Basket
bandeau_pub_gauche_final2.jpg
bandeau_pub_droite_final2.jpg
SAISON 2018 / 2019
Abonnez-vous et rejoignez la #SIGARMY !
asvel sig
Actualités Réaction attendue

Réaction attendue

La SIG dispute ce mardi soir (20h45, en direct sur Canal+ Sport) la… 1ère journée de ProA à Villeurbanne. Après la déception vécue contre Nanterre (74-78), Vincent Collet attend une réaction de ses joueurs. Surtout dans l’attitude.

DB1_1397

Louis Campbell et Ricardo Greer devront tout mettre en oeuvre pour stopper le redoutable Edwin Jackson et l'ASVEL.

Ils étaient tous là, dimanche en fin d’après-midi, pour un entraînement programmé, comme à chaque fois que l’équipe joue 48 heures plus tard. Et en fin de matinée encore, sous le regard d’Antoine Diot, aux soins tout en observant ses coéquipiers, l’ambiance était studieuse. Quelques heures plus tard, l’équipe et le staff s’engouffraient dans le TGV pour Lyon où la SIG affrontera demain les « verts » de Villeurbanne-Lyon.

« Nous avons bien travaillé. J’ai vu de bonnes attitudes. Mais il faut travailler encore, les joueurs en sont aussi conscients que moi mais il n’est pas évident que cela se verra déjà sur le terrain mardi soir » insiste Vincent Collet. Pendant quelques semaines encore, ce groupe neuf, qui doit huiler les rouages, intégrer les « nouveaux » et régénérer les automatismes entre les anciens, devra faire des gammes.

Progresser dans l’attitude

La compétition, pourtant n’attend pas. « Alors, c’est dans l’attitude qu’il faut déjà progresser par rapport au match contre Nanterre, ajoute le coach. Avoir plus de consistance dans les intentions en attendant d’en avoir dans le jeu. Combattre ensemble et gagner, dans un premier temps, sans être au top » poursuit Collet. Cela passera bien évidemment par la défense. « Nous avons donné une vingtaine de points à Nanterre, en n’assurant pas les rebonds, en commentant des bévues défensives qu’il faut gommer au plus vite. Et être aussi plus enthousiaste. Demain, je veux voir un autre visage de la SIG » insiste le coach.

Le message est clair et sans entrer dans les détails individuels, Vincent Collet souhaite une réaction collective, un sursaut d’équipe. Alors Duport devra être plus consistant au relais d’Ajinça, Greer retrouver les vertus qui ont fait de lui le n°2 de la saison dernière, Leloup et Murphy laisser leur timidité au vestiaire, se lâcher et laisser parler leur talent, Campbell trouver des équipiers disponibles en attaque et Toupane poursuivre sur la voie ascendante sur laquelle il semble engagé. Quant à Paul Lacombe et Tim Abromaitis, ils seront particulièrement motivés en retrouvant l’Astroballe et leurs anciens équipiers.

Peu de repères

Car Villeurbanne a plutôt joué la continuité à l’intersaison. En conservant Edwin Jackson, le MVP français, très en vue lors des matches de préparation, Uche Nsonwu-Amadi, Amara Sy, son trio majeur, mais aussi le puissant Georgi Joseph et le félin Livio Jean-Charles, toutefois blessés, Thomas Larrouquis, Paccelis Morlende et les jeunes prometteurs Chassang, Rozenfeld et Heili, Pierre Vincent peut travailler sur la durée.  Les venues de Marko Keselj, l’international serbe qui avait fini la saison avec le Mans, celle de Travis Leslie que Nanterre a laissé au bord du chemin il y a dix jours et surtout celle de Chris Wright, un meneur passé par la D-League, mais aussi Porto-Rico et… les Dallas Mavericks (trois matches) permettent à l’ASVEL de nourrir de réelles ambitions cette saison. Ce dernier, arrivé tout récemment en remplacement de Pierre Jackson, qui ne s’est pas adapté à la vie en France, manquera peut-être d’automatismes. Ce que le talent pourra compenser…

« Nous n’avons que peu d’informations sur les Lyonnais puisqu’ils n’ont pas encore joué de match officiel. Mais nous ferons tout pour gagner, car sinon, la pression sera terrible contre Chalon. Mais on ne veut pas y penser » conclut Collet.

L’ASVEL disputera en effet ce soir son premier match de championnat. Une chance à saisir pour la SIG.

Jean-Claude Frey