Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
SIG-Cholet-281013-3
Actualités SIG : une défaite qui fait mal

SIG : une défaite qui fait mal

 Rapidement malmenée par l'adresse de Cholet, la SIG est revenue à l'énergie avant d'être à nouveau distancée de 14 points. Lancée dans une folle course-poursuite, revenue à deux points à deux minutes de la fin, elle s'est tout de même inclinée (75-81) pour n'avoir pas mis assez tôt l'indispensable intensité défensive. Une deuxième défaite à domicile qui fait mal...  

SIG-Cholet-281013-02

Toute l'énergie de Paul Lacombe qui déborde Rudy Jomby, n'a pas suffi. La SIG a trébuché contre Cholet.

« Typiquement un match post-Euroligue… » Vincent Collet, les lèvres serrées, le visage fermé, avait du mal à dissimuler sa colère. La SIG a payé au prix fort son manque de concentration défensif, une certaine suffisance due à un statut qui, en réalité, ne lui apporte aucun avantage dans les rudes joutes du championnat. Surtout face à une équipe en totale confiance qui enchaîne les victoires comme on enfile les perles…

Pourtant, après une première passe d’armes entre Marquis et Ajinça, le pivot international de la SIG dominait en inscrivant huit points en quatre minutes : 10-4 (4e’). Mais le manque de dureté était vite exploité par le trio infernal de Cholet : Terrell Stoglin pénétrait facilement, John Cox avait du champ pour poster et dégainer, Lamayn Wilson enquillait à trois points : 10-14 (6e’), 14-22 à la fin du premier quart. La SIG s’était mise dans le pétrin toute seule. « Nous n’étions pas assez concentrés. On pouvait faire beaucoup mieux en défense. Les consignes demandées n’ont pas été respectées » regrettait Alexis Ajinça, très critique.

Un duel épique et musclé

Une série de Murphy qui inscrivait les cinq paniers de la SIG en cinq minutes, sur du jeu rapide et en pénétration, la domination d’Abromaitis au rebond et un esprit plus guerrier en défense, permirent à la SIG de passer devant : 30-26 (16e’). Mais après l’embellie de Jomby, Cox ramenait Cholet à lui tout seul avec neuf points de rang dont un panier bonifié au buzzer de la mi-temps : 37-38 !

La SIG tentera une défense de zone à la reprise, vite abandonnée après deux réussites à 6,75m de Lamayn Wilson. A l’intérieur, Ajinça et Marquis se livraient un duel (trop) musclé et épique sous l’œil d’arbitres trop laxistes. En attaque, l’adresse de Cholet, très discipliné (7 balles perdues seulement) contrastait singulièrement avec la maladresse de Strasbourgeois qui forçaient à la périphérie plutôt que de miser sur leurs points forts. Et comme Diot, mais aussi Leloup ne trouvaient pas la mire derrière l’arc, l’écart enflait dangereusement : 39-48, 43-57 (26e’), puis 48-62. Les lancers-francs de Campbell et Greer redonnaient quelque espoir (55-64), mais en encaissant 27 points dans le troisième quart, la SIG s’était sérieusement compliqué la tâche.

Quand l’intensité monta enfin d’un cran, symbolisée par la présence sur le parquet de Paul Lacombe, la SIG surgit, sur la base d’un 9-0 bienvenu, de 58-71 à 67-71 puis 74-76. C’était hélas trop tard car la réussite à trois points fuyait toujours les hommes de Collet. Stoglin puis Cox s’étaient empressés de mettre le couvercle sur le coffre. Cholet n’avait pas volé son succès. Pour la SIG, en revanche, la défaite était amère… Avec 40 rebonds contre 27, 95 d’évaluation contre 82, elle avait tout de même laissé échapper la victoire. Qui ne se joue pas seulement sur les statistiques…

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – CHOLET 75-81. Rhenus Sport. 4030 spectateurs. Arbitres : MM. Chambon, Lepercq et Milliot.

Les périodes : 14-22, 23-16 (mi-temps : 37-38), 18-27, (55-65), 20-16.

SIG : 29 paniers sur 62 tirs (47%) dont 4 sur 14 à trois points, 13 LF sur 17, 40 rebonds (Ajinça 9) dont 11 offensifs, 22 passes (Diot 8), 12 balles perdues, 22 fautes.

Campbell 5, Diot, Leloup 10, Greer 14, Ajinça 22, puis Lacombe 6, Toupane, Murphy 13, Abromaitis 5, Duport.

CHOLET : 30 paniers sur 64 tirs (47%) dont 10 sur 24 à trois points, 11 LF sur 15, 27 rebonds (Wilson 6) dont 6 offensifs, 13 passes (Stoglin 5), 7 balles perdues, 17 fautes, Marquis (39e’) éliminé.

Stoglin 20, Cox 21, Jomby 8, Wilson 21, Marquis 2, puis Brown, Burrell 6, Kante, Ho You Fat 3.

Les réactions

Vincent Collet : « Trois joueurs ont inscrit 62 points pour Cholet. Ceux qui étaient attendus de surcroît… On les a mis en confiance sur leurs points forts. C’était très insuffisant en défense malgré quelques rayons de soleil venus du banc. On n’a pas eu la maîtrise pour insister à l’intérieur, là où nous dominions. Les avertissements n’ont servi à rien. C’est une vraie déception. J’espérais que cette équipe serait à l’abri du contrecoup qui suit le match d’Euroligue. Ce n’est forcément pas rassurant avant d’aller à Kaunas ».

Jean-Manuel Sousa : « On a une équipe solidaire qui s’entend bien en dehors et sur le terrain. On est venu pour contrôler le tempo, faire un match de traînard et voir si on pouvait le gratter. Ça s’est joué à la fin, lorsque Strasbourg a mis beaucoup de pression. On a eu du mal mais on est resté devant. Gagner chez une équipe d’Euroligue, c’est bien pour la confiance avec huit nouveaux joueurs sur neuf. Nanterre samedi ? Laissez-nous respirer. On va d’abord savourer… »

[bootstrap_galerie type=dock_galerie_9_16 description=no_description]8783,8782,8781,8780,8779,8778,8777,8776,8775,8774,8773,8772,8771,8770,8769[/bootstrap_galerie]