Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Jasik
Actualités SIG - Kaunas ce soir au Rhenus

SIG - Kaunas ce soir au Rhenus

Retrouvez le fil du match sur le site de l'Euroleague, des informations tout au long du match sur Twitter, les scores à la mi-temps et à la fin du match sur Facebook et des photos ici à partir de la fin de la première mi-temps et la suite à la fin du match.

Match diffusé en direct du Be In Sport.

 

Question de fierté...

Zalgiris Kaunas viendra chercher ce jeudi soir au Rhenus (20h45) un quatrième succès en Euroligue synonyme de qualification pour le Top 16. La SIG, qui ne verra pas le second tour, voudra brouiller les cartes et montrer une image plus conforme à sa vraie valeur. Ambiance garantie…

Louis Campbell, "le meilleur joueur de la SIG au Havre" selon Collet, retrouvera Justin Dentmon sur sa route.

Vincent Collet a une mémoire d’éléphant. Le match aller, il l’a encore bien présent en mémoire. Avec tous ses détails. « Nous étions encore dans le coup à 44-38 au début de la deuxième mi-temps sur un panier à trois points de Jérémy Leloup et après une bonne première mi-temps. Mais ensuite, nous avons été dominés dans le repli défensif et le rebond offensif. Pour stopper cette très bonne équipe, il faudra beaucoup d’engagement… » Déjà, il se projette dans la rencontre de ce jeudi, la huitième de ce tour de poule, l’avant-dernière à domicile. Conscient de la tâche qui attend sa troupe.

Un déficit athlétique permanent

Car ce que la SIG avait vécu en Lituanie s’est reproduit maintes fois. La SIG peut faire jeu égal pendant une période plus ou moins longue avec son adversaire, même s’il s’agit du Real, mais elle ne se remet jamais de ses absences, de ses « trous ». « Notre faiblesse en Euroligue est défensive et nous empêche d'exister. Quand on a mieux défendu, on était dans les matches… » Mais ce n’est pas en encaissait 85 points, un scénario souvent récurrent, que les Strasbourgeois peuvent gagner des rencontres à ce niveau. « Nous souffrons d’un déficit athlétique qui nous pénalise aussi au rebond, continue le coach. Et contre une équipe qui a autant d’arguments, où il n’y a pas que les intérieurs qui sont présents au rebond, la tâche devient presque insurmontable ».

Au côté de Javtokas, l’homme aux 1400 points, 1000 rebonds et 200 contres en Euroligue, un miraculé – victime d’un terrible accident de moto en 2002, il a subi de nombreuses interventions chirurgicales et a été privé de basket pendant 18 mois – , de Jankunas (11 rebonds la semaine dernière à Milan) ou Lavrinovic, il faudra compter sur Klimacivius, Lipkevicius, Pocius et même Justin Dentmon, ce diabolique meneur. « Il est monté en puissance depuis le match aller, à l’image de son 6 sur 6 à trois points contre Bamberg, ou son panier victorieux contre Milan la semaine dernière » rappelle le coach. On aurait tort d’oublier Sarunas Jasikevicius, le maître, « qui éclaire toujours le jeu » ou les jeunes Miklanis et Cizauskas pour se faire une réelle idée de l’armada lituanienne qui avait infligé à la SIG sa plus lourde défaite (24 points) de la saison en Euroligue. Seul Vene (9 points, 6 rebonds à l’aller), l’Estonien, blessé, sera absent. « Au match aller, l’écart était important parce que nous avons mis les tirs. Mais Strasbourg a progressé en défense et voudra faire beaucoup mieux à domicile. D’autant que les deux équipes sont très proches l’une de l’autre dans beaucoup de statistiques. Ces trois derniers matches sont décisifs pour nous car ils détermineront notre place dans le groupe. Ce ne sera pas facile mais si nous voulons exister dans le Top 16, il nous progresser à l’extérieur » indique Saulius Stombergas, le coach du Zalgiris.

Pas étonnant que les dernières séances d’entraînement alsaciennes, très intenses, aient été consacrées à la défense. « J’aimerais pouvoir l’améliorer dès demain, insiste Vincent Collet. Mais je voudrais aussi qu’on progresse dans la deuxième création. Quand on déroule notre jeu, tout va bien. Mais quand il est bloqué, on manque de continuité et de fluidité ». L’équipe a donc beaucoup travaillé sur les 8 ou 10 dernières secondes de chaque possession pour relancer des systèmes lorsqu’ils sont stoppés par l’adversaire.

Sans Murphy mais avec beaucoup d’envie

La SIG aura donc l’opportunité de faire un gros match, ce qui sera nécessaire aussi contre… Limoges mardi prochain. « Qui est plus est à domicile, ce qui nous tient à cœur » poursuit le sélectionneur des Bleus. Une opération d’image qui vise à effacer la sortie ratée d’Istanbul. « Nous devons nous prouver à nous-mêmes que nous en sommes capables. Même contre une équipe qui vient chercher sa qualification ».

Un exploit que la SIG tentera de décrocher sans Kevin Murphy, toujours présent aux entraînements, mais écarté des exercices collectifs. « Il n’est pas retenu dans le groupe » glisse laconiquement Collet. Qu’importe, les Strasbourgeois avaient prouvé contre Bamberg qu’ils étaient capables de rivaliser avec leurs adversaires sans leur arrière américain même dans une compétition sans doute encore trop forte pour eux. A condition d’y mettre tout leur cœur et leur envie. Le moment est à nouveau venu…

Jean-Claude Frey