Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
DB2_7701
Actualités Faux départ !

Faux départ !

Et si la SIG faisait un complexe contre Nanterre ? Pour la quatrième fois de suite, les champions de France ont battu les Strasbourgeois (74-78). La SIG, vaillante mais timorée en attaque, aura surtout payé son retard de préparation. Le rachat est attendu à Villeurbanne mardi. Mais que ce sera dur…

DB2_7780

A l'image de Louis Campbell, la SIG a piétiné contre Nanterre.

D’emblée, ce remake de la finale du printemps ressemblait à ce que l’on avait vu à Coubertin. Une équipe nanterrienne dure, agressive, et un duel épique à l’intérieur entre Alexis Ajinça et Johan Passave-Ducteil. Déjà, le manque de fluidité de l’attaque alsacienne se payait cash : 2-6, puis 6-12.

Ajinça 7 – Nanterre 14

Pendant huit longues minutes, le pivot de la SIG sera le seul à parvenir à scorer. Il souffrait, volontairement rudoyé par les intérieurs adverses, mais provoquait des fautes et scorait. En panne offensive, la SIG s’en remettait à Lacombe, Toupane et Abromaitis, lancés par Collet, pour redresser la barre : 12-14 et 16-20 au bout de la première période.

Tout part de la défense

Mais comme toujours, le remède ne pouvait venir que de la défense. Avec les mêmes détonateurs qu’à la fin du premier quart, la SIG recollait et le match devenait de plus en plus serré : 22-20, 28-30, 33-32 (18e’) et à la pause, les Strasbourgeois viraient en tête avec un très court avantage : 39-38. On pouvait tout de même regretter que Nanterre, qui jouait pourtant sans Ali Traoré toujours en délicatesse avec son genou, avait pris 10 rebonds offensifs pendant que la SIG ne cueillait que 9 rebonds défensifs… Quant à Kevin Murphy et autres shooteurs locaux, ils jouaient « petit bras ».

Le cauchemar

Le troisième quart temps ressemblera à un cauchemar… Huit minutes durant, la SIG ne vécut que de 10 lancers-francs, Murphy scorant son premier panier et le premier de son équipe à la 28e’. Nanterre, en revanche, avait trouvé la mire à trois points avec quatre réussites de suite pour Gladyr, Meacham et Foster : 45-54 (26e’). Au courage, la SIG revint à 51-54, puis de 51-60 à 57-60, payant au prix fort deux balles perdues sous son cercle – sept au total dans cette période ­– et une faute anti-sportive sévère de Campbell qui coutait cinq points.

Occasions manquées

A l’entame du dernier quart, l’écart gonflait encore (57-72) ! Mais la SIG s’accrochait, vaillamment, et revint à 70-74 avec un Murphy efficace et une équipe performante aux lancers francs. Mais Ricardo Greer errait comme une âme en peine et son premier panier, à 1’24’’ de la fin, pouvait encore changer la donne : 74-76. Il ratera malheureusement les deux lancers de l’égalisation à 6’’ du buzzer. Comme un symbole de l’impuissance d’une équipe de la SIG pas encore prête.

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – NANTERRE 74-78. 4120 spectateurs au Rhenus. Arbitres : MM. Bardera, Dubois et Betton.

Les périodes : 16-20, 23-18 (mi-temps : 39-38), 18-30 (57-68), 17-10.

SIG : 23 paniers sur 50 tirs (46%) dont 1 sur 10 à trois points, 27 LF sur 33, 35 rebonds (Ajinça 10) dont 6 offensifs, 17 passes (Campbell 6), 14 balles perdues, 19 fautes.

Campbell 11, Murphy 11, Leloup 4, Greer 6, Ajinça 21, puis Lacombe 2, Toupane 9, Abromaitis 10, Duport.

NANTERRE : 26 paniers sur 67 tirs (39%) dont 7 sur 30 à trois points, 19 LF sur 22, 37 rebonds (Passave-Ducteil et Meacham 6) dont 14 offensifs, 11 passes (Nzeulie 5), 13 balles perdues, 28 fautes.

Meacham 10, Nzeulie 1, Gladyr 7, Daniels 17, Passave-Ducteil 10, puis Foster 7, Corosine 3, Judith 7, Jaiteh 7, Thomas 9.

 

Ils ont dit

Vincent Collet : « Le groupe n’est pas prêt. On savait donc que ce match se gagnerait sur la mentalité. Il faudra corriger les attitudes, être plus guerrier. Nous avons bien défendu dans les deux premiers quarts, ce qui nous a permis d’exister, même si on s’est battu de façon dispersée et désordonnée. Mais notre troisième période a été faible, avec beaucoup de déchets et de mauvais choix. Leur agressivité a été normale, mais que nous n’en ayons pas eu, ce n’est pas normal ! Kevin Murphy ? Il était limité dans les aspects défensifs en première période mais il aura un meilleur rendement quand notre jeu sera en place ».

Ricardo Greer : « Je voudrais d’abord m’excuser pour le match que j’ai fourni. C’était un match difficile, on le savait mais on a eu des occasions de revenir. Et au lieu de réagir en équipe, on a répondu par des actions individuelles. On a beaucoup de travail encore. Le manque de préparation ? Pas d’excuses de ce genre. Il nous faut du temps, c’est sûr, mais je ne peux pas être content de ce que j’ai fait. Je dois être un leader. Il faut passer de suite au match de l’ASVEL et le gagner ».

Pascal Donnadieu : « C’est une victoire inattendue, une très grosse surprise, sans fausse modestie. On a montré des qualités dans le jeu pendant les deux tiers du match mais on a eu du mal à finir. On a utilisé le courage, l’engagement, en particulier au poste 5 avec Jaiteh et Passave-Ducteil et les gars ont été très vaillants ».

Mammoutou Jaiteh : « J’ai vécu mon premier match en ProA de la plus belle des manières, avec une victoire. Collective de surcroît. Jouer contre Ajinça ? C’est une motivation supplémentaire. J’avais à cœur de gagner la confiance de mon coach et de mes coéquipiers après une préparation difficile. Je suis sur la bonne voie ».

Espoirs : SIG – Nanterre 75-69

[bootstrap_galerie type=dock_galerie_9_16 description=description]8266,8265,8264,8263,8262,8261,8260,8259,8258,8257,8256[/bootstrap_galerie]