Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG-Nancy5-Playoffs-280514-11
Actualités En finale !

En finale !

La SIG est en finale ! Au terme d'un combat de tous les instants, elle est venue à bout d'une coriace équipe de Nancy (70-58) qui ne se sera pas remise du faux-pas de lundi... Mais c'est surtout l'extraordinaire performance défensive, le métier de Thornton et d'Andersen qui aura permis de défier Limoges, dès samedi prochain.

SIG-Nancy5-Playoffs-280514-13

Premier double-double (15 points, 10 passes) pour Louis Campbell sous le maillot de la SIG ! Banks (à gauche) a été muselé...

Il ne fallut pas attendre très longtemps pour comprendre que rien ne serait offert, dans ce 5e match brûlant. Des défenses de plomb, chaque équipe cherchant à jouer sur ses points forts. Nancy réussit mieux, avec Falker notamment, trouvant aussi l’alternance avec un Banks revanchard : 2-7 (4e’). La SIG avait dû se contenter de deux lancers-francs d’Anosike, la raquette étant totalement verrouillée.

Thornton trouvait heureusement la cible à distance, mais Falker enfonçait dans la peinture, obligeait Collet à prendre un temps-mort : 5-11 (5e). Le recadrage était efficace car Bootsy encore à trois points, puis Anosike et Campbell relançaient la mécanique : 12-11.

Le chantier de Falker

Les deux équipes jouaient leurs possessions à la limite des 24 secondes, dans un match contrôlé et… cadenassé. Les deux coaches, conscients de l’intensité des duels, faisaient tourner leurs effectifs. Anosike (deux fautes) cédait sa place et si l’entrée de Lacombe était bien exploitée (18-17), Banks inversait le score à la limite du premier quart : 18-19.

Un moment bloqué à 20-21, le jeu se débridait et Abromaitis depuis la ligne de fond, puis Toupane qui défendait au mieux sur Banks et Hannah, trouvait du jeu rapide : 24-21. Mais Nancy insistait dans la raquette où Falker (13 points à 6 sur 8 et 10 rebonds, 20 d’évaluation en 16 minutes) faisait un chantier. Andersen ne pouvait pas stopper le pivot nancéien qui se gavait.

Exceptionnel Thornton !

Les Strasbourgeois n’en restaient pas moins en tête (32-29, 18e’) mais manquaient de creuser l’écart en échouant de près, à l’image d’Abromaitis ou d’Andersen. Le 5 sur 11 à deux points intérieur coûtait cher. Toupane, lui, avait payé de trois fautes son ‘’sacrifice’’ sur Banks. Et Nancy trouvait en Hannah (deux primés) l’homme providentiel pour inverser le cours des choses : 32-35. Heuremensent, un Thornton de feu (14 pts et 4 sur 5 à trois points), permettait à la SIG de virer en tête d’une courte tête : 38-37.

La finale paraissait encore bien loin…

Nancy enfin sanctionné

Ça ferraillait toujours à la reprise, le duel entre David Andersen et Florent Pietrus symbolisant à merveille cet engagement de tous les instants. Thornton avait encore envoyé une flèche à 6,75m, mais Falker répliquait d’un petit flotteur : 41-39 (22e’). Heureusement, le trio arbitral sanctionnait (enfin) la rugosité du jeu lorrain. Pietrus en faisait fort justement les frais. Et c’est sur lancers-francs que la SIG s’offrait un mini-break si important dans un match aussi serré : 49-41… Alain Weisz appelait un temps mort et Falker réagissait par deux paniers de près : 49-45. Dans une fin de quart temps exceptionnel, Louis Campbell en chef d’orchestre avisé (9 passes déjà), puis Andersen (10 pts dans la période), usant de toute son expérience, et surtout, une formidable défense collective – Nancy ne marquera que 11 petits points dans la période – permettra aux hommes de Collet de prendre un petit matelas d’avance avant d’aborder le money-time avec 11 points d’avance : 59-48. Le Rhenus, tout de rouge vêtu, s’était dressé comme un seul homme !

Le Rhenus se déchaîne

La prudence restait évidemment de mise, le souvenir de lundi étant encore trop présent dans les esprits… Et comme par hasard, Nancy se mit à grignoter son retard, sur… lancers-francs. De 63-54 (35e’), après un nouveau panier d’Andersen, Pietrus rectifiait à lui seul à 63-58. Leloup faisait « gamelle » à deux reprises à trois points, mais c’est Louis Campbell qui soulageait les fans en délire, d’un primé avec… la planche : 66-58 ! Il restait certes près de trois minutes à jouer mais la SIG ne lâchera plus sa proie et.. sa finale. Louis Campbell ne tremblait pas sur la ligne : 70-58.

Samedi, dès 16h15, Limoges sera au Rhenus pour une finale qui promet de nouvelles émotions !

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – SLUC NANCY 70-58. Rhenus Sport. 6 200 spectateurs. Arbitres : MM. Chambon, Mateus et Hosselet.

Strasbourg remporte la série 3-2

Les périodes : 18-19, 20-18 (mi-temps : 38-37), 21-11 (59-48), 11-10.

