Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG - Pau-Ortez - 241113 - 04
Actualités A Pau, la SIG joue gros

A Pau, la SIG joue gros

Face à Pau-Orthez, la meilleure équipe des matches retour – six victoires en huit matches – la SIG joue gros ce mardi (19h) en Béarn. Un succès la ferait basculer du bon côté dans la perspective des play-offs. Une défaite relancerait les Palois dans la course au Top 8 et, surtout, ferait du match contre Nancy, lundi prochain au Rhenus, celui de la peur…

SIG - Pau-Ortez - 241113 - 22

Leloup, Lacombe (à gauche) et la SIG retrouveront Jean-Frédéric Morency et Hristo Nikolov sur leur route.

Ils ont pris l’avion en début d’après-midi sereins et confiants. Rassérénés par une pleine semaine de bon boulot. « C’est vrai, c’était long depuis le match du Havre. On a bien travaillé et on en a besoin car tout ou presque était à reconstruire ». Détendu également, Vincent Collet reconnaît que l’espacement des rencontres n’est pas pour lui déplaire. « On a été très sollicité depuis le début de saison. Avoir un peu de temps pour récupérer, se régénérer, cela fait du bien. Surtout quand est au complet et qu’on peut bien travailler ».

Les effets s’étaient déjà fait sentir contre Le Havre mais cette fois, c’est à l’extérieur, chez une équipe en pleine bourre, qu’il faudra apporter la preuve de ce nouveau visage aperçu au Rhenus il y a une bonne semaine. Surtout que Pau-Orthez jouera une sorte de quitte ou double dans la perspective d’une qualification pour les quarts de finale. « Une victoire leur donnerait plus de confort pour y croire et aborder le sprint final et les Palois sont vraiment dans une bonne dynamique », continue le coach. Même s’il manquera Sami Driss, le catalyseur, out jusqu’à la fin de saison en raison d’une hernie discale, et David Denave, l’atypique, qui a retardé son retour, l’EBPO sera redoutable. « Ils sont plus durs en défense, avec Torrell Martin ou Benja Sy, Strawberry leur apporte de la percussion, du volume de jeu, Nivins est dominant à l’intérieur et sur le poste 4, Morency se révèle et est très complémentaire du Bulgare Nikolov. Sans oublier le retour d’Abdelkader Sylla, très présent au rebond ».

Comment dérégler cette belle mécanique ?

Le tableau est brossé mais il n’y a pas que les individualités. « L’équipe est en confiance, joue bien, dans la plus pure tradition paloise puisqu’elle a retrouvé son identité de jeu », redoute l’entraîneur de la SIG.

Alors, il faut bien se poser la question des moyens dont disposera la SIG pour stopper cette belle mécanique. « Jouer juste en attaque, estime Collet, contrôler le tempo et limiter leurs points forts par notre défense. Y faire preuve de liant, de cohésion, être bien en place. Et soigner le repli… » Des clés qui ont fait la différence face au Havre après une mauvaise série enfin interrompue et un collectif retrouvé qu’il faut continuer à peaufiner dans la perspective des play-offs. Neuf joueurs unis comme les cinq doigts de la main vers un même objectif. Avec du talent et de l’envie pour mettre en valeur avant tout leur collectif. On en voudra pour meilleure preuve que le plus fort scoreur de la SIG, David Andersen, ne totalise que… 11,9 points en moyenne ! Qu’importe qu’un jour la lumière soit sur Diot, Toupane ou Andersen, le lendemain sur Thornton ou Campbell, voire sur Abromaitis, Leloup, Duport ou Lacombe. C’est le résultat de l’équipe qui compte.

10 000 fans derrière eux !

La SIG pourra d’ailleurs compter sur un soutien plus nombreux et plus enthousiaste que jamais. Car ça y est ! Le cap des 10 000 fans a été franchi sur les réseaux sociaux ce lundi matin. Quel plus beau cadeau pour célébrer cet événement qu’un succès sur le légendaire Pau-Orthez…

Jean-Claude Frey