Basket
aeroport_strasbourg_1500x450_left.jpg
aeroport_strasbourg_1500x450_right.jpg
MATCHES EN MAI AU RHENUS
Nanterre, Orléans, Monaco ... en route vers les playoffs !
SIGChalon12101306
Actualités Cette fois, c'est inquiétant !

Cette fois, c'est inquiétant !

La SIG n'a pas su rattraper au Mans la troisième bévue commise à domicile contre Paris et s'est lourdement inclinée : 84-68. Elle rentre dans le rang au classement pour n'avoir pas eu, en première mi-temps, une attitude conforme à son statut et à ses ambitions. « Cette fois, il va falloir se poser les bonnes questions ». La réaction d'Antoine Diot au micro de Sport+ résume bien la situation dans laquelle se sont mis les Strasbourgeois...

Entre une équipe invaincue à domicile, Le Mans, et l’autre qui a remporté tous ses matches à l’extérieur, le suspense a été de courte durée. Cette fois, le périple post-Euroligue pour souder le groupe n’a pas eu l’effet escompté. Et l’on craignait aussi qu’un jour, Alexis Ajinça, déjà très ciblé, ne soit plus au niveau où il culmine depuis le début de saison. Eh bien, c’est arrivé ce soir…

Dès le début, l’attitude n’y était pas en défense et les Manceaux pouvaient dérouler, prendre confiance, sans être gênés. Amorphes et lents, les Strasbourgeois ajoutaient quelques imperfections offensives et les premières pertes de balles compliquaient davantage encore leur mission : 13-6 (7e’), puis 17-8 (8e’). Le Mans, à l’inverse défendait dur à l’image de Batista sur Ajinça, le pivot alsacien étant rapidement obligé de faire soigner une plaie au crâne. Le danger venait principalement de Pape Sy et de Charles Kahudi (11 pts avant la pause) qui se jouaient de la défense de Greer, totalement transparent, et de Murphy, toujours à la peine.

La défense craque, l’attaque piétine

L’entrée de Duport et de Lacombe redonnait pourtant un peu de peps à la SIG (20-14 à la fin de la période) mais c’est alors la zone mise en place par Collet qui volait en éclats. Eito et Duggins scoraient à quatre reprises derrière l’arc et l’écart enflait : 36-22 (13e’). Toujours la même rengaine ! Le retour à la défense homme à homme ne suffisait pas, hélas, à relancer la SIG car c’est alors Sy encore, puis Dashaun Wood qui trouvaient des ouvertures. A tel point qu’à la pause, malgré les 10 points de Duport et les sept de Lacombe, qui gâchait malheureusement à deux reprises les actions positives qu’il venait de faire, l’écart était conséquent… Et l’absence de patron se faisait cruellement sentir.

Avec 44 points encaissés, on était loin du compte ! Les vestiaires ont dû trembler à la mi-temps car c’est avec une autre attitude que les hommes de Collet revinrent sur le parquet. Sous le regard attentif du président Bellon. Un panier bonifié de Campbell soulignait les intentions, mais aussitôt après, la troisième faute d’Ajinça (22e’)! La SIG défendait mieux mais quelques paniers, tout au bout de la position mancelle, lui faisaient très mal. Revenus à 53-44 après un bon passage de Leloup, les Strasbourgeois voyaient Batista, Terry et Wood refaire l’écart : 60-46 (30e’). Le peu d’agressivité offensive avaient permis au Mans d’arriver à 7’’ de la fin de la période avec une seule faute d’équipe !

Un retour et puis plus rien !

Malgré tout, la SIG n’abdiquait pas. De plus en plus présente en défense (enfin !), elle trouvait Diot (2+1), Greer et Murphy à trois points, mais aussi Toupane pour se rapprocher à 65-59. Mais là encore, les pertes de balles succédaient aux actions positives… Désespérant. Manque de concentration, manque de confiance, spirale négative ? Toujours est-il que Le Mans se remettait à l’abri (72-61) avant de résister à un dernier retour (74-68 à la 39e’) quand Diot et Leloup sonnaient la révolte. Wood et Duggins tuaient le suspense d’un cruel 10-0 pendant qu’Alexis Ajinça passait totalement à côté. Mais on ne le lui reprochera pas tant il avait déjà, depuis le début de saison, tiré d’épines du pied de son équipe. Cette fois, avant les prochaines européennes et hexagonales, il faudra bien se regarder en face. Et apporter les réponses aux questions que tout le monde, en coulisses, est en droit de se poser…

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

LE MANS – SIG 84-68. Arbitres : M. Viator, Mme Delaune et M. Gueu.

Les périodes : 22-14, 22-15 (mi-temps : 44-29), 16-17 (60-46), 24-22.

LE MANS : 30 paniers pour 61 tirs (49%) dont 12 sur 27 (44%) à trois points, 12 LF sur 13, 31 rebonds (Kahudi 7) dont 6 offensifs, 17 passes (Kahudi et Eito 4), 10 balles perdues, 15 fautes.

Wood 18, Sy 15, Mendy 2, Terry 7, Batista 6, puis Eito 8, Kahudi 14, Duggins 14, Koffi, Issa.

SIG : 26 paniers sur 59 tirs (44%) dont 6 sur 17 à trois points, 10 LF sur 11, 29 rebonds (Duport 8) dont 5 offensifs, 18 passes (Greer 5), 13 balles perdues, 17 fautes.

Campbell 7, Diot 12, Murphy 4, Greer 7, Ajinça 4, puis Lacombe 9, Toupane 4, Leloup 9, Abromaitis, Duport 12.

Les réactions

Antoine Diot :  « Le score final ne reflète pas le match car on a fait une bonne deuxième mi-temps. Mais la première nous a plombés. Il va falloir se poser les bonnes questions. On n’était visiblement pas prêts. En entrant mal dans le match en défense, on met l’adversaire en confiance et après, on court après le score… »

Pape Sy : « Cette fois on avait un peu plus de temps pour préparer ce match. On savait à la mi-temps qu’ils allaient revenir avec beaucoup de détermination. Ils ont mis des gros shoots mais on a su résister. On reste sur deux belles victoires contre Nanterre et Strasbourg, ça fait du bien bon pour la confiance ».