Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG - Dijon - 110114 - 15
Actualités SIG : le coup d'arrêt

SIG : le coup d'arrêt

La belle série de la SIG a pris fin et Dijon est resté invaincu chez lui (91-75). Pire, les Strasbourgeois ont perdu à l’ultime seconde le bénéfice du panier average et pourraient, en cas de défaite contre Gravelines, quitter les deux premières places. Aïe…

SIG - Dijon - 110114 - 07

Thornton (8 pts à 100%) n'a pas pu empêcher la défaite de la SIG à Dijon.

La meilleure défense de ProA sait aussi attaquer ! La SIG s’en est aperçue à ses dépens en encaissant 91 points en Bourgogne alors qu’elle avait pris les devants au milieu du 3e quart temps. Mais l’euphorie dijonnaise à trois points (13 sur 25) a pesé lourd en fin de match.

Dès le début, Dijon avait annoncé la couleur, par Harris et Campbell qui scoraient derrière l’arc (9-4, 4e’). Heureusement, Duport avait encore la main chaude inscrivant les huit premiers points de la SIG pour rectifier à 9-8. Mais un premier éclat et des balles perdues (16-8, 6e’), obligeaient Collet à prendre un temps mort et à lancer Toupane et Leloup, alors que Diot (deux fautes) avait dû prématurément céder sa place à Lacombe.

Toupane puis Diot tiennent le choc

Deux interceptions de Campbell et Toupane relançaient la SIG qui laissait toutefois trois rebonds offensifs consécutifs aux Bourguignons ponctués par un « primé » de Mendy. Et à 21-14 après 10 minutes, on attendait le réveil de la défense alsacienne.

Dobbins prenait le relais à trois points et si Borg faisait tourner son effectif, davantage qu’à l’accoutumée, l’écart enflait : 26-16, 12e’.

Le passage en zone gênera considérablement la JDA et avec cinq « petits », la SIG grignotait son retard, même si Zach Moss s’imposait sous le cercle. Diot (trois lancers et deux paniers bonifiés), Thornton et Abromaitis (7 pts dans la période) redonnaient l’espoir et de 39-29, la SIG revint à 41-40 au repos, grâce notamment aux 8 interceptions à l’origine des 11 balles perdues par Dijon.

Mieux, à la reprise, c’est un 2-16 à cheval sur les deux périodes qui changeait la donne. A 41-45, Andersen avait déjà montré le bout du nez. Il confirmera après le retour de Dijon à 49-48 pour faire croire que l’exploit était possible : 49-52 (25e’). Les deux équipes rivalisaient dans un jeu collectif léché mais les Bourguignons montraient qu’ils n’avaient pas grand-chose à envier au leader dans ce domaine. Et le 9-0 signé Harris et Dobbins, déchaînés, faisait chavirer le Palais des sports. Riley (10 rebonds) se mit au diapason et la SIG prenait un bel éclat (16-2) que le temps mort de Collet freinait à peine : 58-52, puis 64-60 après deux réussites derrière l’arc de Tim Abromaitis.

Ecrasés au rebond

André Harris était intenable, Riley scorait dans toutes les positions et lorsque T.J. Campbell s’y mit à son tour, la SIG vit l’écart grandir… A 75-62, un temps mort alsacien était suivi… d’une vilaine perte de balle. Un nouveau 15-2 avait porté la marque à 77-62 et sept minutes à jouer. Le panier average (+14 à l’aller) s’était déjà envolé. Andersen, puis Diot, se chargèrent de ramener l’écart sous les dix points (83-72, 38e’), mais le final tournait au cauchemar. A l’image de cette écrasante domination dijonnaise au rebond (32 à 17, 7 rebonds offensifs à… 1 !) ou de ce passage en force de Louis Campbell à 89-75 et trois secondes à jouer. Harris (23 pts, 25 d’évaluation), dans une position invraisemblable et malgré Andersen, crucifiait la SIG.

Un scénario terrible qui obligera les Strasbourgeois à battre Gravelines lundi prochain pour rester sur le podium… Pour sûr, la semaine sera studieuse au Rhenus !

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

JDA DIJON – SIG 91-75. Palais des Sports. 4 000 spectateurs. Arbitres : MM. Bissang, Gueu et Milliot.

DIJON : 37 paniers sur 62 tirs (59,7%) dont 13 sur 25 à trois points, 4 LF sur 7, 32 rebonds (Riley 10) dont 7 offensifs, 19 passes (Campbell 9), 12 balles perdues, 14 fautes.

T.J. Campbell 14, Dobbins 14, Riley 19, Harris 23, Moss 12, puis Mutuale 2, Mendy 3, Traoré 2, Prenom 2.

SIG : 27 paniers sur 51 tirs (52,9%) dont 12 sur 19 à trois points, 9 LF sur 11, 17 rebonds (Lacombe et Andersen 4) dont 1 offensif, 20 passes (Campbell 7), 10 balles perdues, 15 fautes.

L. Campbell 11, Diot 13, Thornton 8, Andersen 15, Duport 8, puis Toupane 5, Lacombe 2, Leloup, Abromaitis 13.

Espoirs

Dijon – SIG 84-70

A égalité avant cette rencontre avec quatre autres équipes, les espoirs de la SIG devaient s’imposer à Dijon pour rallier le Trophée du Futur qui réunira les sept premiers. Menés à la mi-temps (39-30), ils sont passés devant vers la fin du 3e quart temps (51-53) avant de prendre l’eau (72-57) et de s’incliner 84-70 malgré les 29 points d’Arnaud Imhoff qui a perdu son duel à trois points contre le Dijonnais Yao-Delon (23 pts).

Il reste un match contre Orléans (1er mai à 15h30, salle de la rue de la Poste à Illkirch), mais il faudrait un miracle (une défaite de Villeurbanne contre Limoges ce mardi) pour sauver les jeunes Strasbourgeois qui regretteront sans doute longtemps d’avoir perdu deux fois contre la lanterne rouge, Le Havre !