Basket
aeroport_strasbourg_1500x450_left.jpg
aeroport_strasbourg_1500x450_right.jpg
MATCHES EN MAI AU RHENUS
Nanterre, Orléans, Monaco ... en route vers les playoffs !
actu'EL
Actualités Campbell n’était pas seul

Campbell n’était pas seul

Il reste deux journées en saison régulière d’Euroligue et la bataille pour le Top 16 va faire rage. Car seules huit équipes ont obtenu leur ticket avant l’heure. Si la SIG n’a plus qu’un très mince espoir (improbable victoire au Real et concours de circonstances favorable dans les dernières rencontres…), elle peut jouer un rôle d’arbitre lors de l’ultime journée contre Milan.

BUZZER BEATERS. – Louis Campbell n’a pas été le seul à donner la victoire à son équipe d’un panier à trois points à la sirène. Le Rhenus se souviendra longtemps de ce buzzer beater contre Kaunas (77-76). Mais à Sienne, qui vient de remporter trois victoires en quatre matches, Jeffrey Viggiano a également été fêté. Zielona Gora, porté par Vladimir Dragicevic (20 pts, 7 fautes provoquées, 22 d’évaluation mais… 4 sur 9 seulement aux lancers-francs), menait 57-59 quand l’ailier italien a renversé la marque à 1’’1 du buzzer. De quoi croire encore à la qualification dans la poule C. Schaffartzik (Bayern) et Williams (Krasnodar Kuban) ont été moins heureux (voir plus bas).

BONNET D’ANE. – En remportant un deuxième succès, la SIG s’est défait de la dernière place (relative) des 24 équipes. Budivelnik Kiev, prochain adversaire de Nanterre, et Lietuvos Rytas Vilnius ont fait moins bien avec une victoire seulement en huit rencontres.

BATAILLE. – Deux poules promettent des luttes acharnées dans les deux dernières journées. La poule B, celle de la SIG où Istanbul, Milan, Kaunas et Bamberg se tiennent en un seul point. Quatre équipes pour trois places et des Turcs qui pourraient être éliminés après leur défaite à domicile contre Bamberg ! Ils se rendent à Kaunas et recevront… le Real lors des deux derniers tours. Milan – Bamberg dès ce vendredi puis Bamberg – Kaunas le 19 décembre vaudront également cher. Dans la poule C, Malaga, le Bayern et Sienne sont ex-aequo à la 3e place. Qui fera les frais des deux derniers matches ?

SURPRISES. – Deux succès à l’extérieur ont surpris, lors de ce 8e tour. Celui de Bamberg à Istanbul, où les Bavarois étaient menés de 14 points à la mi-temps, avant de renverser l’Anadolu Efes d’un 23-4 assassin, et celui du Fenerbahçe Istanbul à Moscou (74-78). Avec trois défaites, les Moscovites n’assument pas le rang très théorique que leur attribuait en début de saison le plus gros budget de l’Euroligue (40 millions)…

FESTIVAL OFFENSIF. – C’est un score de NBA (103-105) que se sont offerts le Bayern Munich et l’Olympiakos du Pirée. Les Grecs ont dû batailler pour rester invaincus et ont aussi remporté la bataille de l’évaluation (120-115, un record !). Spanoulis (24 pts, 7 passes, 29 d’éval), MVP de ce 8e tour, Perperoglou (25 pts à 9 sur 12, 28 d’éval) et Sloukas (huit passes) ont tremblé jusqu’au bout. Schaffartzik (21 pts et 22 d’éval), à 5 sur 7 à trois points jusque-là, a vu son dernier tir derrière l’arc faire « gamelle » ! Avec Malcolm Delaney, l’ex-Chalonnais (22 pts, 10 fautes provoquées, 32 d’éval, record de la journée), les Bavarois avaient passé un 13-0 dans le 3e quart (54-66, 67-66) pour se remettre dans la partie, avant d’échouer d’un cheveu.

KRASNODAR CEDE SON RANG. – Krasnodar Kuban se déplaçait en leader au Maccabi Tel Aviv. Les Israéliens menaient de douze points avant de se faire remonter dans la dernière minute : 73-73. Krunoslav Simon (Kuban) manquait deux lancers-francs avant le panier de Schortsanidis (75-73). Le dernier tir (à trois points) de Marcus Williams manquait la cible de peu. Le Maccabi décrochait ainsi sa qualification tout en s’emparant de la première place de la poule D.

