Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
Essart3
Actualités SIG - Le Havre : le retour de Steeve Essart

SIG - Le Havre : le retour de Steeve Essart

La SIG accueille samedi Le Havre, lanterne rouge du championnat. À l’occasion de ce match, deux anciens SIGmen vont refouler le parquet du Rhénus : Hugo Invernizzi et Steeve Essart. Steeve a joué pour la SIG durant trois saisons (2008 à 2011). Auteur d’une centaine de matches, toutes compétitions confondues, sous le maillot rouge et blanc, il a aussi toujours été très proche du public et les fans ne l’ont pas oublié. A 48h du coup d’envoi, il a accepté de répondre à quelques questions sur son parcours, de nous parler de son ancienne et de sa nouvelle équipe ainsi que du match à venir.

steeve-essart 2

Steeve Essart (face à Aldo Curti) lorsqu'il portait le maillot de la SIG.

F.T : Tu as joué trois ans à la SIG. Je pense que ce retour au Rhenus est forcément spécial pour toi ?

S.E : Oui c’est un match très spécial. Cela me fait très plaisir de revenir à Strasbourg. Lors de mon passage j’avais découvert un club très professionnel qui m’a permis de compléter mon parcours en découvrant la coupe d’Europe. Même s’il y a eu des hauts et bas, j’ai vraiment passé trois belles années à la SIG. Avoir une structure comme le Rhenus pour travailler était vraiment très agréable.

F.T : Ton meilleur souvenir avec la SIG ?

S.E : Un souvenir en particulier je ne sais pas mais je dirais plutôt la première année (ndlr: la saison 2008-2009) avec une équipe assez forte avec des joueurs comme Derrick Obasohan, David Simon ou encore Brion Rush. Nous étions premier du championnat jusqu’à l’arrivée d’Obama à Strasbourg pour le sommet du G20 je m’en souviens encore. La fin de championnat fut plus difficile avec une défaite dès le premier tour des play-offs, hélas… Malgré tout ce fut une belle année.

"Le club va encore grandir"

F.T : En 2011 lors de ton départ, la SIG avait flirté avec la relégation en fin de saison. En trois ans, la SIG s’est développée sportivement et structurellement et a retrouvé le haut de l’affiche. As-tu suivi l’évolution du club depuis ton départ ?

S.E. : Quand tu te bats pour un maillot et que tu parviens à maintenir un club en ProA comme nous l’avons fait en 2011, c’est certain que derrière tu es heureux de voir que trois ans plus tard ce même club joue l’Euroleague. Cela montre que l’on ne s’était pas battu pour rien ! Oui, j’ai continué à suivre les résultats du club ; implicitement on à l’impression d’avoir apporter une petite pierre à l’édifice en sauvant le club cette année-là. Le club va encore grandir et il va devenir un grand d’Europe grâce aussi à l’équipe autour du club qui permet cette évolution.

F.T : Après 8 ans à évoluer en ProA, tu avais décidé de continuer ta carrière en ProB à Antibes. Ton choix avait été guidé par le projet ambitieux qu’on t’avait proposé. Deux ans et demi plus tard, te revoilà en ProA. Peux-tu nous parler rapidement de tes choix sportifs des trois dernières années ?

S.E : Après Strasbourg, j’ai décidé d’aller à Antibes car le projet sportif était vraiment très intéressant: remettre le club d’Antibes à sa place, en ProA. J’ai jugé que c’était le moment de faire profiter de l’expérience acquise avec Fréderic Sarre et les autres coachs. Il fallait faire remonter les Sharks en ProA dans les deux ans ! Pour moi ce fut une grande satisfaction car je suis arrivé là ou je voulais aller. J’avais signé au départ pour trois ans, mais la dernière année n’a pu se concrétiser pour des raisons de budget.

F.T : Tu reviens en ProA, dans un club du Havre en difficulté. A 35 ans, un nouveau chalenge s’offre à toi. Que penses-tu pouvoir apporter au club ?

S.E : Oui, j’ai eu l’occasion de venir au Havre d’abord en tant que pigiste mais, le club a très vite décidé de me prolonger jusque la fin de la saison. C’est une confiance qui m’a été donnée et j’essaie de la rendre sur le terrain. De toute façon, j’ai toujours était un garçon de projet. Je ne suis jamais resté qu’un an dans un club. À chaque fois que je m’engage pour un club, c’est dans l’objectif de participer à le faire grandir. Le même combat que j’ai pu connaître avec Strasbourg, je suis prêt à le refaire pour Le Havre afin de réussir à maintenir le club. Je suis là pour apporter mon expérience, sur et en dehors du terrain, mais aussi pour que les jeunes apprennent, grandissent et sachent pourquoi on doit se battre pour un maillot ! L’essentiel c’est qu’à la fin de la saison, nous n’ayons pas de regret !

essart

Après la SIG, un titre de champion de France de ProB avec Antibes.

