer de son scoreur, Gerald Fitch, lors du prochain tour !

Ajinça avait donné le ton d’entrée en dominant les intérieurs adverses sous le cercle : 4-0, puis 7-3 (3e’). Orléans jouait cependant crânement sa chance et se relançait. Raposo, le filiforme et bondissant intérieur, signait son entrée en inscrivant 6 points dans la raquette et l’équipe de Philippe Hervé s’accrochait aux basques des Alsaciens : 13-11, 15-15 et même 19-21 dans le sillage d’un Jahmal Young insaisissable (9 points dans la période). D’un trois points avant le gong, Ricardo Greer, très solide une fois de plus, plaçait la SIG en tête : 22-21.

Duport au relais d’Ajinça, Fitch, Shurna et toujours ce diable de Ricardo Greer, offraient alors à la SIG un 13-0 qui donnait de l’air aux Alsaciens : 32-21 (13e’). Le temps mort de Philippe Hervé n’avait pas freiné le jeu collectif millimétré des Strasbourgeois (11 passes en première mi-temps) et Orléans restait à distance, malgré la débauche d’énergie de Young (16 pts avant la pause) : 36-25. Et puis soudain la SIG perdit de sa superbe, les cafouillages et les balles perdues se multipliaient. Vincent Collet se fâchait au temps mort car Orléans avait recollé : 36-35. Tout était à refaire et le 2 sur 9 aux tirs de la fin de mi-temps ne rassurait pas totalement, même si la SIG virait en tête : 43-38.

Un quart temps de rêve

Les hommes de Collet revenaient avec de meilleures intentions après la pause, surtout en défense. Jahmal Young (0 point dans la période) s’en aperçut très vite. Orléans avait enfin lancé Hunter, le remplaçant de Caleb Green, mais Ajinça veillait. Et surtout, en attaque, quatre joueurs allaient inscrire les 31 points de la SIG ! Jeff Greer, puis son frère Ricardo (16 pts déjà) scorait à trois points (4 sur 4 dans le match !), tout comme Fitch (16 pts également). A 52-42, puis 59-51 et 63-53, la SIG remit un coup de booster terminant la période sur un 11-0 ! Ajinça venait lui aussi d’atteindre le total de 16 pts mais peu auparavant Gerald Fitch s’était écroulé, victime d’une entorse du genou… Les médecins du club, Nicolas Sarbacher et Nicolas Moncade accompagnaient un Fitch boitillant aux vestiaires. « Les ligaments croisés ne sont pas touchés. C’est une légère entorse du genou avec subluxation de la rotule. Il ne jouera vraisemblablement pas la ½ finale et nous aviserons dimanche, en cas de qualification… » expliquait à chaud le Dr Nicolas Moncade.

A 74-53, Vincent Collet fit appel plus largement encore aux remplaçants, pour ménager ses troupes en vue de la demi-finale. Mais la SIG se mit à bafouiller, à perdre des balles et Orléans en profitait pour infliger un 0-8 qui provoquait une nouvelle colère de Vincent Collet, obligé de stopper l’hémorragie par un temps mort. Jeanneau et Campbell prenaient leurs responsabilités en marquant leurs tout premiers points et la SIG se donnait à nouveau une belle marge  (80-63) pour finir en toute décontraction : 87-71.

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – ORLEANS 87-71

Les périodes : 22-21, 21-18 (43-39, mi-temps), 31-14 (74-53), 13-18.

SIG : 37 paniers sur 65 tirs (57%) dont 9 sur 23 à trois points, 4 LF sur 5, 36 rebonds (Ajinça 8) dont 11 offensifs, 22 passes (Jeanneau 7), 6 interceptions, 15 balles perdues, 19 fautes.

Campbell 2, Fitch 16, J. Greer 9, R. Greer 22, Ajinça 20, puis Jeanneau 2, Shurna 8, Toupane, Invernizzi, Duport 8.

ORLEANS: 27 paniers sur 59 tirs (45,7%) dont 6  sur 27 à trois points, 11 LF sur 15, 26 rebonds (Raposo 6) dont 9 offensifs, 11 passes, 10 interceptions, 14 balles perdues, 15 fautes.

Hill 10, Young 19, Lebrun 6, Kozan 2, Greene 14, puis Viney 5, Eito 6, Raposo 8, Hunter 1.