Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
chalon une
Actualités Continuer sur la lancée et stopper... l’Elan

Continuer sur la lancée et stopper... l’Elan

La SIG reste sur trois succès consécutifs en ProA qui lui ont valu le titre honorifique de champion d’automne. Mais pour entamer les matches retour, et après le dérapage en Eurocup contre Yuzhne, c’est… l’Elan Chalon qu’il faudra stopper. Pas une mince affaire avec un effectif toujours amoindri.

abro

Jérémy Leloup absent, Tim Abromaitis, face au redoutable A.J. Slaughter, sera très sollicité à Chalon.

Pour Jérémy Leloup, le verdict est tombé. Deux ligaments sérieusement abîmés, ce sont deux semaines d’attelle avant de reprendre, très lentement, la course à pied en ligne droite. Autant dire qu’il ne reviendra peut-être pas sur les parquets avant… la Leaders Cup. Inutile dès lors d’imaginer l’impatience de la SIG et de son staff de voir arriver le remplaçant d’Alexis Ajinça ! Car avec huit joueurs seulement dont Bootsy Thornton à qui il faut encore du temps pour retrouver le rythme perdu, les temps sont durs…

Savoir réagir après une défaite

« Nous avons prouvé que même avec un effectif réduit, on peut réussir des coups. Mais sur la durée, ça ne peut pas tenir… » Vincent Collet se veut réaliste et s’il ne met pas la défaite de mercredi face aux Ukrainiens sur le compte de la fatigue ou du manque de rotation, il y songe forcément. « On a tous le droit d’être mauvais sur une mi-temps, mais ensuite, il faut savoir évaluer la défaite : se chercher des excuses ou être réaliste. Car en matière de sport, on sait aussi qu’on ne peut pas rester tout en haut pendant toute une saison. Après une défaite, le plus important est de savoir comment tu réagis ».

Le décor est planté. Après s’être parlé les yeux dans les yeux et dit quelques vérités, les joueurs et leur encadrement ont pris la direction de Chalon. « On ne va pas au meilleur endroit pour se reprendre… Mais il faut rester solidaire et passer le cap », continue Collet. En songeant à la série entamée en ProA avant Noël qui a permis d’enchaîner trois succès à Orléans, à Roanne et contre Dijon. « Pas évident… Ils sont athlétiques, ils ont le vent en poupe, malgré l’échec subi contre Cholet ». Le coach de la SIG a en revanche encore en mémoire les 42 points que Chalon a passés à Nanterre en clôture de 2013. « C’est très solide, c’est une équipe qui va compter dans la suite de la saison ».

Deux équipes modifiées

Victorieuse à l’aller 78-68, avec un très bon Murphy et un Alexis Ajinça au sommet de sa forme, la SIG sait qu’elle affrontera aussi une équipe modifiée. Hervé Touré, pigiste médical a rejoint Paris, Josh Bostic a été coupé, tout comme Mareks Jurevicus. « L’arrivée de Kris Joseph a changé l’équipe. Steed Tchicamboud a retrouvé des couleurs, Clint Capela joue plus et est devenu un élément important », redoute Collet. Avant d’ajouter : « Aboudou, JBAM, Capela, Joseph et Brockman, c’est très athlétique. Et avec Slaughter, Evtimov et Tchicamboud, ils ont l’adresse. C’est une gageure de limiter cet impact… Et si on n’y parvient pas, il n’y aura pas de match ! »

Il faudra pourtant bien tenter de relever le défi. « Comment faire ? Ce sont des lévriers ». Sûr qu’il aura quelques idées, le coach alsacien. En espérant que ses troupes auront assez d’essence dans le moteur et en stimulant leur amour-propre pour effacer la bévue de mercredi. Et montrer leur vrai visage. Celui d’un leader de ProA qui plus que jamais regarde vers le haut.

Jean-Claude Frey