Basket
aeroport_strasbourg_1500x450_left.jpg
aeroport_strasbourg_1500x450_right.jpg
MATCHES EN MAI AU RHENUS
Nanterre, Orléans, Monaco ... en route vers les playoffs !
Sig - Paris Levallois - 091113 - 06
Actualités Un Paris à tenir

Un Paris à tenir

En se déplaçant à Paris (coup d’envoi à 20h50, ce mardi à Levallois) avec qui elle partage la deuxième place, la SIG pourra rester dans le sillage d’Orléans qui joue en même temps à Cholet ou être décrochée. Les débuts de Blake Schilb vont sans doute compliquer la tâche des Strasbourgeois qui auront à cœur de resserrer leur défense face à un ensemble qui l’avait emporté en prolongation au match aller.

Sig - Paris Levallois - 091113 - 08

Pour sa rentrée, Antoine Diot avait marqué 21 points à l'aller contre son ancienne équipe. Mais cela n'avait pas suffi.

Dans ce marathon infernal de huit matches en 21 jours, la SIG a enfin pu souffler un peu et prendre un peu de repos au retour de Serbie. Une séance samedi, une autre dimanche, une encore cet après-midi avant de sauter, mardi matin, dans le TGV à destination de la capitale. Toujours sans Jérémy Leloup qui devrait faire son retour contre Antibes, samedi au Rhenus, la SIG sait qu’elle affrontera une équipe du calibre de celles qu’elle a rencontrées en janvier (Dijon, Chalon ou Le Mans).

Nouvelle donne

Depuis le match aller, perdu d’un point au-delà du temps réglementaire (88-89), la physionomie des deux équipes a bien changé. La bagarre entre Parisiens et Gravelinois a coûté sa place à Jawad Williams, alors que Sean May, déjà blessé à l’aller, n’est toujours pas revenu. Daniel Ewing a été suspendu pour quatre rencontres et Hervé Touré a fait un remplaçant de choix depuis cinq rencontres (10 points avec un joli 43% à trois points). Mieux, Gregor Beugnot a mis la main la semaine dernière sur Blake Schilb, le joueur avec qui il a décroché trois titres en 2011/2012 sous les couleurs de Chalon et disputé l’Euroligue la saison passée. Lâché par l’Etoile Rouge de Belgrade pour insuffisance de performances, on connaît cependant le gaillard et la SIG sera prévenue…

Depuis la première rencontre, début novembre, la SIG a perdu Alexis Ajinça et s’est séparée de Kevin Murphy pour accueillir tour à tour Bootsy Thornton puis David Andersen. On a eu un petit aperçu prometteur de ce nouveau visage lors du choc contre Le Mans, mais la seconde rencontre a été moins aboutie, en Eurocup à Kragujevac, sans que le nouveau duo y soit pour quelque chose. C’est en défense que les Strasbourgeois ont péché. « Depuis début janvier, nous n’avons pu faire aucune séance d’entraînement défensive. Il a fallu intégrer Thornton dans nos systèmes offensifs, puis David Andersen… » expliquait Vincent Collet au retour de Serbie.

Pas favoris, mais…

La dynamique est clairement en hausse, côté parisien, après un début de saison manqué. Trois succès (et non des moindres contre Limoges par 83 à 50 ou à Nanterre) sur les quatre derniers matches, pour une défaite de très peu (88-86) à Orléans, le leader actuel, voilà qui a de quoi échauder les plus optimistes. La SIG, en difficulté en Eurocup malgré un premier succès à domicile contre Kragujevac, affiche un bilan similaire (quatre victoires en cinq matches de ProA) avec une seule défaite, sévère, à Chalon.

Les Strasbourgeois qu’ils ne peuvent pas se fier à leur talent offensif. Dès lors que la défense ne répond pas présent, les hommes de Collet sont en difficulté. Dans les derniers débriefings, le staff technique a clairement insisté sur ces valeurs indispensables. Pour peu que l’osmose s’améliore encore en attaque, que l’adresse, à trois points notamment, ressemble à celle qui a émergé en janvier, tous les espoirs sont permis. Dans la perspective encore lointaine des play offs, la SIG doit encore décrocher six ou sept victoires. Un revers n’aurait rien d’alarmant même s’il signifierait, là aussi, l’abandon du point average en cas d’égalité aux Parisiens, comme il a été laissé un peu maladroitement en fin de match aux Manceaux. Les objectifs des prochaines semaines sont toutefois plutôt axés sur l’Eurocup et ses deux derniers matches décisifs et bien entendu sur la Leaders Cup à Disneyland qui se profile déjà. Quelle meilleure préparation à ces rendez-vous capitaux qu’une victoire dans la capitale ?

Jean-Claude Frey

Vincent Collet commente le tirage au sort de la Coupe du Monde

L’entraîneur de la SIG est aussi le sélectionneur national. Il a commenté par téléphone à la télévision le tirage au sort de la Coupe du Monde qui a eu lieu en début de soirée à Barcelone. Cette Coupe du Monde aura lieu en Espagne du 30 août au 14 septembre prochain. La France y retrouvera dans la poule A… l’Espagne, son meilleur ennemi, la Serbie, désormais entraînée par Sasha Djordjevic, le Brésil, l’Egypte et l’Iran. Les quatre premiers de chaque poule seront qualifiés pour les huitièmes de finale à élimination directe. "Un groupe difficile avec l'Espagne, la Serbie et le Brésil et un croisement compliqué avec les équipes de la poule B dans laquelle il est difficile de faire une hiérarchie avant la compétition" a déclaré le coach des Bleus.

Poule A (à Grenade) : Espagne, Serbie, Egypte, Brésil, France, Iran. 

Poule B (à Séville) : Argentine, Philippines, Sénégal, Porto-Rico, Croatie, Grèce 

Poule C (à Bilbao) : Etats-Unis, Nouvelle-Zélande, République Dominicaine, Finlande, Ukraine, Turquie 

Poule D (aux Grandes Canaries): Lituanie, Slovénie, Corée, Angola, Mexique, Australie