Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG - Milan - 201213 - 04
Actualités Berlin, cap à l’Est

Berlin, cap à l’Est

Avec le début de l’Eurocup, mercredi à 20h dans la somptueuse O2 Arena de Berlin, la SIG met le cap à l’Est. Avant les Ukrainiens de Yuzhne et les Serbes de Kragujevac, ce premier choc face au favori, qui marquera les débuts de « Bootsy » Thornton avec sa nouvelle équipe, donnera une idée des ambitions strasbourgeoises dans cette épreuve.

SIG - Milan - 201213 - 10

Excellent lors des performances de décembre, en Euroligue et en ProA, Paul Lacombe (ici face à Milan) sera encore un précieux relais d'Antoine Diot et de Louis Campbell.

Alba Berlin, toute une histoire. Huit titres de champion d’Allemagne, une coupe Korac (en 1995), la finale de l’Eurocup en 2010, des Tops 16 d’Euroligue, bref une carte de visite que la SIG peut envier. Face à ce grand d’Europe, les hommes de Collet ne verront pas vraiment la différence avec l’Euroligue qu’ils ont quittée fin décembre après trois jolis succès dans les cinq derniers matches. « Au niveau de l’agressivité défensive, c’est même plus intense que certaines équipes que nous avons rencontrées en Euroligue. La griffe du coach, Sasa Obradovic », prévient Vincent Collet. Le coach n’est pas spécialement contrarié de débuter à l’extérieur, qui plus est face à l’équipe présumée la plus forte. « Ça ne doit pas nous empêcher d’essayer de réussir un exploit. De même, une défaite ne nous condamnerait pas pour la qualification recherchée même si elle nous mettrait plus de pression pour les deux matches suivants à domicile ! »

Rester dans le match le plus longtemps possible

Cette armada cosmopolite (trois Américains, un Irlandais, un Croate, un Slovène, un Macédonien et quelques Allemands de très bon niveau) compte bien faire la loi dans ce groupe N. Et dans cette poule serrée, où chacun des quatre clubs semble vouloir faire la loi chez lui, un succès à l’extérieur pourrait bien faire la différence. Ou du moins, l’écart concédé en cas de défaite, pourrait bien être déterminant dans la course aux huitièmes de finale.

Reste une inconnue : comment retrouver le rythme de la compétition après 12 jours sans rencontre, alors que les Berlinois ont joué trois fois en championnat, pour autant de victoires, le 29 décembre contre Braunschweig (98-79), vendredi contre Oldenburg (89-65) et dimanche à Tübingen (64-74). Ils se sont d’ailleurs parfaitement replacés dans le sillage du Bayern et de… Bamberg qui les précèdent respectivement de deux et d’un point au classement. « Autour du leader offensif, David Logan, passé par le Panathinaïkos et le Maccabi, les piliers sont Reggie Redding et Leon Radosevic, le Croate. Mais il faudra surveiller Jagla, un 4 shooteur et international depuis fort longtemps, Alex King qui était dans la sélection allemande en Slovénie, Cliff Hammonds ou Sven Schultze, des joueurs de rôle. Il est indispensable pour nous de défendre dur, comme nous avons su le faire lors des derniers matches de décembre sans nous laisser enfermer dans le jeu avec dribble dans lequel ils voudront nous emmener. Mais faire vivre le ballon, notre marque de fabrique », insiste Collet.

Mais il faudra bien sûr être cohérent en attaque aussi, « éviter les balles perdues sous l’effet de la pression et trouver des espaces. Le premier objectif sera de rester dans le match car le vrai danger sera sans doute dans notre entame si nous manquons de rythme en raison de la coupure ». A l'inverse, Sasa Obradovic est convaincu que « Strasbourg aura plus de fraîcheur que nous après les trois matches joués dans lesquels nous avons été physiquement et mentalement en manque... Strasbourg est une équipe redoutable même si le départ d'Ajinça est une grosse perte, mais Romain Duport le remplace bien et l'expérience de Thornton va beaucoup leur apporter ».

« Ils sont revenus pied au plancher »

Depuis la fin de la trêve qui avait interrompu une magnifique dynamique strasbourgeoise – personne n’a oublié les deux succès en prolongation avec une équipe réduite à Orléans et à Roanne – que même le départ d’Alexis Ajinça n’a pas pu ralentir, la SIG s’active pour intégrer au plus vite le remplaçant de Kevin Murphy, l’expérimenté Marvis Thornton. « Les joueurs sont revenus pied au plancher, avec beaucoup d’envie, contents de se retrouver. Avec toutefois une rotation de plus. Bootsy Thornton est le joueur que nous attendions. Il s’intègre bien, connaît le jeu, réagit à chaque situation avec beaucoup de justesse et une intelligence au-dessus de la moyenne. Un ‘’smart player’’ qui peut nous apporter énormément par son expérience même si on sait qu’il lui faudra un peu de temps pour être au top. Mais je suis sûr qu’il saura déjà nous apporter quelque chose très rapidement ».

On sera sans doute rapidement fixé, ce mercredi, dans la capitale allemande. Totalement libérés, avec une équipe rééquilibrée même s’il lui manque encore le pivot qui tarde à arriver et qu'Antoine Diot s'est légèrement blessé au pouce la veille du départ, les Strasbourgeois vont relever, tout près des vestiges du Mur, un nouveau défi européen.

Jean-Claude Frey