Basket
aeroport_strasbourg_1500x450_left.jpg
aeroport_strasbourg_1500x450_right.jpg
MATCHES EN MAI AU RHENUS
Nanterre, Orléans, Monaco ... en route vers les playoffs !
DSC_4448
Actualités La SIG en souffrance : 31-44

La SIG en souffrance : 31-44

Incapables de stopper l’euphorie du Mans et de Dashaun Wood (20 points déjà !), la SIG est en grande difficulté à la mi-temps : 31-44. Il va falloir réagir et lâcher les chevaux en seconde mi-temps. Elle encore loin la finale de la Leaders Cup…

DSC_4416

Les conseils de Vincent Collet à Diot et Leloup n'ont pas encore porté leurs fruits...

Lorsqu’à la fin du premier quart temps, le tableau lumineux de la Disney Events Arena affichait 14-18, la SIG pouvait franchement s’estimer heureuse… Car le début de match avait été totalement raté. L'envie était très clairement mancelle. A moins que le match de la veille ne pesait plus lourd dans les jambes strasbourgeoises que dans celles des Manceaux qui avaient pourtant disputé une prolongation face à Limoges.

Amorphes en défense face à Batista et Wood, maladroits en attaque au point de ne marquer le premier point qu’à la 5e minute, les Strasbourgeois avaient déjà consommé un temps mort et, surtout, laissé filer les Manceaux à 0-9 ! Et quand l’intenable Dashaun Wood inscrivit le premier d’une série de quatre paniers primés, l’écart enflait encore : 2-12, 6-16 (8e’).

Lacombe relance la mécanique

Vincent Collet avait déjà fait appel à 10 joueurs et c’est, comme la veille, Paul Lacombe qui jouait l’« energizer » de service. Jusqu’au flotteur d’Antoine Diot, à quelques secondes du buzzer, il avait été le seul à inscrire deux paniers (la SIG affichait un tristounet 2 sur 10 aux tirs). Mais l’arrière alsacien était également présent au rebond et en défense, interceptant des ballons avant de provoquer des fautes. Du coup, la SIG se rapprochait à 12-16.

Wood se joue de la zone

Diot, très en jambes mais parfois trop gourmand ramenait même à 16-18. La défense de zone laissait des rebonds offensifs aux Manceaux et Collet lançait Duport et Andersen. Wood trouvait la faille aux deux coins et de 22-25 (14e’), le score enflait dangereusement à 22-31 puis de 28-31 après un bon passage de Toupane à 31-44. Wood (deux fois) et Terry avaient répondu au seul panier bonifié de la SIG, signé Thornton : 31-44. Aïe !