Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG-Chalon-Playoffs120513
Actualités A Chalon, la SIG vire en tête : 40-43

A Chalon, la SIG vire en tête : 40-43

Une première mi-temps à plusieurs visages, permet à la SIG de mener à la mi-temps. Secouée au début, elle a connu un superbe passage en début de deuxième période. de quoi faire douter les Chalonnais.

Au-delà de l’ambiance du Colisée, forcément brûlante, la SIG redoutait les qualités athlétiques des Chalonnais. Et pour corser la chose, Choulet démarrait avec cinq athlètes, Aboudou se chargeant de Thornton, au côté de Capela, Evtimov, Joseph et Slaughter. Duport débutait par un contre sur Capela et Andersen ouvrait le ban. Mais rapidement, Chalon se mit en mode « agressif». Evtimov de loin, Joseph et Capela qui provoquait la deuxième faute de Thornton annonçaient la couleur : 7-2 (3e’).

La SIG tentait de contrôler le tempo mais Andersen était pris dans la tenaille. Duport enquillait ses petits paniers à la périphérie, Diot plantait le premier primé et la SIG résistait tant bien que mal : 13-11, 17-15 (9e’). Le premier (petit) break sera chalonnais après un loupé de Leloup suivi d’un panier à trois points de Tchicamboud : 21-15 et 23-17 à la fin de la période. Chalon ne comptait que deux petites fautes en dépit d’un engagement toujours à la limite, la sig

La zone avec cinq « petits »                                                                            

Le changement de stratégie du début de deuxième quart temps sera payant. La défense de zone avec cinq « petits » et sans… Diot, fera déjouer Chalon. Toupane, Leloup, Campbell, Lacombe et Abromaitis passaient un 0-10, puis un 2-15 (25-32, 13e’) qui obligeait Choulet à prendre un temps mort. L’adresse d’Abromaitis, le jeu collectif qui démarquait Toupane, les bons choix de Campbell, la SIG était dans le coup !

L’effet du temps mort sera cependant immédiat puisque l’Elan, par Slaughter, Joseph et Aboudou inversaient la tendance avec un 11-2 qui changeait la donne : 36-34 (16e’). Mais, même dans la tempête, la SIG, qui avait relancé Diot, gardait la tête froide. Les fautes provoquées, une défense vaillante, un rebond qui tenait le choc (16 prises à 12 à la pause) permettaient aux Strasbourgeois de virer en tête au repos : 40-43.