Basket
aeroport_strasbourg_1500x450_left.jpg
aeroport_strasbourg_1500x450_right.jpg
LES PLAYOFFS AU RHENUS
SIG Strasbourg - Pau-Lacq-Orthez lundi 22 mai à 20h30
SIG - Limoges - 101213 - 04
Actualités La SIG en démonstration : 92-70 !

La SIG en démonstration : 92-70 !

Un match-référence, assurément ! Avec une énorme défense dès l'entame, la SIG a réussi un match exceptionnel, particulièrement abouti et a nettement dominé le leader limougeaud, pourtant invaincu à l'extérieur jusqu'ici : 92-70. 10 balles perdues seulement, 29 passes décisives, une évaluation record (123), les Strasbourgeois ont tiré le meilleur parti de l’expérience européenne et semblent partis vers les sommets… de la ProA.

Une première mi-temps de rêve avait mis les Strasbourgeois sur les bons rails. Très impliqués en défense à l'image d'Abromaitis, provoquant la maladresse (2 sur 12 à trois points à la pause) et les pertes de balle du CSP Limoges (huit dès le premier quart après six interceptions strasbourgeoises), les joueurs de Collet ont trouvé du jeu rapide et de quoi alimenter la marque (65% après 10 minutes). Et quand, à 15-13 (7e’), Campbell enfila coup sur coup deux paniers à trois points, que Diot et Greer profitaient du travail de leurs équipiers, Limoges était dans les cordes après avoir encaissé un 12-0 ! Mieux, la SIG ne faiblissait pas dans la deuxième période et faisait encore donner la cavalerie légère avec Lacombe en renfort, un Toupane plein d’à-propos et un très bon Duport, qui fêtait de la plus belle manière ses 27 ans : 37-21 et 45-25 ! Seuls quatre lancers-francs de J.R. Reynolds rectifiaient le tir avant la pause : 49-27. 

Diot en patron

La seconde mi-temps pouvait constituer un piège. Moerman s’était trouvé deux fois seul sous le cercle mais la SIG resserrait aussitôt les boulons. Leloup sur lancers-francs, Greer et Ajinça portaient le score à 60-37 (25e’). Limoges ne trouvait toujours pas de solution... Ajinça était malheureusement pénalisé par les fautes mais Duport faisait bien mieux que le remplacer. Diot s'imposait en vrai patron (7 passes, 22 d’évaluation), Abromaitis et Greer transformaient eux aussi les lancers-francs vaillamment obtenus et l'écart grimpait à 24 points : 65-41, puis 73-50.

Il ne restait plus qu'à gérer le dernier quart temps, ce que la SIG fit plutôt bien. Pourtant, un 0-4 et cinq fautes à… zéro, auraient pu inquiéter. Mais Limoges avait renoncé depuis belle lurette et tout le « poids » de J.K. Edwards, le sursaut de Reynolds ou de Green n’y suffisaient pas. A l’inverse, la SIG régalait le public, assurant même le spectacle avec un Axel Toupane très en verve : 92-70, une démonstration... De quoi regarder désormais vers le haut du classement.

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – CSP LIMOGES 92-70. Rhenus Sport. 4 035 spectateurs. Arbitres : MM. Dubois, Lepercq et Peyridieu.

Les périodes : 25-14, 22-15 (mi-temps : 47-29), 26-21 (73-50), 19-20.

SIG : 31 paniers pour 57 tirs (54%) dont 5 sur 19 à trois points, 25 LF sur 28, 29 rebonds (Ajinça 7) dont 4 offensifs, 29 passes (Diot 7), 10 balles perdues, 25 fautes, Leloup (36e’) eliminé.

Campbell 13, Diot 19, Leloup 5, Abromaitis 12, Ajinça 10, puis Lacombe 4, Toupane 13, Greer 8, Duport 8.

LIMOGES : 22 paniers pour 57 tirs (39%) dont 5 sur 24 à trois points, 21 LF sur 28, 33 rebonds (Moerman 8) dont 11 offensifs, 10 passes (Reynolds 3), 17 balles perdues, 23 fautes.

Green 11, Acker 6, Boungou Colo 15, Edwards 10, Zerbo 2, puis Reynolds 10, Moerman 9, Williams 5, Rigot 2, Curier, Estienne.

Les réactions

Vincent Collet : « Ce match confirme ce que je perçois depuis un moment. Nos problèmes défensifs étaient une vraie limite et nous sommes meilleurs dans ce domaine depuis un moment. On a pris leurs arrières à la gorge en défendant très fort avant qu’ils n’aient la balle. Ce succès doit être une étape intéressante car on a aussi développé du jeu de l’autre côté du terrain et on n’a pas perdu la balle. Au contraire, on s’est procuré des paniers faciles en contre-attaque pour faire l’écart en première mi-temps. Louis [Campbell] avait lancé l’équipe sur les rails avec des actions d’éclat et les joueurs du banc, comme Duport, ont beaucoup donné. Antoine [Diot] a fait son meilleur match depuis qu’il est à la SIG et son association avec Campbell a très bien fonctionné, l’aide de Lacombe et de Toupane ayant aussi été précieuse. On a dominé derrière face à la meilleure traction arrière du championnat… »

Antoine Diot : « Je me sens de mieux en mieux, physiquement notamment et les automatismes viennent. Je trouve ma place et mon rôle dans cette équipe. Mais ce soir c’est d’abord une victoire d’équipe car on a dominé d’un bout à l’autre du match. C’est quelque chose d’assez fort, surtout dans la période d’euphorie où était Limoges. Tout est parti de la défense mais on a aussi très bien attaqué. Alexis est dominant et est donc très ciblé. Il a eu l’intelligence de faire jouer ses équipiers. C’est extra de jouer avec des mecs comme ça ! Les matches d’Euroligue nous servent vraiment pour mettre de l’intensité en défense… »

Jean-Marc Dupraz : « Notre entame n’était pas bonne : pas d’agressivité, pas de dureté, des shoots ouverts manqués, des balles perdues. Mais d’abord, il faut dire que Strasbourg a été très bon. Nous avons été bons depuis le début de saison alors on ne va pas tirer à boulets rouges sur l’équipe ce soir. On ne va pas se cacher non plus sur les 10 jours qui nous ont fait perdre le rythme. C’était un non-match… Mais je le répète, en face, c’était une équipe de haut niveau ».

J.K. Edwards (en colère) : « C’est passé. On a perdu. Ça ne sert à rien de revenir en arrière. On avait 10 jours pour le préparer ? Et alors ? On a perdu, un point c’est tout. »

 

[bootstrap_galerie type=dock_galerie_9_16 description=no_description]9606,9611,9610,9609,9608,9607,9619,9618,9617,9616,9615,9614,9613,9632,9631,9630,9629,9628,9627,9626,9625,9624,9623,9622[/bootstrap_galerie]