Basket
aeroport_strasbourg_1500x450_left.jpg
aeroport_strasbourg_1500x450_right.jpg
MATCHES EN MAI AU RHENUS
Nanterre, Orléans, Monaco ... en route vers les playoffs !
SIG-Nancy-Playoffs200515
Actualités Cruel final : 87-89 !

Cruel final : 87-89 !

Encore en tête dans l’ultime minute, la SIG, héroïque compte tenu de son déficit en taille, s’est fait coiffer sur le fil par l’exceptionnelle adresse à trois points de Nancy (16 sur 24!). Menée dans la série, il faudra impérativement s’imposer jeudi (19h) avec le renfort d’O.D. Anosike.

SIG-Nancy-Playoffs20058

Jérémy Leloup, qui déborde Marcus Banks, le héros nancéien, a fait son meilleur match sous le maillot de la SIG. Mais cela n'a pas suffi.

On savait que l’absence de Duport, blessé, pourrait peser lourd, et sous le regard attentif d’Anosike, arrivé la veille, la SIG avait lancé Leloup pour s’occuper de… Florent Pietrus. Rude tâche. Banks ouvrait le score, mais Andersen et Thornton étaient en échec à trois points, et Nancy s’envolait (2-11, 4e’), obligeant Collet à prendre un temps mort. Le passage en zone pour compenser le manque de taille sera payant un court instant, et Lacombe ouvrait le compteur à trois points après quatre échecs strasbourgeois : 12-17 (6e’).

Banks fait mal, Leloup réplique

Marcus Banks (8 points dans la première période), sur la lancée du match 3 contre Paris, provoquait en un contre un, finissait sous le cercle et donnait 10 points d’avance à Nancy : 12-22 (8e’). L’affaire était mal engagée mais Collet pianotait astucieusement sur le banc et après la deuxième faute de Falker, provoquée par Leloup (8 pts, 10 d’évaluation en 10’), la SIG se rapprochera grâce à un bon passage d’Abromaitis pour boucler la période sur un 9-0 qui sauvait les meubles: 21-22 !

Furieuse bataille

Les Strasbourgeois étaient entrés dans le match et, les premières frayeurs passées, posaient leur jeu de passes. Puis Paul Lacombe, joliment démarqué sous le cercle, plaçait la SIG en tête pour la première fois à 28-27 (14e’). Ce diable de Pope scorait deux fois à trois points, alors que Nancy avait fait place aux seconds couteaux alors que Zianveni provoquait des fautes dans la raquette. Il n’en fallait pas plus aux Lorrains pour filer à 30-35 (16e’), mais la SIG allait trouver en Jérémy Leloup (13 points, 3 rebonds, 18 d’évaluation) l’homme de cette première mi-temps. Après Diot et Andersen, il égalisait à 37 partout, puis le pivot australien de la SIG, malheureux de près, enfonçait le clou à trois points: 40-37 (18e’). Inespéré mais mérité, le public du Rhenus, tout en rouge, ayant largement contribué à cette remontée… Mieux, à deux secondes de la pause, Bootsy Thornton donnait quatre points d’avance aux Strasbourgeois d’un magnifique tir arc-en-ciel : 45-41.

Une adresse de folie !

La SIG réussit dans la foulée une superbe entame. Bootsy Thornton, Leloup encore et Campbell à trois points, faisaient gonfler le petit matelas : 52-43 (22e’). Mais en un clin d’œil, Paul Harris effaçait l’ardoise de trois primés de suite pour égaliser à 52 ! L’intensité ne faiblissait pas, bien au contraire. Campbell, Thornton et Toupane refaisaient un petit écart (59-52, 27e’), mais le 6e panier bonifié dans la période des Nancéiens, signé cette fois Austin Nichols, et quelques rebonds offensifs, remettaient tout en cause : 63 partout après 30 minutes…

Tout devenait de plus en plus compliqué car les deux équipes évoluaient à un niveau exceptionnel. Leloup (26 points, 31 d’évaluation), mais aussi Andersen et Diot refaisaient l’écart (72-68) et même 78-71 (35e’) après le panier à 6,75m d’Andersen qui provoquait aussi la 4e faute de Falker…

