Basket
aeroport_strasbourg_1500x450_left.jpg
aeroport_strasbourg_1500x450_right.jpg
MATCHES EN MAI AU RHENUS
Nanterre, Orléans, Monaco ... en route vers les playoffs !
DSC_4502
Actualités La SIG, même menée, reste dans le coup à la pause : 36-30

La SIG, même menée, reste dans le coup à la pause : 36-30

Après une première mi-temps pas convaincante du tout, la SIG n'est menée que de six points. un moindre mal. Mais il va falloir hausser le ton rapidement !

Il fallait des guerriers. Pas étonnant dès lors que Vincent Collet ait innové pour lancer un cinq inédit et expérimenté. Paul Lacombe trouvait là la récompense de deux matches énormes à la Leaders Cup pour s’occuper de Jamal Shuler, Abromaitis aussi avait sa chance autour du trio Campbell, Thornton, Andersen.

Pourtant, dès l’entame, les guerriers étaient en face. Yuzhne mettait plus d’agressivité et la SIG perdait… 7 balles dans le premier quart temps. La pire entame que l’on pouvait imaginer. Et comme l’adresse n’était pas au rendez-vous (deux paniers en… sept minutes), on pouvait déjà s’inquiéter. Par chance, les Ukrainiens n’étaient pas plus adroits (5 sur 18 dans la première période dont un faible 3 sur 10) et le score grimpait très lentement : 7-4 (8e’). Seule bonne nouvelle, la troisième faute de Popov, le meneur ukrainien, mais en face Andersen, puis Thornton étaient aussi rapidement sanctionnés.

Un très bon Duport

Avec l’entrée de Duport, de Diot et de Leloup la SIG recollait à 9-8 mais Freimanis, le Letton sanctionnait à trois points peu avant la sirène : 12-10. Il fallait monter d’un cran en défense et, surtout, cesser de donner des secondes chances à Travis, Freimanis ou Zavadskyi ! C’est grâce à Romain Duport (10 pts, 14 d’évaluation à la pause) et au retour sur le parquet de Lacombe que la SIG restera dans le sillage des Ukrainiens (15-14 à la 12e’), pourtant pas des foudres de guerre… Et soudain, un oubli défensif sur Gatens, la gâchette, un ‘’2+1’’ de Shuler et le premier break était fait. : 21-14. La SIG reviendra à 23-21 et même 32-30 quand le jeu collectif se mit (enfin) en place, mais Yuzhne profitait encore des bévues alsaciennes pour regagner les vestiaires : 36-30.

Pour voir les huitièmes de finale de l’Eurocup, il va vraiment falloir monter en régime en seconde mi-temps. Et vite !