Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Sig - Real Madrid - 071113 - 07
Actualités La SIG au Real Madrid : le grand défi

La SIG au Real Madrid : le grand défi

Tout le monde est passé à la moulinette de l’ogre madrilène depuis le début de saison, en Euroligue comme en championnat d’Espagne. Ce vendredi soir (20h45), pour le compte de la 9e journée dédiée à Nelson Mandela, la SIG tentera pourtant de résister au mieux aux « géants » du Real. Pour maintenir une dyna mique née de cinq victoires lors des six derniers matches. Sans même aller jusqu’à rêver d’un succès…

speach

C'est dans la salle d'entraînement du Real, à plus de 20 km de Madrid, que la SIG s'est préparée au choc de vendredi.

En deux saisons d’Euroligue, la SIG s’est déplacée 11 fois pour autant de défaites. Le 12e déplacement qui risque fort d’être le dernier, la mènera au Real Madrid, ce vendredi, chez une équipe qui n’a pas l’habitude de faire de cadeaux… On le savait, les statistiques ne plaident pas en faveur des Alsaciens. Dans l’ensemble des catégories du jeu d’ailleurs, les Espagnols invaincus après huit tours et qui cumulent neuf succès en championnat en autant de rencontres, dominent l’Europe entière et donc les joueurs de Collet… Il n’y a guère qu’au rebond offensif (10 prises en moyenne pour chaque équipe) que la SIG a pu faire jeu égal jusqu’ici.

Lorsqu’il regarde les chiffres, Vincent Collet a le vertige. « Ils ont plus de 118 d’évaluation en moyenne, et ne laisse que 53 à leurs adversaires. C’est énorme ! » A l’aller, cependant, avec un méritoire 72 et un Alexis Ajinça exceptionnel (32 d’évaluation), ses joueurs ont tenu tête près d’une mi-temps. Avant d’être sanctionnés pour leur excès de balles perdues. « Il faut faire beaucoup d’efforts pour suivre leur rythme car on ne peut pas les empêcher de l’imposer… Alors, quand on a la balle et qu’ils vous poussent à jouer vite, il ne faut surtout pas tomber dans le piège » insiste Collet. Punition garantie.

L’hydre madrilène

Pour décrire cet adversaire hors du commun que les joueurs de la SIG seront pourtant fiers d’affronter, même s’ils ont tout à craindre, Vincent Collet n’hésite pas à puiser dans la mythologie grecque pour trouver la comparaison… « Je connaissais l’hydre de Lerne, mais là, c’est l’hydre madrilène. Il faudrait couper toutes les têtes en même temps pour avoir une chance… » Les travaux d’Hercule de la SIG, c’est donc pour ce vendredi, dans le sublime Palacio de deportes. « On ne voudrait pas en prendre 50, même si on sait que ça peut arriver », poursuit-il. Allusion à l’écart que le Real peut infliger à chacun de ses adversaires pour peu qu’ils se jettent dans la gueule du loup. Ioannis Bourousis est blessé ? « Il en reste tellement qu’ils pourraient aligner deux équipes qui se qualifieraient pour le Top 16 » lance l’entraîneur normand, à la fois admiratif et craintif.

histoire

Dans la salle d'entraînement du Real, des murs chargés d'histoire...

Ces Espagnols qui évoluent au côté des Américains Darden, Slaughter, Carroll ou Draper qui possède un passeport croate et du Tunisien Mejri, Vincent Collet les connaît bien et depuis si longtemps. Rudy Fernandez, Sergio Rodriguez, Felipe Reyes et Sergio Llull, auxquels il faut ajouter l’étoile montante, Nikola Mirotic, ont si souvent empêcher l’équipe de France de… gagner, qu’ils en étaient devenus leur cauchemar. Jusqu’à ce magique jour de septembre à Ljubljana que la « roja » a encore au travers de la gorge. Alors, la seule présence d’Alexis Ajinça, d’Antoine Diot et de leur sélectionneur, suffit à faire monter une soif de vengeance redoutable…

Ne pas se désunir

La SIG a démontré lors des derniers matches (Bamberg, Pau-Orthez, Le Havre, Kaunas et Limoges), et malgré l’accident d’Istanbul, que « l’équipe commence à se forger ». Il est important de rester sur cette dynamique positive. « En tentant de faire la meilleure prestation possible » insiste le coach. « C’est une chance d’être confronté à une telle équipe, mais il faut être conscient de la difficulté qui nous attend. Profiter d’affronter le Real pour franchir encore un cap, sans souci par rapport au résultat, mais en se concentrant sur le jeu ».

La chance du vendredi 13 ?

Car rien ne sera facile, rien ne sera offert sur le sol madrilène. « Leur défense, c’est un mur. Ils agressent, ils prennent des risques car derrière un joueur, il y a toujours une couverture… La balle devra voltiger pour trouver des positions mais en minimisant les pertes de balle. Il faudra beaucoup d’anticipation dans les mouvements sans ballon », explique le coach, démonstration à l’appui.

A ce titre, le début de match sera capital. « Ne pas les mettre en confiance, se prouver qu’on peut les jouer. Et ne pas en faire un match de souffrance… » Plus vite dit ou écrit, que réalisé… Avec le joli collectif affiché ces derniers temps, où chaque joueur a apporté son écot à un ensemble de plus en plus séduisant, la SIG peut voir venir si elle confirme ces nouvelles dispositions. Même s’il lui faudrait la chance d’un vendredi 13 pour imaginer qu’elle pourrait s’imposer !

Jean-Claude Frey