Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG-Nanterre29-05-13 - 4
Actualités SIG – Nanterre 89-55 : c’est bien parti !

SIG – Nanterre 89-55 : c’est bien parti !

SIG-Nanterre29-05-13 - 5La SIG a magistralement remporté la première manche de la finale de ProA en écrasant Nanterre (89-55), ce soir, dans un Rhenus qui a battu son record d’affluence. Un pas vers le titre. Mais un pas seulement car dès vendredi, Nanterre, humilié, aura soif de revanche. Et il faudra alors retourner au combat avec la même envie.

Parfaitement concentrés, les Strasbourgeois avaient démarré pied au plancher. Surtout en défense où ils ne laissaient pas le moindre espace aux gâchettes nanterriennes. Un dunk d’Ajinça, puis un lay-up du même sur une offrande de Ricardo Greer, qui juste après jouait les ramasse-miettes et la SIG avait pris les devants : 6-2 (3e’). Mais c’est surtout en défense que les hommes de Collet construisaient leur excellente entame. Warren avait scoré à trois points, mais dès lors, le verrou alsacien se fermait à double tour. A l’opposé du parquet, la SIG passait un 10-0, signé Ricardo Greer et Ajinça : 16-5 (6e’). Nanterre piétinait en attaque, était dominé physiquement en défense. Siggers signait son entrée d’un panier bonifié (19-7) avant que, grâce à Palacios et Lighty, qui inscrivait son premier panier à quatre secondes du gong, Nanterre ne reprenne un peu de couleurs : 23-13.

Dès le début de la seconde période, Warren remettait un peu de sel dans la partie avec deux réussites à trois points (24-19), mais Duport, au relais d’Ajinça, et surtout Shurna (trois paniers primés) et un Toupane de feu, étouffaient Nanterre. Campbell avait « éteint » Lighty et le score enflait en faveur des Strasbourgeois : 36-23, 45-29 ! Le chaleureux public du Rhenus avait déjà entamé la ola depuis belle lurette…

SIG-Nanterre29-05-13 - 4Un rouleau-compresseur

Jamais, en seconde période, Nanterre ne pourra réagir. Pas par manque de volonté, mais tout simplement parce que les Alsaciens jouaient dans une autre sphère. Prévenus par les exploits successifs des hommes de Donnadieu, les Strasbourgeois avaient mis tous les atouts de leur côté : intensité, concentration, dureté physique. Et comme l’adresse était au rendez-vous, le match en devenait facile. Toujours sur les mêmes bases solides, la SIG noyait les derniers espoirs adverses : 60-36 (25e’). Les « tauliers » étaient au repos mais Jeanneau, Siggers, Zianveni ou Duport n’avaient pas grand-chose à leur envier dans l’engagement et la volonté de se passer le ballon. Meacham (29e’), puis Brun (30e’) inscrivaient leur premier panier respectif juste avant la fin du troisième quart. Comme un symbole de l’impuissance des « verts ».

Dans le quatrième quart, l’écart dépassait même les trente points : 79-47, 87-53 (37e’). De Jong et Invernizzi avaient droit à un temps de jeu conséquent. Sans que jamais le rythme ne baisse…

La SIG a gagné (trop) facilement la première manche. 65% contre 35% en adresse, 26 passes contre 7, 44 points du banc contre 15, 124 à 41 à l’évaluation ! Mais tout cela n’est qu’une étape sur la route du titre. Vincent Collet saura éviter toute euphorie chez ses joueurs. Car pour décrocher le Graal, il faut encore deux victoires. Rendez-vous vendredi avec une équipe de Nanterre sans doute revancharde.

Jean-Claude Frey

SIG-Nanterre29-05-13 - 5Le match en vitesse

SIG – NANTERRE 89-55. 6195 spectateurs. Arbitres : MM. Chambon, Collin, Dubois.

SIG : 34 paniers sur 52 tirs (65%) dont 7 sur 16 à trois points, 14 LF sur 18, 33 rebonds (Ajinça 7) dont 4 offensifs, 26 passes (R. Greer et Jeanneau 6), 12 balles perdues, 14 fautes.

Campbell 5, J. Greer 2, Toupane 8, R. Greer 16, Ajinça 14, puis Jeanneau 6, Shurna 14, Siggers 14, Zianveni 4, Duport 6, De Jong, Invernizzi.

NANTERRE : 19 paniers sur 55 tirs (35%) dont 10 sur 28 à trois points, 7 LF sur 11,  21 rebonds (Passave-Ducteil 5) dont 7 offensifs, 7 passes (Lighty 3), 14 balles perdues, 16 fautes.

Warren 14, Meacham 5, Lighty 9, Brun 3, Passave-Ducteil 9, puis Nzeulie 2, Judith 5, Corosine 3, Palacios 5, Jackson.

Les réactions

Vincent Collet : « On les a tenus à 55 points, c’est bien. On a parfaitement abordé la rencontre avec le respect qu’il faut et on n’a pas changé d’attitude tout au long du match. Ils ont été surpris par notre niveau d’agressivité. Masi on s’attend à des changements vendredi. Il faudra savoir s’adapter. Il faut se méfier car l’écart est grand, grâce à notre adresse et cela peut changer. Il faut être vigilant. Tous les clignotants sont au vert mais le prochain match sera différent. Et si on gagne vendredi, on sera en position idéale ».

Ricardo Greer : « On a voulu mettre la balle à l’intérieur dès le début et Alexis (Ajinça) a fait un super boulot. Ce qui est génial, c’est qu’à chaque match, ce sont d’autres joueurs qui s’illustrent, comme Toupane et Siggers ce soir. Mais attention, ce sera plus serré au prochain match… »

Pascal Donnadieu : « Strasbourg nous a dominés. Ils ont été beaucoup plus forts dans tous les secteurs de jeu, c’est la réalité. On ne s’attendait pas à prendre un tel éclat. On ne va pas baisser les bras mais ce qui me gêne, c’est qu’on n’a pas montré de résistance. Il faudra réagir vendredi ».

Johan Passave-Ducteil : « Ils nous ont asphyxié et empêché de jouer notre jeu. On a pris un bon coup sur la tête et j’espère qu’on va vite trouvé des solutions ».