Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG - Milan - 201213 - 02
Actualités Ce soir: SIG - Dijon au Rhenus

Ce soir: SIG - Dijon au Rhenus

Retrouvez les fil du match sur le site de la LNB(disponible ici quelques minutes après le début du match)
des informations tout au long du match sur Twitter,
les scores à la mi-temps et à la fin du match sur Facebook
et des photos ici à partir de la fin de la première mi-temps et la suite à la fin du match.

 

SIG – Dijon : un formidable enjeu

Pour le dernier match aller, la SIG reçoit ce soir (20h) Dijon, le leader, avec l’ambition clairement déclarée de lui prendre sa place. Même si le ticket pour la Leaders Cup est déjà assuré, l’affiche est plus qu’alléchante.

SIG - Milan - 201213 - 23

Jérémy Leloup sera particulièrement motivé face à son ancien club...

Les joueurs de la SIG sont rentrés de Berlin frustrés d’être passés si près d’un exploit retentissant. « Il faut toujours se méfier des défaites qui ‘’rassurent’’ car malgré tout c’est un match perdu, prévient Collet. Il faut savoir réagir et rebondir tout de suite ». Il faut aussi s’assurer que les jambes ne soient pas trop lourdes pour les plus « anciens », Campbell, Greer ou plus encore Thornton, à court de compétition. « On sort de la trêve et on a fait deux entraînements légers pour garder du jus », rassure le coach.

Un quintette américain de choix

Les entraînements de jeudi et vendredi, essentiellement axés sur le jeu dijonnais qui a déjà surpris la plupart de ses adversaires cette saison, n’ont pas été trop intenses, mais on a privilégié la qualité. Invaincus chez eux, les Bourguignons sont allés gagner chez quelques gros. Seuls Cholet, Roanne, Paris et Limoges sont venus à bout des hommes de Jean-Louis Borg. « C’est une équipe qui propose une organisation défensive très rigoureuse, structurée, la marque de Jean-Louis Borg, son entraîneur. Un jeu discipliné en attaque ou plusieurs joueurs sont capables de mettre les paniers décisifs », observe encore Collet.

Deuxième défense (68,4 pts encaissés), Dijon s’est souvent imposé sur le fil, grâce à des paniers venus de nulle part, signés Mykal Riley, Anthony Dobbins, ‘’le couteau suisse’’, très présent aussi au rebond et à la passe, Andre Harris ou T.J. Campbell. C’est d’ailleurs son « cinq » exclusivement américain – on ajoute l’expérimenté Zach Moss aux quatre déjà cités – qui assure l’essentiel des points (70 sur 73 contre Orléans par exemple !) et du temps du jeu (75%). Ferdinand Prenom (19 minutes), Antoine Mendy (16) et Sambou Traoré (13) sont les seuls ‘’non-Américains’’ à bénéficier de plus de 10 minutes de temps de jeu.

La première au Rhenus de « Bootsy » Thornton

A la SIG à l’inverse, ce sont les Français qui tiennent le beau rôle cette saison et assurent très souvent, l’essentiel de l’évaluation de l’équipe, la plus élevée de ProA (93,9 en moyenne). Paul Lacombe, devenu un pion essentiel du système, Antoine Diot bien sûr, qui aura à cœur de se racheter de sa sortie manquée à Berlin, Axel Toupane, Jérémy Leloup et ce formidable Romain Duport, à deux doigts de faire oublier le départ d’Alexis Ajinça. Même si le retour en forme flagrant de Louis Campbell, la progression d’Abromaitis ou le métier de Greer restent très précieux. On y ajoutera bien sûr dès ce soir l’expérience et l’intelligence de jeu de Marvis Thornton que le public alsacien découvrira même s’il l’a suivi sur le petit écran en Eurocup.

Outre cette curiosité à propos du remplaçant de Murphy, l’enjeu – la première place au classement à la fin des matches aller et une place de tête de série pour la Leaders Cup – vaudra en effet le déplacement. Car l’étonnant succès de Cholet à Chalon, mercredi, dans un match à rejouer disputé pendant que la SIG ferraillait à Berlin, a levé le suspense. Deuxièmes au quotient (1,06), les Strasbourgeois ne peuvent plus, en cas de victoire, être rejoints ni par Chalon (1,08) qui serait même écarté de la fête de Disneyland si Nancy s’en venait à battre Cholet à Gentilly, ni par aucune autre équipe, sauf très improbable carton !

Un match particulier pour Jérémy Leloup

Il en est un pour qui ce choc sera particulier… Jérémy Leloup était il y a peu le fer de lance des Bourguignons. A la SIG, il prend goût depuis le départ d’Ajinça vers la NBA, au poste 4 vers lequel il glisse de plus en plus souvent avec un réel bonheur. « C'est forcément un match avec une saveur particulière pour moi. J'ai joué quatre ans sous les ordres de Jean-Louis Borg et avec Zach Moss. Je les connais bien. Je suis d'ailleurs de près leur très bon début de saison. L'objectif de Dijon est de laisser son adversaire à moins de 70 points, il faudra donc s'appliquer pour bien attaquer leurs systèmes défensifs et surtout ne pas subir leur agressivité ».

Pour Vincent Collet, « c’est un match-charnière dans la saison ». Avant d’aller à Chalon, de recevoir Le Mans puis d’aller à Paris, le tout entrecoupé de matches d’Eurocup, ce premier rendez-vous est le plus important. « Une victoire pourrait nous permettre de regarder vers le haut. Même si nous avons eu peu de temps de préparation, il faudra être bien en place. Dijon est une équipe qui ne permet pas de jouer au hasard… »

Le ton est donné !

Jean-Claude Frey