Basket
bandeau_site_promo_livre.jpg
bandeau_site_promo_livre.jpg
SAISON 2018 / 2019
Achetez vos places PMR sur notre plateforme Yoolabox
DB2_7572
Actualités La SIG se méfiera d’Antibes

La SIG se méfiera d’Antibes

Changement de décor pour la SIG qui passera du baptême de l’Euroligue à la lanterne rouge de ProA. Mais si le statut d’Antibes n’a rien à voir avec l’armada de Bamberg, les hommes de Collet ont tout à redouter de la réaction des Azuréens. Car pour rester dans le peloton de tête du championnat et monter en régime, la victoire est indispensable.

DB2_8254

Axel Toupane sera particulièrement motivé face à Antibes, coaché par... son père.

Vincent Collet ne s’était pas trompé. Le niveau de l’Euroligue reste très élevé et ne pas s’en convaincre conduit à de cruelles désillusions. « Je ne suis pas vraiment content, disait-il à l’issue du match de mercredi. J’ai longtemps parlé du niveau de l’Euroligue à mes joueurs. Mais c’est à croire que certains avaient besoin de faire leur propre expérience de tous ces petits détails qui font la différence. Là, ils ont vu ».

Allusion claire à l’intensité qu’il faut tenir 40 minutes, sans relâcher, faute de quoi vous êtes punis. « Il y avait une grande différence entre leur vitesse d’exécution, leur jeu sans ballon, et le nôtre. Avant de penser au tir, il faut le préparer parfaitement. Sinon… » De son côté, le coach avait tout tenté, associant tantôt Campbell et Diot dans la traction arrière, puis Duport et Ajinça dans le jeu intérieur, proposant même pendant un moment une défense de zone. Mais rien ne viendra effacer le « trou » fatal du deuxième quart temps.

Axel Toupane face… à son père

Ce matin, à l’entraînement, dans la salle de la Rotonde pour cause de handball, et avant de prendre l’avion pour la Côte d’Azur, les Strasbourgeois étaient déjà concentrés vers leur nouvel objectif. Il faut dire qu’ils s’enchaînent à la vitesse grand V. Demain, il faudra repasser au quotidien de la ProA en rendant visite au promu, Antibes. Avec un Alexis Ajinça présent sur le terrain, mais ménagé aujourd’hui pour reposer un genou douloureux après l’hyper-extension subie en Allemagne il y a deux jours. De plus, le voyage n'a pas été de tout repos. Prévu dans l'après-midi, via Lyon, il a été tout d'abord annulé en raison des aléas météorologiques. Et finalement, c'est par un vol direct, décollant à... 22h30 de Strasbourg, que les Strasbourgeois ont rejoint Nice, puis leur hôtel vers 1h du matin ! Il reste à souhaiter que ces avatars aériens ne pèseront pas sur le physique des hommes de Collet au moment de fouler le parquet de l'Azur Arena.

Battue lors de l’ouverture par Limoges (71-89), Antibes n’avait pas pesé très lourd à Nanterre (85-58) dont on a vu, il est vrai, le niveau en Euroligue. Manquant de peu, toujours pour les même petits détails qu’évoquait Vincent Collet, un exploit retentissant contre le CSKA Moscou ! Les hommes de Jean-Aymé Toupane (le coach totalise 19 défaites de rang en ProA) ont du mal à trouver leurs marques pour leur retour dans l’élite mais gare tout de même à leur réaction. Ils savent qu’il faut engranger très vite des victoires sous peine d’être lâchés. « C’est toujours difficile de jouer contre une équipe qui vient de perdre plusieurs matches d’affilée. Elle doit réagir vite » estime Paul Lacombe. Pénalisés par le départ poussif de leur meneur, Trevor Huffman, les Antibois miseront sur l’adresse de Larry O’Bannon et Shaun Fein, sur l’abattage de Tim Blue et la taille de Saer Sene ou encore sur un certain… Nicolas de Jong qui portait les couleurs de la SIG les deux dernières saisons. Anthony Hilliard en revanche, opéré du genou ces jours-ci, ne sera pas là. C’est Torrell Martin, vu avec Nancy et Orléans la saison dernière, un spécialiste de la pige médicale qui le remplace.

Du côté strasbourgeois, il en est un qui attend cette rencontre avec impatience. Axel Toupane, l’ailier strasbourgeois affrontera pour la première fois l’équipe de son père. « Pour le moment, j’essaie encore de progresser  en attaque, de faire ce que me demande le coach », dit-il, pas frustré de ne plus être dans le cinq comme c’était le cas en fin de saison. « On a une grosse équipe, l’important c’est de gagner les matches. Je ne réalise pas trop que c’est mon père qui sera le banc d’en face. Ça risque d’être un peu spécial juste avant le match, mais je vais découvrir cela… »

La SIG veut continuer à mettre son jeu en place, huiler les rouages, faciliter les relations entre ses joueurs. La rentrée d’Antoine Diot, plutôt en vue mercredi, est de ce point de vue une  très bonne nouvelle. Elle devrait contribuer à faire progresser le collectif strasbourgeois. Il le faudra pour affronter coup sur coup Istanbul et Cholet au Rhenus. Le premier match vendredi pour avoir encore une chance de se mêler à la lutte pour le Top 16, le second le lundi suivant pour rester dans le wagon de tête de la ProA.

Jean-Claude Frey