AJINÇA RECULE. – Auteur d’une sortie « moyenne » contre Kaunas (10 pts à 4 sur 9, six d’évaluation) après avoir très souvent brillé, Alexis Ajinça a reculé dans les classements. Le voilà 8e au ’’ranking’’ avec 19,13, assez loin de Nocioni (Vitoria), 21,80 qui, blessé, ne joue plus depuis trois matches, et Hackett (Sienne) 20,63. Au classement des marqueurs, le pivot de la SIG (2e avec 18 pts de moyenne) est à nouveau devancé par le Croate Bojan Bogdanovic, auteur de 18 pts avec le Fenerbahçe dans le succès à Moscou.

LAUVERGNE EGALEMENT SCOREUR. – Depuis le début de saison, Joffrey Lauvergne (Partizan Belgrade) multiplie les performances aux rebonds où il est toujours second avec 10,38 prises derrière Mensah-Bonsu (Galatasaray) avec 11,40. Contre Kiev, le pivot de l’équipe de France a aussi inscrit 18 pts et rendu une superbe copie (23 d’évaluation), tout près de son coéquipier, le Serbe Bogdan Bogdanovic (28 d’éval).

CAMPBELL REMONTE. – Avec cinq passes contre Kaunas, Louis Campbell est le meilleur Sigman au classement des passes décisives toujours mené par Diamantidis (7,13). Avec quatre de moyenne, il pointe au 19e rang. A trois points, son 5 sur 7 face aux Lituaniens, lui vaut de remonter à la 15e place avec 48,28%, loin toutefois du Madrilène Nikola Mirotic (63,64%), de Justin Dentmon (53,49%) ou Jamar Smith (52,5%). Le meneur de la SIG est aussi le joueur le plus utilisé par Vincent Collet (28’09’’) devant Antoine Diot (26’49’’). C’est Axel Toupane qui apparaît le moins sur le parquet (12’43’’). Hackett (Sienne) avec 34’11’’ et Joffrey Lauvergne (Partizan) avec 33’36’’ sont les deux joueurs d’Euroligue qui totalisent le plus de temps de jeu.

DIOT ET LACOMBE PLACES. – Antoine Diot et Paul Lacombe sont des poisons pour la défense adverse. Avec 1,86 interception pour le premier, 1,75 pour le second, ils sont respectivement 4e et 5e d’un classement mené par Jamon Gordon (Anadolu Efes) avec 2,38.

EN PROGRES. – Le succès de la SIG sur Kaunas lui a permis de se replacer dans plusieurs catégories statistiques. A l’évaluation collective, par exemple, elle est 14e avec 75,1 et devance Bamberg, Kaunas et Milan, mais aussi Nanterre, 24e avec 58,6. Maigre consolation peut-être dans la mesure où les succès sont plus importants… Le Real (118,8) est toujours intouchable et ne laisse que 53,4 d’évaluation moyenne à son adversaire. Avec 72, la SIG a obtenu le meilleur total contre l’ogre madrilène. En revanche, l’équipe strasbourgeoise accorde 92 d’évaluation à ses adversaires.

DEFICITS. – 18e attaque (70,4 pts marqués), la SIG est surtout la 23e défense (81,5 pts encaissés, seulement ’’battue’’ par Bamberg avec 83,9). Deux catégories où c’est encore… le Real qui domine (90,5 et 65,6). Mêmes difficultés aux rebonds, où la SIG est 23e avec 29,1 prises, 11e au rebond offensif avec 10, dernière au rebond défensif avec 19,1.

ENCOURAGEANT. – Signe d’une qualité de jeu évidente, le classement des passes décisives place le Real loin devant (21,9) mais avec 18,6, la SIG, ex-aequo avec Barcelone est bien placée, juste derrière le Maccabi et l’Olympiakos. Des références, non ?

ADRESSE MOYENNE. – En revanche, au niveau de l’adresse, le bilan est moyen. 12e aux lancers-francs (73,1%), la SIG a perdu cinq places après le modeste 5 sur 10 contre Kaunas. A deux points, elle pointe en 16e position (49,4%), loin du Barça (58,5%) qui a détrôné le Real (57,8%), plus maladroit que d’habitude à Milan (49%). Enfin, à trois points, la SIG s’améliore collectivement (10e avec 35,7%), là où Madrid (42,3%) et Kaunas (40,7%) excellent, mais reste l’équipe qui « offre » le plus fort pourcentage derrière l’arc à son adversaire (43,9%). A méditer avant le match des extrêmes de vendredi… 

J.C.F.