Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
Sig-Chalon_223358-01
Actualités SIG – Le Havre (samedi 20h) : méfiance

SIG – Le Havre (samedi 20h) : méfiance

Après la défaite subie à Roanne lundi, tout porte à croire que la SIG va repartir de l’avant, ce samedi à 20h, en recevant Le Havre. Mais il ne faut pas se fier aux apparences. Les Havrais valent bien mieux en ce moment que leur 11e place au classement alors que les Alsaciens seront toujours privés de Gerald Fitch, blessé au genou.

Sig-Asvel 2

La semaine de la SIG n’a pas été de tout repos… Et ce n’est pas la défaite roannaise qui a affecté le moral des troupes.

« Quand on fait du sport, il faut accepter aussi la défaite. Surtout lorsqu’on a fait ce qu’il fallait et que l’adversaire était tout simplement meilleur. Lundi, ce n’était pas une défaite de la SIG mais une victoire de Roanne » insistait Vincent Collet. Non, les soucis sont plutôt venus de la fatigue accumulée lors d’un retour en bus achevé à 6h du matin, mardi, puis par les absences à l’entraînement d’Ajinça (contracture au mollet), de Jeanneau (poignet) et surtout de Gerald Fitch. Car si le pivot alsacien est revenu sur le parquet hier matin, l’arrière américain est toujours à l’arrêt. « Le diagnostic est rassurant mais il a mal et n’est pas confiant par rapport à cette douleur » regrette Collet. La reprise est prévue lundi…

Au-delà des petits pépins qui ont perturbé la semaine strasbourgeoise, ce sont les performances récentes des Havrais qui forcent le respect et qui inspirent la méfiance. Des quatre prochains adversaires des Strasbourgeois (Le Havre, Cholet et Boulazac au Rhenus, Orléans dans le Loiret), c’est peut-être celui de ce week-end qui est le plus redoutable. Car l’équipe qui vient en Alsace n’a plus grand-chose à voir avec celle qui s’était inclinée, de peu de surcroît, à l’aller (59-63). Bryan Smith à l’aile, puis, depuis un match, Chester Mason à la mène, sont venus modifier le profil de la formation normande. « L’équipe tourne très bien en ce moment. Elle est passée de 5 victoires en 15 matches aller à 4 sur 6 dans le cycle retour ! Il leur faut encore deux victoires dans les neuf derniers matches pour assurer leur maintien et ils parviendront. Ils ne miseront sans doute pas sur leur déplacement à Strasbourg pour l’obtenir et ils en seront d’autant plus dangereux car ils n’auront aucune pression… » Ces quatre victoires récentes, obtenues assez largement contre Cholet, Orléans, Nancy et Limoges ont été entrecoupées de deux revers à Poitiers (de deux points) et à Villeurbanne (de quatre). Eloquent, non ?

Très belle organisation

Vincent Collet apprécie le jeu du Havre et vante les mérites de son coach, l’ex-Mulhousien Eric Barthéchéky. Il a fait notamment de Bernard King – vu à la SIG pour quatre matches en 2007/2008 –, réputé pour être un soliste, un joueur complet, créatif et passeur. « C’est un poison pour les défenses… » insiste Collet. Cité avec… Louis Campbell et Ludovic Vaty (Gravelines) pour être désigné joueur du mois de février de la LNB. Au côté du meilleur scoreur havrais (16,3 pts), Chester Mason, arrivé en remplacement de DJ Thompson dont le rendement a été jugé insuffisant, provoque des fautes, prend des rebonds. « C’est un ‘’combo’’ dans le style de Campbell, qui avait d’excellentes statistiques dans l’Adriatic League avec Zadar » continue le coach alsacien. Et puis des shooteurs, comme Vlad Moldoveanu, le Roumain de 2,06m, ou Max Kouguère, le Congolais. Un pivot de devoir, Graham Brown, et un ailier très performant, Bryan Smith (11 d’évaluation) qui avait assisté au match aller depuis les tribunes, puisqu’il était sur le point de signer au STB. « Et puis, il faut savoir que Le Havre est l’équipe qui a le meilleur pourcentage aux tirs de tout le championnat, avec 48% » martèle Vincent Collet. La preuve d’une bonne sélection de tirs et d’un jeu collectif très au point.

Miser sur ses propres atouts

Vincent Collet a mis ses joueurs en garde. La séance vidéo et l’entraînement qui ont suivi, ce matin, ont insisté sur les points forts havrais. Mais le coach alsacien sait qu’il devra avant tout miser sur les atouts de sa propre formation. « Nous sommes premiers et nous le resterons si nous gagnons. A nous d’assumer ce nouveau statut qui nous fait porter la ‘’pancarte’’ contre chaque adversaire. On savait que Roanne serait un cap difficile, à nous de repartir tout de suite. Même si notre série s’est achevée lundi, ce n’est pas, à proprement parler, un coup d’arrêt. Mais ça le serait si nous perdions contre Le Havre. On sera sous pression… »

Il n’y a qu’une vérité absolue dans le basket de Vincent Collet : après une défaite, c’est la réaction qui compte. On verra ce soir si la SIG saura préparer au mieux les prochaines échéances et notamment les play offs qui trottent déjà dans les esprits. Incontestablement, la pression n’a pas fini de monter !

Jean-Claude Frey