"Relever un défi excitant"

F.T : D’un point de vue personnel, tu as signé ton retour par un très bon match lors de ta deuxième sortie sous les couleurs havraises (15 d’évaluation face à Pau). Comment te sens-tu ?

S.E : Je me sens très bien. Le projet par lui-même me pousse à me surpasser encore ! Lorsque j’ai signé je me suis dis « Steeve, si tu signes c’est pour sauver ce club quelque soit ta forme physique ! ». Je suis ici car un gros challenge s’offre à moi et c’est ce même challenge qui me permet de me surpasser peu importe le physique, peu importe le mental. Je suis à 100% pour relever ce défi excitant !

F.T : Parlons du match de samedi. Le Havre montre un meilleur visage depuis trois matches avec deux victoires contre Nanterre et Orléans, mais Le Havre court encore après une première victoire à l’extérieur cette saison. Dans quel état d’esprit est l’équipe avant ce match face à  la SIG ?

S.E : Nous sommes sur une très bonne dynamique de travail depuis un mois. Nous travaillons sur une assise défensive qui est intéressante. Le message du coach passe très bien. L’équipe est talentueuse. Après la série de défaites, l’équipe avait perdu confiance en elle mais grâce aux derniers matches, cette confiance revient. Nous restons sur deux victoires à domicile. L’objectif à court terme est de gagner à Strasbourg pour entamer une nouvelle série avec deux victoires d’affilée en ramenant cette première victoire à l’extérieur. Nous venons à Strasbourg pour gagner.

F.T : L’effectif havrais a été pas mal remanié depuis le début de l’année, (arrivée de Nick Minnerath, Rashad Anderson en plus de Steeve) malgré tout, on a pu lire ces derniers temps que les bons résultats du Havre étaient à mettre en parallèle avec le rendement de votre meneur, William Hatcher. Certains ont même parlé de « Hatcher dépendance ». Qu’est-ce que tu en penses?

S.E : Oui j’ai pu lire ça aussi… Je ne suis pas d’accord ! Oui, Hatcher est un très bon meneur. Il connaît très bien le basket, il peut prendre ces responsabilités. Oui, il nous a très certainement fait gagner contre Orléans dans le sens où il a su gérer l’équipe, en réalisant 19 points et 11 passes décisives. Mais ce sont ces 11 passes qui montrent qu’il sait aussi faire jouer l’équipe. Lors de la victoire face Nanterre, il n’a marqué que 4 points mais il a défendu très fort et c’est le reste de l’équipe qui a fait le travail. Nous parlons beaucoup tous les deux afin de trouver des solutions pour aider l’équipe, des éléments pour mettre les gars sur de bons rails… Non, il n’y a pas de Hatcher dépendance! Nous sommes une équipe.

F.T: Malgré tout, pour les deux équipes ce match est important. La SIG voudra l’emporter également pour rester dans le Top 8. Quelles seront les clés de ce match selon toi ?

S.E : Ce sera très certainement notre défense. Il faudra que l’on reste dans ce que nous savons faire et ne pas essayer des choses que nous n’avons pas travaillé à l’entraînement. Strasbourg reste sur des défaites frustrantes et ils auront à cœur de renouer avec la victoire. À nous d’être très sérieux, de ne pas balancer de ballons et de gérer le tempo. Il faut que nous jouions ce jeu qui est le nôtre depuis trois semaines.

F.T : Pour finir, as-tu un message pour les fans strasbourgeois ?

S.E : Je suis très content de revenir et de revoir toutes les personnes qui m’ont accueilli ici : les fans comme le staff  qui m’ont permis de continuer à évoluer. Tout le monde sait que j’aime beaucoup cette ville, donc je suis heureux de revenir. Mais pendant 40 minutes, je vais me battre pour ma nouvelle équipe et il n’y aura plus d’amis. Ce n’est qu’un jeu, mais quand même, c’est mon équipe. Avant et après le match, je serai content de pouvoir discuter et échanger avec tout le monde.

L’appel est lancé, soyons prêts à accueillir nos deux anciens SIGmen comme il se doit, mais ne laissons pas Le Havre venir remporter sa première victoire à l’extérieur. Rendez-vous samedi à 20h pour ce match important pour les deux équipes et, pour lequel la SIG aura besoin du soutien de ses fans !

Propos recueillis par Franklin Tellier