Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
finale playoffs
Actualités Lyon-Villeurbanne – SIG 52-73 Une démonstration !

Lyon-Villeurbanne – SIG 52-73 Une démonstration !

 

FINALES-FC

 

 

La SIG n’a jamais été inquiétée ce soir, dans le match 2 de la demi-finale et a rejoint Nanterre en finale avec une extrême facilité. Villeurbanne n’a jamais trouvé la solution face à l’intensité défensive d’une équipe strasbourgeoise de surcroît très adroite, qui a maîtrisé son sujet avec une impressionnante facilité ! La SIG est à trois matches seulement de son second titre… Premier rendez-vous mercredi prochain au Rhenus.

Jeanneau et Toupane en fers de lance

Si à la mi-temps, la SIG menait déjà 31-38, elle pouvait sérieusement regretter les… 10 balles perdues stupidement tout au long de ces 20 premières minutes. Car avec une défense particulièrement bien en place, avec Ajinça impérial des deux côtés du terrain, en tour de contrôle, avec une attaque placée et une circulation de balle efficaces, la SIG avait pris le match par le bon bout. Et avec un spectaculaire 8 sur 10 à trois points (tout en comptant le tir du milieu du terrain de Jeff Greer au buzzer qui avait joué avec le cercle avant de le refuser), l’adresse était également au rendez-vous. Toupane avait lancé l’attaque avec beaucoup de culot tout en muselant Edwin Jackson (4-8) et Villeurbanne n’était relancée que par les pertes de balles alsaciennes : 10-10 (5e’) et 18-15 après deux réussites à longue distance d’Alex Acker. Jeanneau et Shurna lui répondaient cependant au-delà de la ligne des 6,75m : 18-18 à la fin du premier quart temps.

La défense restait très solide mais à l’opposé, l’attaque prenait feu. Jeanneau tenait le score (10 points dès la 12e’) et Shurna scorait également à trois points : 20-28. Ajinça (5 contres au moins) nettoyait tout ce qui passait à portée du cercle et l’ASVEL était totalement impuissante. Campbell y allait lui aussi de son « primé » et Villeurbanne perdait pied : 25-35 et 31-38.

Impressionnante maîtrise

Loin de laisser l’adversaire reprendre confiance, la SIG repartait pied au plancher. Ajinça (2+1), Campbell (à trois points) et Ricardo Greer, sur lequel Amara Sy avait bien du mal à reproduire l’emprise du premier match, signaient le 0-7 qui accentuait le break : 31-46, puis 33-50 (26e’). Seul Thompson, qui trouvait la faille à longue distance, surnageait dans une Astroballe très vite muette ! Et le relais de Duport et celui de Zianveni s’avérait tout simplement impeccable.

L’ASVEL, dans les cordes et totalement résignée (11 fautes commises seulement…), s’était privée d’Alex Acker pendant presque toute la seconde période et la SIG pouvait dérouler, jouant l’horloge jusqu’à l’ultime seconde de chaque possession. Et si Siggers, frustré et souvent sanctionné, ne renouvelait pas son dernier quart de mardi, Louis Campbell tuait le suspense et faisait enfler les proportions du score : 47-64 et 52-73 ! Nicolas de Jong et Hugo Invernizzi furent eux aussi conviés à la fête et le banc strasbourgeois pouvait jubiler. La finale lui tendait les bras.

Champions ?

La SIG se retrouve désormais à trois matches d’un nouveau titre de champion, huit ans après le premier. Il faudra bien sûr trouver la parade à l’euphorie de Nanterre. Mais on peut faire confiance à ce « sorcier » de Vincent Collet. Dès les deux premières manches au Rhenus, mercredi et vendredi prochains, la SIG voudra montrer qui est le patron !

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

LYON-VILLEURBANNE – SIG 52-73. Arbitres : MM. Bissong, Bardera, Antiphon.

Les périodes : 18-18, 13-20 (mi-temps : 31-38), 12-18 (43-56), 9-17.

LYON-VILLEURBANNE : 21 paniers sur 54 tirs (38,9%) dont 4 sur 22 à trois points, 6 LF sur 10, 21 rebonds (Jackson 6) dont 10 offensifs, 10 passes (Thompson 3), 9 balles perdues, 11 fautes.

Thompson 14, Jackson 5, Acker 12, Sy 8, Nsonwu-Amadi 4, puis Lacombe, Morlende, Jean-Charles, Joseph 5, Abromaitis 2, Chassang, Rozenfeld 2.

SIG : 29 paniers sur 47 tirs (61,7%) dont 11 sur 20 à trois points, 4 LF sur 5, 27 rebonds (R. Greer 7) dont 6 offensifs, 15 passes (Campbell 3), 15 balles perdues, 21 fautes.

Campbell 14, Toupane 8, J. Greer 3, R. Greer 6, Ajinça 14, puis Jeanneau 14, Shurna 6, Siggers, Zianveni 2, Duport 6, Invernizzi, De Jong.

Les réactions

Alexis Ajinça : « Il a fallu que je fasse un gros match. L’équipe avait besoin de moi. Nanterre ? Il va falloir arrêter leur jeu extérieur mais ils devront aussi trouver la parade à notre jeu intérieur… Je voudrais surtout apporter mon soutien à Ludovic Vaty (NDLR : atteint d’une pathologie cardiaque, le pivot de Gravelines, de la génération Ajinça-Jackson, a annoncé aujourd’hui qu’il devait renoncer à sa carrière). C’est un coup dur pour lui et pour le basket français ».

Edwin Jackson (très ému quand il évoque Ludo Vaty) : « On a été battu par plus fort que nous. Strasbourg est une grande équipe. Ils ont bien géré les temps forts et leur jeu est très structuré ».

Les hommes de Vincent Collet affronteront Nanterre en Finale des Playoffs 2013 !

La SIG a terminé la saison régulière en meilleure position que son adversaire, les matchs 1&2 de la Finale auront lieu à domicile.

 

Match 1 : mercredi 29 mai - 20h45 - Rhenus Sport
Match 2 : vendredi 31 mai - 19h00 - Rhenus Sport
Match 3 : mardi 4 juin - 20h30 à l'extérieur (Salle Pierre de Coubertin)
Match 4* : samedi 8 juin - 20h30 à l'extérieur (Salle Pierre de Coubertin)
Match 5* : vendredi 14 juin - 20h30 - Rhénus Sport
* matchs éventuels
en gras, match à domicile de la SIG

Ouverture de la billetterie pour les matchs 1&2 de la Finale dès maintenant !
Rendez-vous sur la page billetterie en ligne.