Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG - Bamberg - 221113 - 14
Actualités SIG - Bamberg ce soir 20h15 au Rhenus

SIG - Bamberg ce soir 20h15 au Rhenus

Retrouvez le fil du match sur le site de l'Euroleague, des informations tout au long du match sur Twitter, les scores à la mi-temps et à la fin du match sur Facebook et des photos ici à partir de la fin de la première mi-temps et la suite à la fin du match.

Match diffusé en direct du Be In Sport.

[bootstrap_galerie type=dock_galerie_9_16 description=no_description]9276,9270,9275,9274,9273,9272,9271,9253[/bootstrap_galerie]

Une victoire, enfin ?

Bamberg, qui vit une mauvaise série de 11 défaites de suite à l’extérieur ou la SIG qui campe sur… 11 défaites consécutives en Euroligue ? Qui mettra fin à la série noire ? Toute l’Alsace espère que les Strasbourgeois vont enfin décrocher un succès qui les relancerait aussi pour le championnat.

2013-10-16 20.13.08

Louis Campbell retrouvera Zach Wright sur sa route, ce soir. Pour un succès en Euroligue, enfin ?

Avant de débuter la saison d’Euroligue, il y a un peu plus d’un mois, on estimait que le premier match qui menait la SIG en Bavière, arrivait au meilleur moment pour afficher d’emblée ses intentions. Les joueurs ont vu là-bas, puis dans les quatre rencontres qui ont suivi, que le cap à franchir pour jouer un rôle dans cette compétition est énorme.

Pourtant, à l’exception d’un gros trou noir, pendant lequel elle avait encaissé un 18-1 fatal en fin de première mi-temps, la SIG avait fait jeu égal. Mais sans jamais plus inquiéter les Allemands, beaucoup plus expérimentés que les néophytes alsaciens. « Nos temps faibles sont… très faibles. Les bonnes équipes en ont aussi mais elles en minimisent l’impact. Pour rester en vie, il ne faut pas donner les matches à l’adversaire en quelques minutes » insiste le coach.

On ne règle pas les maux qu'avec des mots

Vincent Collet a beau en faire le constat, mettre des mots sur les maux qui rongent son équipe depuis le début de saison, cela aide mais ne suffit pas. « La seule chose qui compte, c’est gagner. Il nous faut des victoires et le plus vite sera le mieux. Il ne faut plus penser à la qualification mais chercher à retrouver la confiance ». Et pour cela, il n’y a qu’un remède pour retrouver le sourire : vaincre.

Après sept défaites en huit matches, toutes compétitions confondues, il y aurait de quoi tirer la sonnette d’alarme. Si la lessiveuse de l’Euroligue est passée par là, l’équipe n’en reste pas moins soudée, travaille d’arrache-pied et espère bien trouver ce vendredi la récompense à ses efforts, consciente qu’elle devra vraiment jouer en mode Euroligue, en attaque comme en défense.

C’est d’ailleurs en défense que le bât blesse le plus souvent. Et face aux artilleurs allemands, l’intensité sera exigée. Bamberg cumule en effet, sur l’ensemble des 24 équipes, une réussite à trois points insolente (42,4%), un domaine dans lequel seul Kaunas fait mieux, presque équivalente à celle obtenue à deux points (44,1%) alors que la SIG « offre » le meilleur pourcentage derrière l’arc à ses adversaires (47,2%). « Il faudra corriger les faiblesses qu’on a, défendre fort pour tenter de les limiter sur leur point fort et être plus en réussite en attaque ». Là encore, on peut faire parler les statistiques puisque Bamberg a la défense la plus perméable de toute l’Euroligue en encaissant 84,2 pts par rencontre. De quoi inspirer les attaquants strasbourgeois.

Mais le capital confiance pèsera tout autant. Et entre une formation qui vient de mettre fin à une série de sept succès consécutifs de Telekom Bonn en Bundesliga (69-83) et l’autre, dominée au Mans (84-68) même si l’écart s’est vraiment fait dans les 90 dernières secondes après un retour à 74-68, la balance pourrait pencher en faveur des Allemands.

Si Ajinça et Duport, auteur d’une bonne sortie dans la Sarthe, contiennent Maik Zirbes, Damir Markota et le puissant Sharrod Ford (3e rebondeur de la compétition), si toute l’équipe fait le job sous le cercle pour ne pas laisser trop de munitions à l’adversaire, un autre point faible récurent en Euroligue, c’est de Campbell, Diot, Leloup - handicapé cette semaine par un refroidissement - ou Lacombe qu’on attend qu’ils « neutralisent » Anton Gavel, Casey Jacobsen, John Goldsberry, Zach Wright, Rakim Sanders ou le très efficace Jamar Smith, tous capables de prendre feu derrière la ligne à trois points. Ce n’est qu’à ces conditions-là, que la SIG peut espérer mettre fin à cette série noire. « Un gros challenge pour garder le cap » soutient Collet. Qui veut malgré tout rester positif convaincu qu’avec le temps, l’alchimie qui tarde à se faire finira par porter son équipe vers les sommets. Pour le moment, un succès nous comblerait déjà !

Jean-Claude Frey

 A voir également sur le site : les interviews d'avant-match de Vincent Collet et Louis Campbell

One Team

Après avoir rendu hommage aux victimes du typhon philippin, l’Euroleague lance pour les deux prochaines journées, une nouvelle opération de soutien. Cette fois, ce sont les Special Olympics, des épreuves sportives d’hiver et d’été, destinées aux déficients intellectuels que l’on soutiendra. Pas de nom sur les maillots des joueurs des deux équipes, mais un slogan « One Team », et une petite cérémonie avant le coup d’envoi.