Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG-Cholet-281013-1
Actualités Ce soir au Rhénus : SIG - Cholet à 20h30

Ce soir au Rhénus : SIG - Cholet à 20h30

Retrouvez le fil du match sur le site de la LNB (actif quelques minutes après le début du match), des informations tout au long du match sur Twitter, les scores à la mi-temps et à la fin du match sur Facebook avec des photos.

Match diffusé en direct sur Sport+.

Les travaux d'Hercule de la SIG

Les fastes et le tintamarre de l’Euroligue sont au placard, jusqu’à la venue du Real. Pour la SIG, il faut replonger dans le quotidien de la ProA dès lundi soir (20h30) au Rhenus Sport contre Cholet. Avec sérieux et envie car un succès face à cette équipe invaincue, permettrait de rester dans le peloton de tête.

Depuis l’avant-saison, Vincent Collet serine à qui veut l’entendre la même rengaine : avec l’enchaînement des matches, il faudra savoir trouver chaque semaine des ressources mentales et physiques nouvelles pour être dans le coup en championnat et espérer refaire une saison aussi brillante que la précédente. S'inspirer du très haut niveau de l’Euroligue par exemple pour assumer son statut dans des matches de ProA peut-être moins excitants. Ce lundi pourtant, c’est un leader, Cholet, invaincu après trois rencontres, qui vient donner la réplique aux Strasbourgeois. Mais avant de se pencher sur l’adversaire du jour, Vincent Collet commente très rapidement la situation de la ProA, après les matches de samedi. « Il y a une vraie cassure entre les premiers et des équipes que l’on imaginait faire la course en tête. Chalon, Gravelines, Paris-Levallois, Le Mans, Villeurbanne n’y sont pas. On voit Nanterre, Orléans, Cholet… » Une fois encore, le championnat de ProA fait la nique aux pronostiqueurs.

Autre souci, pour le coach strasbourgeois,  lié à la proximité de l’Euroligue et du championnat. « Pour nous, il y a franchement très peu de temps pour préparer les matches du week-end. Pour les équipes d’Eurocup, c’est le match européen qu’elles enchaînent très vite après la ProA ». Cholet, pour sa part, n’entamera sa campagne d’Eurochallenge que dans 10 jours en Finlande… « Ils avaient donc toute la semaine pour préparer ce match, nous deux séances seulement ».

Une équipe choletaise enthousiaste

Comme en Euroligue, la SIG doit donc faire preuve de rigueur, de dureté. Et comprendre vite car le temps presse pour préparer les matches de championnat. « L’équipe a été construite pour cela et j’attends qu’elle le prouve à nouveau, comme elle l’avait fait à Antibes. Il n’y a pas mieux que les matches pour avancer. Et ceux de l’Euroligue font progresser. Je le sens depuis une dizaine de jours. Mais il faut confirmer, on en a besoin ». Rien de mieux qu’une victoire en championnat pour oublier les revers européens. Même si dans celui de vendredi, où la SIG a bousculé son adversaire pendant toute la deuxième mi-temps, il y a de quoi trouver de nombreux points positifs. Mais si on se met à cumuler les défaites sur les deux plans, la sinistrose s’installe vite. « Et le risque de plonger dans une spirale négative te guette » ajoute Vincent Collet.

Le match de ce lundi ne sera donc pas de tout repos. Les Choletais ont perdu le grand Rudy Gobert, parti tenter sa chance en NBA, mais ont misé sur le retour de Lamayn Wilson, le filiforme et adroit poste 4, fait de bonnes pioches avec Terrell Stoglin, percutant et adroit, Juby Jomby, Lamine Kante, le puissant Claude Marquis ou l’imprévisible John Cox qu’on ne présente plus. L’arrière américain fréquente la ProA depuis 10 ans joue plus de 36 minutes par match et est, avec 16,7 pts de moyenne et 20,7 d’évaluation le danger n°1 de son équipe. « C’est une équipe qui dégage de l’enthousiasme cette saison. La mayonnaise a pris » indique Collet qui constate que les Américains Justin Burrell et Tyler Brown jouent peu. Il reste méfiant : « Ils étaient champions de France en 2010. C’est une maison, avec une histoire. Ils ont infligé la seule défaite de Limoges et de Dijon, deux équipes qui restent sur des résultats probants ».

Pas de calcul, de l’engagement

Il faudra être à la hauteur, un petit match ne suffira pas. « J’attends que l’équipe rentre dans le match en étant conquérante, sans calculer. Avec la même niaque que contre Efes Pilsen. Comme l’a fait Nanterre contre Paris après le match face à Moscou » insiste Collet.  C’est à ce prix, et seulement à ce prix, que la SIG restera dans le peloton de tête avec, déjà, une marge sur des adversaires annoncés qui ont manqué leur début championnat. Avant de se rendre à Gravelines, de recevoir Paris et d’aller au Mans, précisément, on imagine aisément l’importance du match de lundi pour la SIG. Et plus encore pour Kevin Murphy, Tim Abromaitis ou quelques autres qui trouveront là l'occasion idéale pour se relancer. Plus que jamais, la SIG a besoin de tout le monde. Même du public !

Jean-Claude Frey