SIG : 21 paniers sur 49 paniers (43%) dont 10 sur 23 à trois points, 18 lancers-francs sur 23, 30 rebonds (Toupane, Andersen, Leloup, Abromaitis, Anosike 4) dont 4 offensifs, 18 passes (Campbell 10), 9 balles perdues, 20 fautes.

Campbell 15, Thornton 17, Leloup 4, Andersen 15, Anosike 4, puis Toupane 2, Lacombe 7, Abromaitis 6.

NANCY : 23 paniers sur 62 tirs (37%) dont 5 sur 21 à trois points, 7 lancers-francs sur 12, 41 rebonds (Falker 16) dont 15 offensifs, 9 passes (Banks 4), 13 balles perdues, 24 fautes.

Banks 11, Nichols 3, Harris 2, Pietrus 7, Falker 21, puis Hannah 6, Grant 2, Pope 2, Sene, Mipoka 3, Zianveni 1.

Les réactions

Vincent Collet : « Ma première pensée va à mon homologue et ami. Il faut garder en tête que cette série était très serrée et qu’à cinq minutes de la fin du match 4 on était presque éliminé. Celui de ce soir était peut-être le plus serré. On a bien joué à l’exception du moment où Nancy s’est rapproché. La formule en cinq matches est magnifique. Nous sommes maintenant au pied de notre deuxième finale consécutive. On avait eu beaucoup de frustration et de tristesse l’an dernier. J’espère qu’on saura gravir cette dernière marche. L’équipe qui se présente face à nous est une très forte équipe. Limoges est une autre équipe depuis l’entrée dans les play-offs. Elle est plus mobilisée, avec le talent qui est toujours là. Il faudra se battre à chaque match. Mon groupe est très mobilisé mais nous ne sommes pas épargnés. Bootsy Thornton souffre d’un petit étirement à la cuisse, alors qu’Antoine poursuit sa rééducation et il fera son retour, pour le match 2 au plus tard. Quant à ce match 5, on a été magnifiquement lancé par Bootsy. Ensuite, tout le monde a contribué au succès. J’ai beaucoup apprécié la hausse du niveau d’engagement d’un Tim Abromaitis, d’un O.D. Anosike qui devait pourtant faire face à un fantastique Falker. Axel a aussi davantage pesé par sa défense. On a besoin de joueurs expérimentés comme Andersen et Campbell, mais on a aussi besoin de soldats. Et ils ont tous répondu présent ».

Louis Campbell : « Je suis vraiment très heureux de cette issue. Pour deux raisons : les blessures de Romain et d’Antoine qui nous ont vraiment compliqué la tâche. Ensuite, parce que c’est un championnat très difficile et que c’est très compliqué d’aller en finale deux fois de suite. J'espère vraiment qu'on ira chercher le trophée. Ce soir, il y a la joie de la victoire mais ce n’est pas fini. Il faut s’accrocher pour décrocher ce titre. Les séries en cinq matches, c’est top. Ça permet de faire des ajustements même si c’est très fatiguant pour le corps ! »

Alain Weisz : « Regrets éternels. Le match de lundi reste une énorme déception. Strasbourg est une très forte équipe. On les a poussés au 5e match. On a deux formidables gladiateurs et on n’a jamais réussi à trouver un joueur pour mettre un tir extérieur. On a tout donné, respecté le plan de jeu avec un extraordinaire Falker mais se hisser au niveau de la SIG, c’était trop pour nous ce soir ».

Randal Falker : « Le trois points de Louis Campbell avec la planche nous a tués. Nous étions revenus à cinq points et ils ont continué à mettre des tirs improbables. Nous pouvions leur rendre la pareille. Ils ont eu 11 lancers-francs de plus que nous alors que nous avons beaucoup plus joué dans la peinture qu’eux… Moi, je n’en ai tiré qu’un seul. Cela dit, ils ont fait un grand match et ils nous ont battus… »

  

INFO BILLETTERIE

 

Chers supporters,

La SIG vient de se qualifier pour les finales des play-offs LNB 2014 !

Voici le calendrier des deux premières rencontres :

 

Finales LNB 2014, Episode 1 

SIG-Limoges samedi 31 mai à 16h15

 

Finales LNB 2014, Episode 2 

SIG-Limoges lundi 2 juin à 20h50

 

L’ouverture de la  billetterie pour les épisodes 1 et 2 se déroulera selon le dispositif suivant :

-          Dès ce soir, mercredi, à  23h30 un quota de places sera ouvert à la vente sur notre billetterie en ligne (uniquement)

-          Dès demain, jeudi 29 mai à midi, un deuxième quota de places sera ouvert à la vente sur notre billetterie en ligne (uniquement)

-          Vendredi 30 mai à partir de 14h au Rhenus Sport, 1000 places seront mises à la vente aux caisses des soirs de match dans l’entrée du Rhenus

 

Les tarifs pour les Episodes 1 et 2 seront les suivants :

 

                     Tarif Normal             Tarif réduit*

Série 1                  40€                        30€

Série 2                 32€                         22€

Série 3                  21€                        15€

Série 4                  13€                        9€

 

*-18 ans et étudiants