Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG-LIMOGES-31052014-007
Actualités Défaite de la SIG 65-77 pour ce premier épisode de la Finale contre Limoges

Défaite de la SIG 65-77 pour ce premier épisode de la Finale contre Limoges

Par Franklin TELLIER

C’est dans un Rhenus, une nouvelle fois, à guichets fermés, que le coup d’envoi de cet épisode 1 a retenti à 16h15. Devant une salle rouge vif, tintée d’une légère touche de vert et blanc (150 supporters limougeauds avaient fait le déplacement) les deux protagonistes étaient prêts à en découdre.

C’est avec ce public de feu, où supporters strasbourgeois et limougeauds se répondent à gorges déployées, que l’entre-deux est lancé. Après 1 minute le score est ouvert par Anosike qui s’impose dans la raquette avec un 2+1 mais la réponse immédiate d’Acker puis Boungou Colo et Moerman infligeait un 9-0 à des SIGmen brouillons (3-9). David Andersen à 3 points stoppe alors l’hémorragie  (6-9, 3’30). Les équipes se rendaient coup pour coup. Mais, un circus-shoot réussi avec la faute (et converti), puis un panier à 3 points, d’un Bootsy Thornton de feu, permettaient à la SIG de prendre les devants (14-9, 5’24); faisant lever le Rhenus d’un seul homme ! … et obligeant coach Dupraz à prendre son premier temps mort. Bougou Colo puis Acker permettaient au CSP de revenir au contact à 3 minutes de la fin du premier quart temps (14-14). L’adresse à 3 points du CSP étant à son paroxysme, Boungou Colo puis Reynolds continuaient d’artiller derrière la ligne, et tentaient de creuser l’écart, mais, Andersen et Lacombe répondaient présent et c’est Paul qui scellait le score de ce premier quart.

Fin du premier quart : 19 - 20

Apres 2 minutes de jeu ponctuées par des pertes de balles et autres erreurs, le score n’évoluait pas, et Vincent Collet prit son premier temps mort afin de tenter de recadrer ses soldats… Ses vœux étaient exhaussés grâce à une « no-look » passe de Diot pour Lacombe lui permettant de dunker aux yeux et à la barbe de verts dépassés sur cette action collective (21-20, 12’20).  Edwards puis Gomis et Boungou Colo profitaient alors des erreurs des SIGmen en attaque pour leur passer un 7-0 (21-27, 15’), obligeant coach Collet à prendre son second temps mort. La troisième faute de Jérémy Leloup à la 16ème minute permettait à Moerman de convertir 2 lancers francs.  David interrompt alors d’un 3 points la série du CSP et permettait de stopper 3 minutes 20 de mutisme en attaque (24-29). Campbell répondait à Moerman mais c’est un Taurean Green au four et au moulin qui creusait l’écart à lui tout seul. Et c’est dans une fin de mi-temps brouillonne, où les pertes de balles se succédaient pour la SIG (12 à la pause!), que Limoges creusait l’écart à +12 au buzzer de la mi-temps d’un trois point assassin.

Mi-temps : 26 – 38

Les limougeauds revenaient des vestiaires avec la même hargne et adresse. Reynolds et Acker continuaient alors à creuser l’écart et il fallait attendre que Bootsy stoppe le 12-0 en cours sur les deux mi-temps pour ramener le score à 28-43 (22’). Les deux équipes se rendaient coup pour coup avant que la SIG, portait par le binôme Diot/Campbell infligeait un 7-0 aux verts réveillant ainsi un Rhenus «climatisé» par la réussite du CSP (37-47, 25’). Petro puis Boungou Colo calmaient tout le monde mais le réveil, de Leloup à 3 points, et Diot permettaient aux siens de recoller à 9 points à 1’30 de la fin du quart. Et dans un Rhenus en ébullition, Bootsy ramenait les siens à 6 longueurs à 10 minutes de la fin grâce à un 8-0.

Fin du troisième quart temps : 48 – 54

La tension palpable entre les deux protagonistes augmentait alors en ce début de dernier quart et, un duel Edwards/Andersen dans la peinture se répondant successivement… Louis Campbell scorait à 3 points (53-60)  mais  Moerman, derrière l’arc, lui répondait immédiatement, toujours porté par une belle adresse dans ce secteur (55%) ; 53-63 à la 33ème minute. Campbell scorait en pénétration (55-63) et « caviardisait » Axel Toupane, afin de lui permettre d’inscrire un magnifique 2+1. Ce 5-0 ramenait les SIGmen à 5 points à 4 minutes 30 de la fin. Mais l’ardeur des strasbourgeois était calmée par un dunk ravageur de J.K. Edwrds (58-65). À 2’27 du terme, Vincent Collet prenait un temps mort, afin prodiguer ses ultimes conseils et systèmes, pour tenter à nouveau un improbable come back (58-67). Leloup, plein de volonté, essayait de ramener les siens, malgré des oublis sur la ligne des lancers francs: 61-69 à 1min 20 du terme. Au jeu des fautes provoquées d’un côté, et commises de l’autre, pour stopper le chrono, les strasbourgeois ne se montraient pas à leur avantage pendant que, le CSP avec Green, Boungou Colo et Reynolds ne tremblaient pas… scellant le score à 65-77.

C’est sur cette victoire avec la manière, que Limoges vient chercher ce premier match sur le parquet du Rhenus lors de ce premier épisode. Un second quart temps catastrophique avait rendu la tache trop difficile pour espérer un nouveau retour des coéquipiers de David Andersen. Trop dispendieux et face à la bonne défense, le jeu rapide et une bonne alternance intérieur/extérieur du CSP les SIGmen ont manqué le premier rendez vous de cette finale 2014… Une journée de repos ne sera pas de trop afin d’analyser cette défaite et corriger les erreurs commises. Retrouver son jeu qui lui a permis de gagner le droit de disputer cette finale, voilà l’objectif principal des hommes de Vincent Collet.

