Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG - Kaunas - 051213 - 07
Actualités Campbell force la victoire au buzzer : 77-76 !

Campbell force la victoire au buzzer : 77-76 !

Le Rhenus Sport en tremble encore ! Dans un final haletant, la SIG a décroché sa deuxième victoire en Euroligue face au Zalgiris Kaunas : 77-76. Les Lituaniens venaient de prendre l’avantage à deux secondes du gong. Mais après un temps mort strasbourgeois, Louis Campbell, d’un improbable panier à trois points, est venu couronner tous les efforts de son équipe !

SIG - Kaunas - 051213 - 04

Louis Campbell, héros de la soirée...

Quand Justin Dentmon, le petit meneur du Zalgiris, est venu marquer sous le nez des joueurs de la SIG à 2''47/100 de la fin pour redonner l'avantage à Kaunas (74-76), on a bien cru que tous les efforts déployés pour arracher ce deuxième succès en Euroligue venaient d’être réduits à néant. Et qu’une semaine après avoir réussi le même coup contre Milan, Dentmon allait être une nouvelle fois le héros de son équipe. C'était compter sans Louis Campbell qui enfilait la cape de Zorro pour renverser l’issue de la partie.

Le déclic est venu du banc

Elle était pourtant bien mal partie, cette rencontre, pour une équipe strasbourgeois qui voulait si bien faire. « J’ai été surpris de notre entame. Certains joueurs sont restés dans les stands… » dira Collet. Dentmon à trois points puis en pénétration, Javtokas et Jankunas, avaient lancé le Zalgiris sur les meilleures bases : 0-11, puis 2-14, 4e’. Pendant ce temps, la SIG avait perdu plusieurs ballons, raté tous ses tirs et commis quatre fautes ! Le scénario catastrophe par excellence. C’est du banc que vint l’énergie et les solutions. Paul Lacombe tout d’abord, en « energizer » pour piquer des ballons, donner de la vitesse, conclure à trois points et planter un dunk après un rebond offensif; puis Axel Toupane qui sut « éteindre » Dentmon ; enfin Romain Duport, non seulement réaliste en attaque mais aussi dur en défense. Du coup, la SIG passait un 10-1 et un 15-4 qui donnaient une autre tournure à la rencontre : 17-15 après le premier panier de Greer qui avait pourtant gâché quelques occasions.

Stombergas avait pris un temps mort, lancé son maître à jouer, Sarunas Jasikevicius, pour remettre de l’ordre. Et Kaunas y parvint plutôt bien (20-23, 12e’), s’appuyant sur Milaknis (trois paniers bonifiés déjà) qui faisait oublier Pocius : 28-35. Et comme les arbitres ne faisaient aucun cadeau, bien au contraire, la SIG concédait des lancers-francs (11 sur 13) alors qu’elle en obtenait six pour n’en marquer que deux en première mi-temps ! Alexis Ajinça, maltraité, répliquait à tort et se voyait sanctionné d’une faute antisportive ! Un comble… Revenue grâce à Leloup et Campbell (32-35, 19e’), la SIG lâchait du lest (32-40) avant de revenir dans le sillage du Zalgiris à la pause : 37-42.

Un troisième quart temps de feu !

Dès la reprise, la défense alsacienne montait d’un cran. Trois minutes durant, pas un point,  ni d’un côté, ni de l’autre. Ajinça et Diot en contre-attaque ramenaient la SIG à un point (41-42) mais Kaunas se relançait : 45-47 (28e’). Diot mettait du rythme, défendait le plomb, comme Greer sur Lavrinovic. Et Duport faisait oublier le « petit » match d’Ajinça. Et à la fin d’un quart temps dans lequel Kaunas n’avait marqué que deux points en huit minutes, neuf dans la période, la SIG reprenait les rênes du match : 53-51.

