Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG-Gravelines30-04-13 - 3
Actualités SIG - Gravelines (79-85): à qui perd… gagne !

SIG - Gravelines (79-85): à qui perd… gagne !

les photos ci-dessous et sur Facebook et infos sur Twitter !

SIG-Gravelines30-04-13 - 2La SIG n’a pas réussi à faire tomber Gravelines qui a prouvé dans un Rhenus comble qu’elle était bien la meilleure équipe du championnat (79-85). Mais au profit des défaites de Roanne à Poitiers et de Chalon à Villeurbanne, les Strasbourgeois terminent à la deuxième place ! Vivement les play offs où la SIG jouera Dijon au premier tour.

Championne de France en 2005, la SIG avait bouclé la saison régulière en troisième position. Elle jouait ce soir un match capital contre l’indétrônable leader pour tenter de réussir le meilleur résultat de son histoire… Si elle a finalement échoué après un âpre combat, ce championnat si fou lui a fait un dernier clin d’œil en validant malgré cette dernière défaite une place de dauphin qui la place idéalement en vue des play offs.

Ceux qui pensaient que Gravelines reviendrait fatiguée de son périple en Turquie où elle venait de disputer le Final Four de l’Eurochallenge, ont rapidement déchanté. Les Nordistes défendaient très fort, la SIG piétinait et Edwards, Winston et Vaty trouvaient l’ouverture (2-6 , 2e ‘). Toupane, très boin en défense sur le feu-follet Buycks, puis Ricardo Greer à trois points inversaient le score (11-8e’). Les fautes pleuvaient sur la SIG, la défense lâchait prise et Buycks, Winston puis Mbaye sanctionnaient à trois points : 21-25 à la fin du premier quart .

Un 0-4 en 20 secondes compliquait encore la tâche de la SIG mais Shgurna redonnait un peu d’espoir sur un tir primé : 26-29. Vaty dominait au rebond et offrait des secondes chances aux hommes de Monschau qui en profitaient pour prendre le large : 29-40 (16e’). A l’autre bout, Siggers et Zianveni étaient trop maladroits sous le cercle mais avec beaucoup de cran, la SIG s’accrochait : 37-40 et 37-42 à la pause.SIG-Gravelines30-04-13 - 5

S’il en est un qui voulait à tout prix porter son équipe à la victoire, c’est bien Ricardo Greer. A 39-48, il « plantait » trois tirs bonifiés de suite et égalisait à 51 (26e’). Mais Buycks répliquait, Winston et Johnson étaient précieux, Bokolo en jambes. Et la SIG ne put jamais, en dépit de quelques occasions manquées, passer devant : 54-57, 58-61 à la fin du 3e quart.

Au moment de donner le coup de reins décisif, la SIG se heurtait à un solide Gravelines. Fébrile, elle déjouait alors que Buycks, intenable, déroulait : 60-78, 62-74, 69-80. Le rêve était passé. Sans jamais baisser les bras, la SIG revenait à 79-85 et l’histoire se terminait bien, finalement, avec cette seconde place au classement.

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – GRAVELINES 79-85. 6120 spectateurs. Arbitres : MM. Mateus, Antiphon et Greva.

Les périodes : 21-25, 16-17 (mi-temps : 37-42), 21-19 (58-61), 21-24.

SIG : 32 paniers sur 66 tirs (48%) dont 6 sur 20 à trois points, 9 LF sur 13, 37 rebonds (Campbell 7) dont 13 offensifs, 21 passes (Campbell 9), 11 balles perdues, 24 fautes.

Campbell 6, Toupane 6, J. Greer, R. Greer 22, Ajinça 16, puis Shurna 3, Siggers 15, Jeanneau, Zianveni 3, Duport 8.

GRAVELINES : 31 paniers sur 61 tirs (51%) dont 7 sur 14 à trois points, 16 LF sur 19, 31 rebonds (Camara 11) dont 8 offensifs), 8 passes (Buycks et Edwards 2), 7 balles perdues, 14 fautes.

Buycks 21, Bokolo 11, Winston 17, Edwards 8, Vaty 9, puis Mbaye 8, Johnson 7, Camara 4.

 

Le tableau des quarts de finale (aller : 13 et 14 mai, retour : 15 et 16 mai, belle éventuelle : 17 et 18 mai)

Gravelines (1) – Nanterre (8)

Chalon (4) – Roanne (5)

Villeurbanne (3) – Le Mans (6)

SIG (2) – Dijon (7)

 

Les réactions

Vincent Collet : « Sur l’ensemble de la saison, notre deuxième place n’est pas imméritée. Avec 18 victoires seulement, c’est incroyable ! Au vu du match, Gravelines mérite sa première place. Ils ont voulu le signifier de la plus belle des manières. Nous avons eu le mérite de nous accrocher tout en étant dominés. Ce match peut nous aider à franchir un nouveau palier car il faut un investissement supérieur pour gagner ce type de match. Gravelines a su le faire… Place maintenant à la récupération et à de grosses séances physiques, jeudi et vendredi. Mardi prochain, nous jouerons une rencontre amicale sous la forme d’un scrimage contre Châlons-Reims et puis nous entrerons dans le vif du sujet de Dijon. On entre dans une nouvelle saison et le match de ce soir nous y a fait entrer de plain-pied. Dijon sera un adversaire compliqué qui impose souvent à son adversaire ce qu’il veut faire. Pour moi, c’est du 50/50. Je vous rappelle qu’on a gagné chez nous en prolongation et qu’on vient d’en prendre 15 chez eux… »

Aymeric Jeanneau (à qui le club et le Rhenus ont rendu un bel hommage à la fin de la rencontre puisqu’il prendra sa retraite de joueur après les play offs) : « C’était difficile. Je n’ai pas été bon ce soir et je n’ai pas apporté à l’équipe ce que j’aurais dû apporter. Cette défaite fait mal. Dijon, ce ne sera pas simple… C’est une équipe coriace mais peut-être qu’il nous faut ça. Le premier match sera très dangereux… »

Christian Monschau : « Nous avons confirmé notre situation qui plus est en dépassant les 20 victoires. Ce championnat est le plus homogène que j’ai connu puisque le dernier compte 10 victoires ! Ce sera difficile de gérer la période de 15 jours qui vient après une série de match aussi intenses. Bravo à Strasbourg qui a été en progrès constants cette saison. Peut-être allons-nous nous retrouver… »

[bootstrap_galerie type=dock_galerie]6390,6389,6388,6387,6386,6385,6384,6383,6382,6381,6380,6379,6368,6406,6405,6404,6403,6402,6401,6400,6399,6398,6397,6396[/bootstrap_galerie]