David Andersen à la SIG : un renfort d’exception

andersen-regal-fc-barcelona

En obtenant la signature jusqu’à la fin de la saison de David Andersen, le pivot de l’équipe d’Australie, en remplacement d’Alexis Ajinça parti aux New Orleans Pelicans, la SIG a réussi un coup exceptionnel. De quoi maintenir au plus haut les ambitions sportives du club strasbourgeois.

Jamais dans toute son histoire, la SIG n’a pu faire signer un joueur avec un tel pedigree. Un peu comme un conte de fées dont… son homonyme, l’autre Andersen, Hans Christian, est un grand spécialiste. Et celui qui arrivera en Alsace vendredi n’a probablement qu’une très lointaine parenté avec l’auteur de La Petite Sirène, même s’il possède la double nationalité danoise et australienne.

A Sienne, David Andersen fut le coéquipier de Bootsy Thornton.
A Sienne, David Andersen fut le coéquipier de Bootsy Thornton.

 

Avec les Houston Rockets...
Avec les Houston Rockets…

Si David Andersen rejoint la SIG, c’est parce qu’il souhaite se relancer pour une demi-saison après une arthroscopie du genou. Sans club depuis l’été dernier où il a quitté le Fenerbahçe, l’Australien de 2,12m a derrière lui, à 33 ans, une carrière et un palmarès gigantesques. C’est donc fort logiquement vers un club du Top 16 de l’Euroligue qu’il lorgnait mais l’impossibilité d’être qualifié avant le début des matches retour, début mars, a contrarié ce projet et ouvert les portes de sa venue en Alsace. « Il faut bien que nos supporteurs se rendent compte qu’en temps normal, jamais la SIG ne pouvait signer un joueur comme Andersen, insiste Martial Bellon, le président. Ce sont les circonstances, sa volonté de se relancer après avoir soigné son genou et les capacités financières dégagées par le ‘’buy out’’ d’Ajinça qui ont fait qu’on a pu se rencontrer. C’est un très gros coup, même s’il ne fera ses débuts qu’en Serbie, à Kragujevac, lors du premier match retour d’Eurocup la semaine prochaine. On se fera cependant un plaisir de le présenter au public du Rhenus le lundi 27 lors du match contre Le Mans ».

Très bien engagée vendredi dernier, l’arrivée d’Andersen a encore failli capoter ce week-end quand, comble de l’ironie, les… New Orleans Pelicans se sont mis sur les rangs pour remplacer des joueurs blessés ! Finalement, c’est dans la soirée de lundi que l’accord définitif est tombé et le contrat, dûment signé, est arrivé au club en milieu de journée.

Trois participations aux J.O. et trois victoires en Euroligue au palmarès !
Avec l'équipe d'Australie et face au Brésil, au Rhenus en juillet 2012 lors du tournoi de préparation aux Jeux de Londres.
Avec l’équipe d’Australie et face au Brésil, au Rhenus en juillet 2012 lors du tournoi de préparation aux Jeux de Londres.

Pilier de la sélection australienne depuis plus d’une décennie, il a participé aux Jeux Olympiques d’Athènes en 2004 (9e), de Pékin en 2008 (7e, battu en quart de finale par les Etats-Unis) et de Londres en 2012 (encore 7e et battu par les Etats-Unis en quart), Andersen a fait l’essentiel de sa carrière en Europe. Avant d’aller à Londres, il avait foulé le parquet… du Rhenus et scoré 10 points lors de la victoire contre la France (69-67) au tournoi de préparation de Strasbourg.

Né à Carlton, à l’autre bout de la planète, il a rejoint la Virtus Bologne à 19 ans seulement. Au cours de ces quatre saisons, il décrochera déjà sa première Euroligue (2001) au côté d’Antoine Rigaudeau et de Manu Ginobili ! Puis il part à Sienne avant d’enchaîner quatre saisons exceptionnelles au CSKA Moscou avec lequel il brillera sur tous les parquets d’Europe, multipliant les titres de MVP. Il se blessera au genou le 26 janvier 2006 à Madrid en ayant pourtant largement contribué au succès du CSKA contre le Real (15 pts en 35’). Il ne pourra pas participer à la fin de saison et à la victoire contre le Maccabi dans le Final Four de Prague. L’année suivante, le CSKA Moscou et Andersen échouent en finale contre le Panathinaïkos (93-91). 2008 sera la bonne avec une nouvelle consécration en finale de l’Euroligue, remportée 91-77 contre… le Maccabi Tel Aviv avec 13 points et cinq rebonds du néo-Sigman.

Barcelone puis la NBA

L’année suivante on le retrouve à Barcelone où il est champion d’Espagne, et se qualifie à nouveau pour le Final Four à l’O2 World de Berlin. C’est le… CSKA Moscou qui met fin au rêve des Catalans en demi-finale (78-82) malgré les 24 pts (27 d’évaluation) de l’Australien. Le Barça décroche la 3e place contre l’Olympiakos (95-79) et Andersen est le top scoreur (20 pts) de son équipe et le n°1 à l’évaluation.

Sous les couleurs du Fenerbahçe Istanbul, son dernier club.
Sous les couleurs du Fenerbahçe Istanbul, son dernier club.