Mais rien n’arrêtait décidément les gâchettes lorraines. La zone avait fonctionné pendant un moment mais la confiance des arrières du SLUC ne baissait pas. Après Hannah (trois de suite), c’est Banks qui dégainait pour contribuer largement au 12 sur 16 derrière l’arc en deuxième mi-temps ! Pietrus faisait son retour dans le final, pour assurer rebonds et contres, avec l’aide de Falker, mais c’est encore ce diable de Marcus Banks, qui avait retrouvé son niveau NBA, quand il jouait aux Raptors de Toronto avec… David Andersen, qui venait conclure sous le cercle à 54 secondes de la fin. Leloup redonnait un dernier avantage aux lancers (87-86) et 37 secondes à jouer. Mais ce diable de Banks enfilait le 16e panier à longue distance à 24’’ du gong. Et les dernières tentatives de Thornton et de Campbell échouaient.

Cruelle désillusion pour la SIG qui devra rapidement relever la tête…

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – SLUC NANCY 87-89. Rhenus Sport. 6 075 spectateurs. Arbitres: MM. Viator, Hosselet et Diffalah.

Nancy mène la série 1-0

Les périodes : 21-22, 24-19 (mi-temps : 45-41), 18-22 (63-63), 24-26.

SIG : 30 paniers sur 58 tirs (52%) dont 12 sur 26 à trois points, 15 LF sur 18, 26 rebonds (Andersen et Leloup 5) dont 7 offensifs, 22 passes (Diot et Leloup 5), 8 balles perdues, 15 fautes.

Campbell 10, Diot 10, Thornton 9, Leloup 26, Andersen 17, puis Lacombe 5, Toupane 4, Abromaitis 6.

NANCY : 34 paniers sur 65 tirs (52%) dont 16 sur 24 à trois points, 5 LF sur 5, 33 rebonds (Falker 8) dont 10 offensifs, 18 passes (Banks 7), 10 balles perdues, 21 fautes.

Banks 16, Nichols 14, Harris 18, Pietrus 6, Falker 6, puis Hannah 14, Sene 2, Grant, Pope 8, Mipoka, Zianveni 5.

Vincent Collet : « On est tué par une réussite à trois points lunaire de Nancy en deuxième mi-temps. Malgré tout, on avait la possibilité de gagner. Ce match d’une qualité exceptionnelle fait plaisir, même si on est du mauvais côté. Les ratios passes décisives/balles perdues sont remarquables. On a tout fait pour les décrocher, on y est arrivé mais à chaque fois, ils mettaient les paniers qu’il fallait pour revenir… Il faut basculer vite. C’est bien engagé pour Nancy mais il faut gagner jeudi pour espérer… »

Jérémy Leloup : « Dur de perdre comme ça. On les a bien contenu en première mi-temps mais on a eu du mal à garder le rebond. En deuxième mi-temps, ils mettent des gros tirs. On a su retrouver des solutions en attaque. C’est une courte défaite, mais ce n’est qu’un match, on pourra aussi gagner chez eux. A nous de rester concentrés. Les 2,15m de Romain nous manquent c’est sûr. On joue à l’intérieur avec deux postes 4 mais on a pu éviter les deuxièmes chances ».

Alain Weisz : « On a joué de façon très défensive depuis le début de saison. Mais depuis deux matches, nous jouons avec deux meneurs qui sont très prolifiques et ça change notre capacité à scorer. La SIG a été très bonne et on fait la différence avec notre très haut pourcentage. Ils nous ont gênés avec quatre joueurs extérieurs, notamment Leloup qui a fait un match remarquable. On n’a pas été assez agressifs sur leur jeu de passes. Il faudra corriger ».

Marcus Banks : « C’était terrible. Strasbourg est vraiment une très, très bonne équipe. Il fallait que tout le monde apporte sa contribution. Une vraie victoire d’équipe. L’adresse? On s’entraîne pour ça et le coach nous encourage à les prendre. Ça a fini par payer. Je suis là pour jouer les play-offs et si Hannah joue vraiment bien, moi je dois apporter mon expérience, et le coach me fait confiance. Il faut maintenant rester solidaires, jouer encore plus dur jeudi et garder le même état d’esprit ».