Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
AD
Actualités SIG - Orléans vu par Antoine Diot

SIG - Orléans vu par Antoine Diot

Lors des quatre dernières sorties de la SIG, Antoine Diot a évolué à un niveau de jeu phénoménal. Si les statistiques ne reflètent pas toujours tout, dans le cas présent, les siennes sont pour le moins parlantes : 20,3 points, 8,8 passes décisives, 3,3 rebonds, 2 interceptions, et 5 fautes provoquées pour 26,8 d’évaluation... Pour paraphraser certains : « La classe internationale ! » Fraîchement nominé pour le trophée récompensant le meilleur joueur du mois de mars, Antoine n’entend pas s’arrêter là. S’il reconnaît qu’il est honoré du geste, il avoue aussi qu’il échangerait volontiers ce trophée individuel contre un autre, bien plus gros, qui sera décerné début juin. Mais pour avoir l’opportunité de participer aux play-offs, et espérer conquérir le précieux Graal, il reste à la SIG quatre combats à livrer. La première bataille opposera Antoine et ses coéquipiers à un autre candidat au Top 8 : Orléans. À 48 heures du match, Antoine revient sur ses performances individuelles, mais aussi sur celles de l’équipe, tout en parlant de l’adversaire et de la fin de saison.

AD

Antoine Diot face à Randall Falker (Nancy) : quand le meneur de la SIG va, l'équipe va...

F.T : Depuis quatre matches, tu évolues à un niveau de jeu impressionnant. Tu viens de réaliser les deux premiers doubles-doubles de ta carrière. Contre Nanterre, tu réalises ton record de passes décisives et ta plus grosse évaluation en carrière. A quoi attribues-tu cette montée en puissance ?

A.D : Premièrement, physiquement je me sens mieux depuis un mois et demi. Je pense que cela joue grandement de ne plus avoir de petits pépins physiques. Deuxièmement, je me sens de mieux en mieux dans cette équipe. C’est un petit peu à l’image de l’équipe. Nous jouons de mieux en mieux et donc, personnellement, je joue de mieux en mieux aussi. Mais tout cela vient par le travail collectif avant d’être un travail individuel.

F.T: Tu es logiquement nominé pour le trophée du meilleur joueur du mois de mars : une belle récompense, qu’est-ce que cela représente pour toi?

A.D: Oui, bien sûr, c’est une sorte de fierté mais il ne faut pas s’arrêter à ça ! Il y a énormément de très bons joueurs dans ce championnat, et, en tirer trois chaque mois, c’est un petit peu réducteur. C’est une fierté, c’est sûr, mais je ne vais pas m’arrêter là, et je préférais gagner un titre avec l’équipe plutôt que ce trophée !

F.T : Ton association avec Louis te fait régulièrement passer du poste de meneur à celui d’arrière. Comment se passe cette association ? Es-tu aussi à l’aise dans les deux cas?

A.D : Avec Lou’, nous avons vraiment trouvé nos marques, nos automatismes. Je pense que c’était quelque chose de très important pour l’équipe. D’un point de vue personnel, cela ne me dérange pas de joueur meneur ou arrière. Lorsque nous sommes tous les deux sur le terrain, nous pouvons nous intercaler, ce n’est pas « un qui joue meneur et l’autre joue arrière ». Je pense que le basket moderne se joue avec deux arrières, qui peuvent alterner meneur/arrière.

F.T : Pour la première fois de la saison, la SIG vient de remporter quatre matches à la suite. Offensivement, l’équipe est clairement montée en régime. De 76 points par match, vous êtes passés à près de 92 points en moyenne, avec des pourcentages de réussite incroyables : 60% à 2 pts et plus de 50% à 3 pts ! Est-ce une des raisons qui explique ces bons résultats ?

A.D : C’est sûr ! C’est évident que lorsque tu mets plus de points, tu as plus de chances de gagner. Mais je pense surtout que notre travail défensif est important. Nous inscrivons plus de points et nos pourcentages sont meilleurs car nous défendons mieux et que cela nous donne des contre-attaques et des paniers faciles. Tout est lié. Donc, oui, nous faisons un bon travail offensivement mais il ne faut pas oublier notre bon travail défensif aussi, qui, à mon sens, est l’axe majeur sur lequel nous devons nous appuyer. Si on regarde plus loin, en play-offs, on le sait, la réussite, ça va, ça vient mais il faut quelque chose de stable, et je pense qu’il faut que ce soit notre défense.

« Il faut gagner tous les matches »

F.T : La SIG s’apprête à affronter Orléans. Tous les feux sont au vert; dans quel état d’esprit est l’équipe concernant ce match?

A.D : Je ne pense pas qu’il faille voir ça comme ça. Chaque match est très difficile ! Nous l’avons vu tout au long de l’année, en connaissant des bonnes et des moins bonnes périodes. Une spirale négative peut très vite arriver, donc il ne faut pas regarder en arrière, ne pas calculer combien de matches il nous reste, ou qui on joue. Il faut attaquer les matches les uns après les autres comme si c’était une finale ! On arrive à un moment où tout le monde joue sa place en play-offs. Certaines équipes jouent peut-être plus le haut du classement, d’autres, leur place en ProA. Chaque équipe est différente mais, cette année, chaque équipe a quelque chose à jouer. Donc nous ne devons rien calculer. Il faut gagner tous les matches et essayer de faire de notre mieux. En cette fin de saison régulière, je pense que la confiance est un point très important, car on le sait, ce n’est pas forcement l’équipe qui finira à la meilleure position qui fera un bon parcours en play-offs. Ce sera celle qui sera la mieux lancée…

F.T : Que penses-tu de tes futurs adversaires, McAlarney et Harris, qui sont deux des fers de lance d'Orléans et qui sont aussi les deux meilleurs shooteurs à trois points de Pro A?

A.D : Ce sont deux des très, très bons joueurs de ce championnat. Ils jouent beaucoup sur leur shoot mais ils ont aussi une capacité de drive importante. Ils ont beaucoup de responsabilités. Donc, encore une fois, à nous de très bien défendre ; et quand je dis nous, c’est bien sûr celui qui défend sur le joueur, mais c’est aussi et surtout une défense collective. Il va falloir que tout le monde défende. Lorsqu’il y a des intérieurs dominants, il faut que ce soit les « petits » qui viennent aider, et là, ce sera peut être aux grands de venir aider. A nous de les stopper en équipe.

F.T : D’une manière plus générale, ce match opposera la SIG, l’équipe la plus adroite à deux points, à l’équipe la plus adroite à trois points. Est-ce que la clé principale de ce match sera votre capacité à limiter leurs tireurs ?

A.D : Oui exactement! Il va falloir limiter au maximum les tirs faciles. Mais je pense que, comme contre toute équipe de shooteurs, il faudra également verrouiller le rebond. Parce qu’on le sait, lorsque les shooteurs sont en confiance et lorsqu’ils savent en plus, que, s’ils ratent un shoot, il est possible qu’ils en aient un deuxième derrière, cela augmente encore leur confiance. Donc, à nous d’imposer notre défense et notre rythme en attaque !

Propos recueillis par Franklin Tellier

Antoine Diot a été nommé pour être élu Joueur du mois de mars par la LNB. Pour voter pour le joueur de la SIG, c'est par ici :  http://www.lnb.fr/Votre-joueur-du-mois-de-Mars-2014