Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
flag(naterre)
Actualités Comme on se retrouve…

Comme on se retrouve…

Nanterre, quelle histoire ! Après cinq victoires d’affilée depuis la montée des Alto-Séquanais en ProA, la SIG reste sur quatre défaites de rang. Le moment, ce lundi à 20h30 dans la banlieue parisienne, d’inverser la tendance pour s’assurer, probablement, un Top 4…

DB2_7780

Louis Campbell retrouvera ce lundi Trenton Meacham, Johan Passave-Ducteil (caché), Marc Judith (à gauche) et Will Daniels (à droite) sur son chemin...

Allez donc parler à Bootsy Thornton ou David Andersen de la JSF Nanterre… C’est pour eux un club comme les autres, classé 10e du championnat. Car il n’y aura plus ce lundi soir, sous les couleurs strasbourgeoises, que trois rescapés de la « douloureuse » finale de juin : Louis Campbell, Axel Toupane et Romain Duport ! Vincent Collet, lui, a évacué la déception depuis belle lurette et ne se focalise plus, depuis fort longtemps, que sur les performances de sa propre équipe, indifférent à tous les commentaires qui fusent encore, ça et là. « Ce qui m’intéresse avant tout, c’est notre investissement, notre capacité à jouer juste et que nous soyons dans le même état d’esprit que lors du dernier mois ».

Nanterre peut toujours conserver son titre

Car c’est bel et bien du niveau de jeu de la SIG que dépendra en grande partie l’issue de ce match. Les quatre défaites (trois en finale dans un laps de temps rapproché, la quatrième lors de l’ouverture de la saison, en match avancé, début octobre au Rhenus) datent de plus de six mois déjà, et l’équipe alsacienne a beaucoup changé. « Nanterre en revanche, a gardé la même équipe, et sera très dangereuse même si elle se retrouve dans une position délicate. S’ils vont en play-offs, les Nanterriens seront des candidats au titre ! »

Même si Pascal Donnadieu a laissé entendre que la qualification s’est quasiment envolée (intox ?), une victoire contre la SIG et les premiers résultats de la 26e journée (surprenante défaite de Chalon au Havre) rapprocheraient les Nanterriens à un point du trio qui occupe la 7e place, et avec de surcroît un calendrier plutôt favorable (déplacements à Roanne et Gravelines, réception de Dijon et Chalon), il y a largement de quoi se glisser en quarts.

« D’autant qu’ils ont une équipe à très fort potentiel comme leur parcours en Euroligue et en Eurocup l’a démontré. Ils sont toujours en vie malgré l’enchaînement des matches qui les a pénalisés comme nous. Et ils seront sans doute plus motivés encore que nous… », continue Collet. Le coach de la SIG se méfiera du duo athlétique qui occupe le poste 4 – Deshaun Thomas et Will Daniels –, des six rescapés du titre (Meacham, Lighty, Passave-Ducteil, Nzeulie, Judith et Corosine) ou encore du snipeur Sergyi Gladyr. L’Ukrainien qui reste sur une sortie très probante contre Pau-Orthez, pourrait garder sa place au détriment de Kevin Lisch. La JSF peut en effet se payer le luxe de laisser au repos chaque semaine un de ses non-JFL, autorisé à jouer les compétitions européennes mais barré par le règlement de la LNB. Abondance de biens ne nuit pas, en l’occurrence… « Il y a beaucoup de danger offensif potentiel et pas d’impasse à faire », insiste l’entraîneur strasbourgeois.

Le nouveau profil de la SIG scruté à la loupe

La SIG sait aussi qu’un succès lui permettrait de rejoindre, seule, le CSP Limoges en tête. « Rester en tête, c’est notre premier objectif, martèle Collet, et gagner nous ferait faire un grand pas vers le Top 4 qu’on vise. A nous de prouver qu’on est capable de se concentrer dans la durée, de faire les efforts pour devenir une bonne équipe. Etre prêts, continuer à développer nos potentialités surtout défensivement ».

Il n’a échappé à personne, en particulier à ses adversaires, que les événements de fin février ont modifié le style de l’équipe. Les grands (Andersen et Duport, mais aussi Abromaitis) s’écartent, scorent à la périphérie, et font de la SIG une équipe atypique. Bartecheky (Le Havre), Bergeaud (Pau-Orthez) et Weisz (Nancy) l’ont tous souligné, avouant sans détour leur impuissance à contrer cette spécificité. « Mais ça ne va peut-être pas durer car les adversaires préparent la parade, on le sait bien,  prévient le coach. A nous d’être prêts et de pouvoir alors proposer d’autres solutions encore ».

La SIG veut aborder les play-offs avec un maximum de stratégies sous le bras. Et c’est en coulisses, à l’entraînement, que ça se prépare. Même si la semaine a eu quelques ratés (Abromaitis, dos bloqué, absent deux jours, Toupane souffrant du pied exempt vendredi, Thornton légèrement touché samedi à l’épaule), les joueurs seront prêts. Ils sont sur une bonne dynamique, il faudra savoir la maintenir sans tomber dans la suffisance. Rester les mêmes, pour avoir les meilleures chances de gagner. « En imaginant que l’adversaire sera à son meilleur niveau ».

La SIG pourrait alors aborder les quatre dernières sorties – dont trois à domicile – en continuant à regarder vers le haut.

Jean-Claude Frey