Campbell sortait (déjà) de sa boîte pour un panier derrière l’arc (56-51, 31e’). Avec un superbe cinq sur sept à trois points, cinq passes et 21 d'évaluation, on a retrouvé le "grand" Louis, déjà excellent au Havre. Mais à cet instant ce sont les artilleurs lituaniens qui prirent soudain feu. Quatre paniers bonifiés de suite par Pocius, Milaknis et Dentmon à deux reprises. Tout était à refaire : 58-64 (36e’). Le 0-10 aurait pu être fatal, mais Ricardo Greer, en ramasse-miettes sous le cercle et d’un panier à trois points suivi d’un lancer (!) égalisait à 68. Avec 16 points, 6 passes, 21 d'évaluation et un réel impact physique, il a été le catalyseur de la victoire. Le suspense était insoutenable, car à 71-68, puis 74-72, la SIG avait manqué à deux reprises l’occasion de « tuer » le match. Avant le final que l’on sait…

Mathématiquement, la SIG reste en vie bien sûr pour la qualification. Mais il faudrait un concours de circonstance miraculeux, comme un succès... au Real, pour y parvenir. Cette victoire est excellente, cependant, pour la suite de la saison et pour aborder le match capital contre Limoges, mardi. Dommage simplement que le public alsacien ait boudé ce formidable rendez-vous, les rangs du Rhenus étant plutôt clairsemés. Les supporteurs présents se souviendront longtemps de leur soirée, fêtant longuement leurs héros. Quant aux absents, plus que jamais, ils avaient eu tort…

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – ZALGIRIS KAUNAS 77-76. Rhenus Sport.  3 340 spectateurs. Arbitres : MM. Arteaga (ESP), Dozai (CRO) et Bijedic (BIH).

Les périodes : 18-18, 19-24 (mi-temps : 37-42), 16-9 (53-51), 24-25.

SIG : 32 paniers pour 68 tirs (47%) dont 8 sur 19 à trois points, 5 LF sur 10, 30 rebonds (Greer 7) dont 15 offensifs, 24 passes (Diot 7), 14 balles perdues, 22 fautes.

Campbell 15, Diot 6, Leloup 7, Abromaitis, Ajinça 10, puis Lacombe 7, Toupane 4, Greer 16, Duport 12.

KAUNAS : 24 paniers pour 48 tirs (50%) dont 10 sur 22 à trois points, 18 LF sur 23, 30 rebonds (Jankunas 7) dont 9 offensifs, 16 passes (Jasikevicius 5), 20 balles perdues, 21 fautes.

Dentmon 18, Lipkevicius 2, Pocius 8, Jankunas 8, Javtokas 2, puis Cizauskas, Klimavicius 3, Jasikevicius 2, Milaknis 16, Kupsas 7, Lavrinovic 10.

Les réactions

Louis Campbell : « Ce dernier tir, je ne peux pas l’expliquer. L’écran était prévu pour Jérémy [Leloup] mais il était pris. J’ai cherché Alexis [Ajinça], il était couvert avec beaucoup de bras levés devant lui. J’ai eu une petite fenêtre de tir et je l’ai prise. C’est le plus beau panier de ma carrière ! »

Vincent Collet : « C’est une vraie satisfaction par rapport à l’engagement que les joueurs ont mis dans la partie, au-delà de la fin qui restera dans les mémoires. Je leur ai dit que j’étais été fier d’eux, et qu’en cas de défaite j’aurais été déçu pour eux. Cette victoire va faire grandir tout le monde. Mentalement, c’est une vraie progression ».

Saulius Stombergas : « Strasbourg a proposé une très grosse défense et avait très envie de gagner. Tout a été difficile pour nous. Et surtout nous avons commis trop d’erreurs. On ne peut pas gagner quand on fait autant de cadeaux. Les pertes de balles et les rebonds offensifs que nous avons donné nous ont coûté la victoire alors qu’on a contrôlé le match la plupart du temps ».

Arturas Milaknis : « C’est vraiment difficile de parler maintenant. C’est une fin de match cruelle. En seconde periode, nous avons perdu beaucoup trop de ballons et cela nous coûte la victoire. Nous sommes l’équipe numéro un des pertes de balles en Euroligue… Je ne comprends pas ce qui se passe…»

 

[bootstrap_galerie type=dock_galerie_9_16 description=no_description]9535,9536,9537,9543,9542,9541,9540,9539,9538,9558,9557,9556,9555,9554,9553,9552,9551,9550,9549[/bootstrap_galerie]