Drafté au 2e tour en 2002 par les Atlanta Hawks, la NBA ne lui tendra les bras qu’en 2010/2011. Trois clubs en deux saisons pour 102 matches avec les Houston Rockets, les Toronto Raptors et les New Orleans Pelicans. Avant le retour à Sienne où il évolue à nouveau, quelques années après leur première collaboration, au côté de… Bootsy Thornton. Les coups de fil que les deux hommes se sont passés la semaine dernière ont largement contribué à débloquer la négociation. Et le dernier arrivant à la SIG sourit malicieusement à l’idée de retrouver son ancien coéquipier. « J’ai joué avec lui pendant deux saisons à Sienne à des moments différents, rappelle Bootsy. C’est un joueur énorme ! Un joueur d’expérience qui a évolué avec les plus grands clubs européens, qui est passé par la NBA. Il peut jouer près du panier, s’écarter pour tirer à trois points. Je lui ai parlé jeudi… Il est ravi de nous rejoindre ». Andersen a été en 2011/2012 le deuxième marqueur de Sienne avec 14 pts derrière Bo McCalebb. Enfin, la saison dernière, il a disputé 23 matches sur les 24 d’Euroligue du club turc de Fernerbahçe, échouant dans la qualification pour le Top 16.

Vincent Collet : «Un joueur hors norme en ProA »

Vincent Collet se lèche déjà les doigts de cette opportunité unique d’avoir dans ses rangs un joueur de ce calibre. « Cette longue période d’attente et de tension depuis le départ d’Alexis Ajinça, avec l’incertitude de trouver le joueur souhaité, est  largement récompensée avec la venue d’un joueur hors norme dans notre championnat. On sait que c’est dans des conditions particulières, qu’il n’a pas joué depuis la fin de saison dernière et qu’il a subi une arthroscopie, qu’il lui faudra du temps pour retrouver son meilleur niveau, mais c’est un joueur qui a une expérience incommensurable au niveau international, qui a aussi beaucoup gagné. De plus, il y a joué avec Bootsy Thornton et on va pouvoir recréer une liaison qui a déjà fonctionné. C’est le genre de joueur intérieur que j’affectionne, il peut jouer dessous, s’écarter, c’est un bon passeur, polyvalent. Il faut maintenant que cela se concrétise sur le terrain et être très humble. Pour l’instant, c’est un honneur de l’accueillir ».

Conscient que la SIG a saisi « une opportunité unique », Vincent Collet ne revoit pas pour autant les ambitions de son équipe à la hausse. « Parce qu’elles étaient déjà haut placées. Mais on aura un vrai potentiel qu’il faudra exprimer sur le terrain. Car c’est là que les choses se passent… »

Avec l’arrivée de David Andersen, l’équipe va trouver un nouvel élan. Le conte de fées s’écrira peut-être plus tard. En attendant, dès son arrivée, il sera d’un précieux secours pour sauver la mise en Eurocup après le faux-pas de mercredi et stabiliser rapidement les performances en championnat.

Pour ceux qui ne le connaissent pas ou peu, pour tous ceux qui veulent se régaler, une vidéo de sa carrière :

 

 Andersen en bref

Nom : Andersen

Prénom : David

Né le 23 juin 1980 à Carlton (Australie). Possède la double nationalité australienne et danoise.

2,13 m, 108 kg

Clubs successifs

1998/1999 : Wollongong Hawks (Aus)

1999/2003 : Virtus Bologne (Ita)

2003/2004 : Sienne (Ita)

2004/2008 : CSKA Moscou (Rus)

2008/2009 : FC Barcelone (Esp)

2009/2010 : Houston Rockets (NBA)

2010/2011 : Toronto Raptors (NBA), Nouvelle-Orleans Pelicans (NBA)

2011/2012 : Sienne (Ita)

2012/2013 : Fenerbahçe Istanbul (Tur)

Palmarès

Champion d’Italie 2001 (Bologne), 2004 (Sienne), Coupe d’Italie 2001 et 2002 (Bologne), 2012 (Sienne), Supercoupe d’Italie 2011 (Sienne)

Champion de Russie 2005, 2006, 2007, 2008, Coupe de Russie 2005, 2006, 2007 (CSKA Moscou)

Champion d’Espagne 2009 (Barcelone)

Vainqueur de la Coupe de Turquie 2013 (Fenerbahçe)

Vainqueur de l’Euroligue 2001 (Bologne), 2006 et 2008 (CSKA Moscou), finaliste en 2007, vainqueur de la Ligue VTB 2008 (Russie, Ukraine et pays baltes)

International australien, participation aux JO 2004, 2008 et 2012, au championnat du monde 2010, champion d’Océanie 2005 et 2007.

Distinctions

Meilleur cinq de l’Euroligue 2005, MVP des journées 14, 15 et 17, MVP de la Coupe d’Italie 2012.

224 matches en Euroligue (10,3 pts à 50,3% à 2 pts, 41,3% à 3 pts, 78,8% aux lancers-francs, 5,1 rebonds. Records dans la compétition : 45 d’évaluation et 30 pts (9/02/2005), 15 rebonds (8/05/2005).