Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
Sig-LeHavre_205718-068
Actualités SIG-LIMOGES (samedi 20h) : victoire impérative

SIG-LIMOGES (samedi 20h) : victoire impérative

La SIG est revenue déçue de Villeurbanne où elle s’est inclinée de peu. Si elle veut toujours lorgner sur l’une des deux premières places, capitale pour les plays offs, elle devra impérativement se défaire de Limoges samedi (20h) au Rhenus. Plus vite dit que fait…

Sans Aymeric Jeanneau ni Gerald Fitch, la SIG est passée tout près d’un joli coup face à un très bon Lyon-Villeurbanne. « Nous avons par séquences retrouvé notre niveau dans ce match, rappelle Collet. Dommage que nous ayons fait trop de cadeaux à l’adversaire… » Pertes de balles pour autant de contre-attaques faciles, oublis défensifs sous le cercle, ont plombé le possible exploit. Car malgré cela, la SIG est passé à… 10 centimètres, sur le dernier tir d’Ajinça, d’une prolongation !

Désormais, tout est effacé. « Il faut avancer », martèle le coach. Et la SIG est servie avec la venue de Limoges qui vaut, de toute évidence, bien mieux que son classement. « Ils sont paradoxalement plus à l’aise à l’extérieur que dans le chaudron de Beaublanc où ils ont un maximum de pression. Il y a de l’intensité, de l’engagement, de la générosité dans leur défense. Nous serons prêts au même combat qu’à l’aller » ajoute Vincent Collet. La SIG s’était en effet imposé dans les dernières minutes, de peu, lors du deuxième match de la saison (62-70).

Un effectif impressionnant

Seulement voilà, Limoges a beaucoup changé depuis octobre. Si le bouillant grec Panagiotis Giannakis est toujours aux manettes, toujours aussi exigeant, l’effectif a bougé. « Sur les qualités individuelles, ils sont redoutables. Jon Brockman est le meilleur rebondeur de ProA avec 11 prises par match. Alexis Ajinça l’a côtoyé en NBA et en dit le plus grand bien. Trent Plaisted (2,11m) est également très précieux sous le cercle » continue le coach de la SIG. Mais c’est surtout la traction arrière qu’il redoute, menée par Kyle McAlarney et Joseph Gomis, Bradley Wanamaker et Teddy Gipson qui a fait les beaux jours de Pau-Orthez. « Et je n’oublierais pas Nobel Boungou Colo qui fait une excellente saison et Jean-Michel Mipoka, très solide. Quant à Zerbo, Vasco Evtimov et Traoré, ce sont des joueurs de mission pour Giannakis ».

Le retour de Jeanneau

Face à ce très bel effectif, la SIG, qui retrouvera Aymeric Jeanneau qui a beaucoup manqué à l’ASVEL, mais pas Gerald Fitch, toujours en délicatesse avec son genou, la SIG misera sur ses atouts habituels. Ricardo Greer, le « couteau suisse », chef de file de l’équipe, Louis Campbell qui bénéficiera d’un relais à la mène, Alexis Ajinça, toujours aussi performant et qui aura à cœur de faire oublier sa sortie prématurée contre Boulazac, Jeff Greer (19 points lundi) qui retrouve des sensations, la patte de John Shurna, la jeune garde avec Invernizzi et Toupane, et les solides et précieux Duport et Zianveni. « On a retrouvé beaucoup de rigueur dans les entraînements. Cela s’est vu lundi, par périodes, et il faudra le confirmer chez nous » pense Vincent Collet. Car le sprint final est désormais engagé. Il reste quatre rencontres pour départager Gravelines, la SIG et Chalon. « Nous avons toujours notre destin en mains et il nous faut décrocher au moins la deuxième place dans la perspective des plays offs. Pour cela, il faudra en gagner trois sur quatre… »

Pour sûr, Vincent Collet rêve de jouer une véritable finale le 30 avril contre Gravelines. Mais après Limoges, il faudra se rendre coup sur coup à Dijon et Nanterre, dans une dynamique très favorable et qui lorgnent eux aussi sur une place dans le top 8. Mais dans l’immédiat, la SIG a choisi de prendre un match après l’autre et de se concentrer sur Limoges. Un bon choix, assurément !

Jean-Claude Frey