Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG - Dijon - 110114 - 16
Actualités Vaincre pour espérer

Vaincre pour espérer

La SIG ne cache pas ses ambitions en Eurocup. Vincent Collet fait même de ce premier match à domicile du Top 32 contre les Ukrainiens du Khimik Yuzhne le rendez-vous le plus important de la semaine. Même diminués, les Strasbourgeois n’auront donc pas le droit à l’erreur, ce mercredi (20h30) au Rhenus. Pour ne pas se compliquer dès maintenant la qualification pour les 8emes de finale.

Toup - Thornton

Axel Toupane passe le relais à Bootsy Thornton : à la SIG, l'association entre les jeunes et les anciens fonctionne bien.

« Je n’aime pas les entraînements comme ceux qui nous avons fait lundi. Il y avait trop d’absents pour que nous puissions préparer au mieux ce rendez-vous majeur. La baisse de qualité des entraînements ne change pas cependant l’exigence de résultat. Car dans un mini-championnat à quatre, ça va très vite et il est impératif de gagner à domicile ». D’entrée, Collet donne le ton. Il sait l’importance de ce premier rendez-vous d’Eurocup au Rhenus et voudrait tant avoir tous les atouts de son côté. Mais la blessure de Jérémy Leloup – sa cheville a déjà ‘’dégonflé’’ mais on ne sera fixé sur la gravité de l’entorse qu’après l’IRM qu’il passera jeudi matin – qui le privera de son premier match depuis qu’il est… professionnel, soit environ 250 matches d’affilée, est incontournable. Antoine Diot, lui non plus n’a pas pu s’entraîner pour ménager son coude gauche, touché contre Dijon. Il sera en revanche opérationnel mercredi. Et le pivot, même si les négociations avancent, n’est toujours pas là et ne sera de toute façon pas qualifiable avant les trois matches retour…

Six matches en deux semaines avec un effectif réduit

Autant de handicaps qu’il faudra surmonter, sans faiblir, en serrant les dents. Car si l’envie ne manquera pas, il faudra que les jambes suivent et ne pas calculer. Même s’il faudra jouer six matches lors des deux prochaines semaines…  « Un rythme NBA sans en avoir les facilités de déplacement ou de récupération » insiste Collet. Encore moins l’effectif ! Pour en revenir au choc de demain, Vincent Collet admet que « Yuzhne propose beaucoup de variété défensive. Il faudra s’adapter. En défense, en revanche, il faudra tout mettre. Comme à Berlin et contre Dijon ». On serait tenté d’ajouter comme à Orléans ou Roanne, juste avant la trêve.

Un cinq très solide et de vaillants soldats

On ne doute pas des intentions positives des joueurs de la SIG. Elles seront indispensables pour contenir une équipe, leader du championnat ukrainien – devant Budivelnik Kiev et Donetsk – qui a aussi longtemps évolué dans la solide VTB League avec le CSKA Moscou, Khimki Moscou ou les clubs baltes et qui ne manquent pas d’atouts. « Paul Delaney assure la création par ses actions vers le cercle et son scoring, Jamal Shuler est davantage dans un rôle de pur shooteur, Matt Gatens est fort à trois points (3 sur 7 en moyenne) et il faudra éviter qu’il soit libre. Mais c’est aussi un intérieur solide et puissant, un secteur où nous n’avons plus que trois joueurs valides ! Romeo Travis, le 4e Américain [NDLR : 28 pts à 9 sur 11 dont 2 sur 2 à trois points lors du dernier match de championnat], un poste 3-4, est très athlétique, bon joueur sans ballon. A ces quatre US, il faut ajouter Roland Freimanis, un pivot letton de 2,06m que nous avons souvent affronté avec la France. Il va nous poser des problèmes car il est aussi adroit à trois points », liste Collet. Et puis, il y a les autres, tous Ukrainiens, vaillants soldats dont deux culminent à 2,13 et 2,16m. « Sur les 11 matches disputés, il y en a toujours l’un ou l’autre qui s’est distingué, tantôt Popov, le meneur, tantôt Kovalenko ou Zavadskyi. A nous d’être vigilants », termine le coach de la SIG.

Leloup absent, on l’a dit, le pivot toujours en attente, il faudra sans doute faire appel à François Xavier, le pivot des espoirs, pour faire souffler les grands. Et espérer que Bootsy Thornton, encore à la recherche de son meilleur physique, n’ait pas le contrecoup, comme c’est souvent le cas, de ses deux premières rencontres. Car la SIG aura besoin de toutes ses forces vives. Et du soutien de son fidèle public qui apprendra avec plaisir que le club a trouvé un partenaire pour ses trois matches européens à domicile, grâce au Crédit Agricole, partenaire historique de la SIG. Une bonne nouvelle en attendant les prochaines…

Jean-Claude Frey