 

Le match en vitesse :

SIG – CSP Limoges 65 – 77. Rhenus Sport. 6170 spectateurs. Arbitres : MM. Maestre, Bissang et Diffalah.

Les periods: 19-20, 7-18 (mi-temps: 26-38), 22-15 (48-54), 17-23 (65-77).

SIG : 24 paniers sur 58 (41%) dont 9 sur 27 à 3pts, 8 lancers-francs sur 16, 32 rebonds (Andersen 9) dont 9 offensifs, 15 passes (Campbell 6), 17 balles perdues, 17 fautes.

Campbell 15, Thornton 11, Leloup 9, Andersen 14, Anosike 3, puis Diot 5, Toupane 3, Lacombe 5, Abromaitis 0.

CSP Limoges : 26 paniers sur 57 (46%) dont 11 sur 24 à 3pts, 14 lancers-francs sur 28, 36 rebonds (Moerman 9) dont 9 offensifs, 12 passes (Edwards et Acker 3), 14 balles perdues, 19 fautes.

Green 14, Acker 7, Boungou Colo 15, Moerman 16, Zerbo 0 puis Gomis 3, Petro 2, Reynolds 10 et Edwards 10.

Les réactions :

 Vincent Collet : « Limoges mérite sa victoire, sur la physionomie de ce match il n’y a pas photo. Malgré notre maladresse on était revenu à 6 points. Mais ils ont repris leurs esprits. On perd le match en première mi-temps et surtout dans le second quart temps. On a de nouveau péché par un manque de dureté. La balle ne voyageait pas, nous avons abusé du dribble. Douze pertes de balles à la mi-temps c’est inacceptable pour gagner ce genre de match. On a corrigé en seconde mi temps, nous permettant de retrouver notre jeu de passe mais c’était trop tard… Leur défense nous a perturbés, la balle avait du mal à vivre. On est tombe dans le panneau en cherchant des choses trop gourmandes au lieu de faire circuler le ballon. Il faudra qu’on les dérange d’avantage pour le prochain match comme eux l’ont fait, par exemple au début du match lorsque que l’on perd trois balles consécutives. On aura besoin d’un autre Antoine pour battre Limoges. Je ne cherche pas à le cibler du tout mais il faut qu’il fasse mieux… Il faut que tout le monde fasse mieux ; d’autant plus que Bootsy souffre et joue blessé. Les joueurs sont affectés car ils ne voulaient pas perdre mais demain matin ils repartiront au combat. On va revenir le plus fort possible lundi soir, je ne sais pas si ce sera suffisant mais il le faudra. Le match de ce soir doit nous servir à modifier des choses pour nous améliorer pour le second match. À nous de tout faire pour inverser la tendance. »

Paul Lacombe : « Nous sommes très mal entrés dans le match. Notre première mi-temps est catastrophique offensivement. En défense on tient un peu avant de céder. On perd trop de ballons durant les 20 premières minutes pour espérer quelque chose. Il n’y a pas de secret, pas de quoi se cacher, on n’a pas joué notre jeu. On perd de façon logique. Ils nous ont poussé à jouer en un contre un et on est parti dans des schémas de jeu qui ne nous ressemblent pas. On a manqué de contrôle. On a voulu jouer trop vite, pourquoi? Je ne sais pas… Limoges a bien contrôlé son match, je ne pense pas que la fatigue a joué un rôle ce soir… Le deuxième quart temps nous a coûté très cher car après on court après le score. En plus, notre maladresse aux lancers francs laisse 8 points gratuits à l’adversaire, cela ne nous ressemble pas. On s’est déjà relevé suite à ce genre de match, mais c’est quand même un petit coup dur surtout qu’on n’a pas montré notre vrai visage. Il va falloir se remobiliser pour lundi afin d’éviter le coup de massue. »

Jean-Marc Dupraz : « C’est bien de prendre le premier match. Les gars ont vraiment bien défendu, ils avaient du cœur, de l’enthousiasme. On ne peut qu’être satisfait de cette première victoire mais c’est une finale en série et il faut être « focus » sur le prochain. On a bien alterné offensivement mais on a surtout bien défendu. Avec 17 points d’avance, on est tombé un peu dans l’euphorie et ils reviennent à -6. On a retrouvé notre jeu et contrôler à nouveau les choses. On était venu ici pour jouer nos chances à fond. On joue le titre et on ne s’en cache pas. Ce premier match est bon à prendre mais on se doute que Strasbourg, qui a une bonne équipe, va réagir. A nous d’être prêt pour le prochain car je pense qu’ils vont revenir avec d’autres dispositions… »

Adrien Moerman : « C’est un match bien maîtrisé, on a bien progressé à ce niveau. On gère mieux le contrôle de la balle depuis le début des play-offs. Ce sera dur de reproduire deux fois de suite cela mais nous allons tout faire pour, dès lundi. Parfois en contre-attaque, on a oublié de faire tourner la balle mais c’est plus rare. On a bien joué sur jeu rapide et bien alterné le jeu intérieur/extérieur. C’est une nouvelle force que nous exploitons. L’avantage du terrain est pris, mais il ne faut se relâcher et être concentré sur le match de lundi. A 2-0 ce serait bien, mais pour le moment on va bosser pour pouvoir rééditer ce genre de match. Mais la SIG va aussi travailler, ils ne vont pas se laisser faire. Tout le monde s’est sacrifié ce soir pour l’équipe en défense et c’est clairement la clé pour ces finales. »