Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIGChalon12101306
Actualités SIG : un succès convaincant

SIG : un succès convaincant

S'il reste du travail pour peaufiner le collectif, la SIG a tout de même été bien plus convaincante qu'il y a une semaine cet après-midi devant les caméras de France 3 en se défaisant de Chalon sans trembler : 78-68. Place maintenant à l'Euroleague, mercredi à Bamberg.

SIGChalon12101302

Kevin Murphy (21 points) a été très performant contre Chalon.

Avec trois pertes de balle pour débuter, aussitôt exploitées par Steed Tchicambourd, la SIG avait d’abord montré son visage le moins séduisant. Et puis Ajinça glissait un caviar à Murphy avant de conclure lui-même, Leloup trouvait l’ouverture : 8-8 (5e’). La SIG mettait petit à petit son collectif en place. Abromaitis, au relais de Greer, inscrivait cinq points et les Strasbourgeois s’offraient un 9-0 (19-12) pour boucler la première période en tête : 21-16.

Encore trop de stupides bévues

Très vite pourtant, Aboudou et Capela relançaient Chalon que Tchicamboud tenait à bout de bras : 23-21. Collet relançait les cadres, Ajinça surtout, et le pivot strasbourgeois se mit à peser de tout son poids sur le match : huit points de rang, des fautes provoquées et surtout une force de dissuasion en défense qui faisait déjouer les intérieurs adverses. Le résultat ne se faisait pas attendre au score : 27-21, 33-26 et 39-30 au repos.

Ajinça en imposait encore au retour des vestiaires (41-32) mais la SIG enchaînait à nouveau les bévues, offrant sur un plateau à Chalon un retour inespéré : 41-38 (25e’). Les 17 pertes de balles auront toutefois étaient largement contrebalancées par les 25 passes décisives, preuve que le collectif progresse à grands pas. C’est l’activité débordante de Paul Lacombe (cinq fautes provoquées, quatre rebonds offensifs et une très bonne séquence défensive) puis l’adresse retrouvée de Jérémy Leloup qui remirent la SIG à l’endroit : 51-43 et 54-45. Pendant ce temps, Kevin Murphy était partout. Plus appliqué en défense, se faufilant dans des trous de souris en attaque, ne négligeant pas non plus le service à un partenaire mieux placé, puis scorant de loin, il apportait la preuve de son indéniable talent qui ne demande qu’à fructifier dans un collectif encore naissant.

Et soudain, du rythme et des paniers faciles

Et puis, dès l’entame du 4e quart temps, ce fut l’avalanche. Une défense haute et agressive, pour grappiller des ballons de contre-attaques et en trois petites minutes, sur la base d’un 11-0 qui ne devait rien à personne, la SIG avait tué le match : 65-45. Toupane avait apporté son écot et Duport se montrait (enfin) à son avantage.

Chalon ramassera encore quelques miettes sur la fin (74-61, 38e’) et la SIG pouvait même supporter de voir son duo d’anciens, Campbell et Greer à… zéro point et 4 d’évaluation cumulée à 43’’ de la fin. Qu’importe, elle aura sûrement davantage besoin de leur expérience mercredi pour son premier match d’Euroleague à Bamberg. Là-bas, c’est un tout autre défi qui l’attendra. Mais si excitant !

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – CHALON 78-68. Rhenus Sport. 3425 spectateurs. Arbitres : MM. Viator, Thepenier et Vansteene.

Les périodes : 21-16, 18-14 (mi-temps : 39-30), 15-15 (54-45), 24-23.

SIG : 32 paniers sur 56 tirs (57%) dont 3 sur 12 à trois points, 11 LF sur 13, 30 rebonds (Ajinça 8) dont 7 offensifs, 25 passes (Campbell 6), 17 balles perdues, 20 fautes, Lacombe (40e’) éliminé.

Campbell, Murphy 21, Leloup 13, Greer 2, Ajinça 16, puis Lacombe 10, Toupane 3, Abromaitis 9, Duport 4, Imhoff.

CHALON : 22 paniers sur 52 tirs (42%) don’t 5 sur 23 à trois points, 19 LF sur 24, 25 rebonds (Brockman 6) dont 9 offensifs, 10 passes (Slaughter 5), 18 balles perdues, 18 fautes.

Tchicamboud 19, Slaughter 12, Bostic 10, Evtimov 8, Brockman 2, puis Ouattara 4, Capela 6, Aboudou 1, Touré 6, Michineau.

Les réactions

Vincent Collet : « Beaucoup de choses manquent encore mais nous avons eu beaucoup plus de situations positives que face à Nanterre. On a trouvé des tirs qu’on voulait ce qui n’était pas le cas il y a une semaine. On a eu aussi la maîtrise pour aller à l’intérieur avec un gros match d’Alexis Ajinça, qui a repoussé la menace adverse, bien secondé par Tim Abromaitis et Romain Duport dans ce secteur. On a aussi bien bougé la balle et avec quatre ou cinq balles perdues de moins, on aurait rendu une copie plutôt correcte. Il faut encore trouver un meilleur équilibre de tirs, car on ne shoote pas assez à trois points. J’ai beaucoup aimé le passage avec nos joueurs français en fin de troisième et début de quatrième quart temps. On les a pressés haut, provoqué des pertes de balle et fini en contre-attaque. Murphy progresse d’un match à l’autre et ce qui me plaît, c’est qu’il score de plusieurs façons. On ira à Bamberg avec beaucoup de niaque et d’envie car ce sera déjà un tournant. C’est pour ça qu’on s’entraîne dès demain matin à 10h30 à la grande joie de mes joueurs (sourire…) ».

Jérémy Leloup : « C’est une bonne victoire. Nous étions concentrés en défense et nous sommes restés sur la dynamique du match à l’ASVEL. Au fil des matches et des entraînements, on commence à trouver du jeu collectif. C’était la meilleure façon de préparer Bamberg. On prend toutes les victoires qui se présentent et pour la confiance, c’est bon… »

Michaël Hay : « On joue les uns à côté des autres et on perd trop de ballons. On a de jeunes joueurs mais ce sont les joueurs cadres qui ont perdu le plus de ballons. On manque aussi de fixation intérieure et on est très faibles offensivement. C’est un problème de confiance et je crois que la défaite contre Orléans nous a peut-être fait plus mal qu’on ne le pensait ».

Steed Tchicamboud : « C’était mieux dans l’intensité sur deux quarts temps et demi. On revient à trois points et là, ça se joue à quelques détails, mais on n’est pas prêts à jouer ces détails… On a 10 passes alors que l’an dernier, on tournait à 22 ou 23. La preuve que notre jeu collectif est pauvre. On n’est pas assez forts individuellement pour gagner des matches. Il n’y a que le collectif qui va nous sauver ».

Espoirs : SIG - Chalon 74-81