Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
flag_chalon2
Actualités Match 2 : être prêt pour le combat

Match 2 : être prêt pour le combat

La SIG part à Chalon pour tenter de « plier » le quart en deux manches, mercredi (20h50). Mais la première levée a prouvé que rien ne sera facile. La pression a changé de camp mais Chalon sera remonté, dans une ambiance de feu. Il faut être prêt au combat !

SIG-Chalon-Playoffs12057

Comme Campbell face à Evtimov, Slaughter et Capela, la SIG pourrait être prise dans la nasse chalonnaise demain. Il faudra s'en sortir...

Avant l’entraînement de ce mardi, précédant le départ en TGV pour la Bourgogne, Vincent Collet avait déjà revu le match de la veille, dépiauté les statistiques pour y trouver autant de raisons d’espérer que d’éléments de crainte avant le deuxième match de ce premier quart de finale de play-offs. La performance accomplie lundi dans un match piège est là, solide, réconfortante, face à un adversaire redoutable. Mais rien n’est acquis. « Ce serait vraiment une grosse performance de s'imposer. On y va pour essayer de terminer en deux manches. La deuxième mi-temps de ce lundi nous laisse entrevoir ce qui nous attend au Colisée », lance le coach.

Éviter à tout prix les pertes de balles

Allusion directe à ces 17 balles perdues qui ont donné des contre-attaques et des paniers faciles à Chalon pour revenir dans le match alors que le +18 de la 13e’ laissait augure une fin plus tranquille. « Elles seraient doublement redoutables dans ce contexte hostile. Le contrôle sera encore plus important demain ». Chaque munition sera précieuse – « il faudra prendre soin de la balle » –  et les joueurs devront être « davantage sensibilisés au fait de les gêner, de les ralentir, avant même de penser à être nous mêmes bons ».

Oui mais voilà, Chalon sera agressif et même si Choulet et certains de ses joueurs prennent un malin plaisir à contester chaque décision, ils sont tout de même très souvent au-delà de la limite. C’est dire aussi que l’arbitrage revêtira probablement une importance capitale. « Il ne faudra pas les laisser dérouler leur jeu, insiste coach Collet. Etre en contrôle malgré leur agressivité ».

D’autant plus que Chalon abattra ses dernières cartes pour ne pas être en vacances et tous les moyens pourraient alors être bons…

La revanche des intérieurs chalonnais ?

Le match 1 a tout de même apporté de précieux enseignements. Quand la SIG déroule son collectif, que Chalon manque d’intensité en défense, rien ne lui résiste. Lorsqu’elle domine le rebond (31-27) face à un adversaire aussi bien pourvu dans ce domaine, que les 13 rebonds offensifs concédés ne sont pas convertis, ou très peu, les choses deviennent plus faciles. Quand Duport et Andersen gênent Capela, totalement hors du coup (3 pts à 1 sur 6, 2 rebonds seulement et 1 d’évaluation pour le meilleur jeune de la ProA, annoncé n°15 à la prochaine draft), JBAM, vite pénalisé, ou Brockman, quand Leloup prend le dessus sur Evtimov au point de le faire sortir de ses gonds, il faut s’attendre à un tout autre scénario mercredi… Les intérieurs bourguignons seront pour le moins revanchards. « On a limité leur impact athlétique lundi mais gare à la réaction ».

Car lorsque les Bourguignons avancent d’autres arguments – « leur zone nous a gênés » dit Collet –, quand ils adaptent leur agressivité à leur supériorité athlétique, quand Earvin Walker, excellent en remplacement de Tchicamboud encore à la peine, apporte 18 points (son record en ProA), la donne change… A l’image de ce deuxième quart où la SIG a perdu six ballons (contre un seul) ou dans la troisième période où l’adresse extérieure fut exceptionnelle. « Notre 10 sur 15 à deux points extérieur est hors normes… Pas sûr qu’on pourra rééditer cette performance », prévient l’entraîneur de la SIG. Surtout si on la compare au 3 sur 12 des Chalonnais dans le même exercice.

Enfin, l’adresse à trois points dans le dernier quart (4 sur 9) au plus fort de la tempête, et déjà plus que satisfaisante auparavant, a permis d’écarter définitivement la menace. Au meilleur moment. Pas facile non plus à reproduire dans un contexte plus hostile…

Combattre 40 minutes durant

Il faudra donc être prêt à la bataille. « Celle du rebond sera décisive, annonce Vincent Collet. On a besoin de l’effort de tous. L’aide des extérieurs sera fondamentale car les grands ne pourront pas tout contrôler. Les 14 rebonds pris par Bootsy (Thornton), Paul (Lacombe) et Antoine (Diot) ont été très importants ». A Thornton qui joue si juste en attaque, de continuer à ''piquer'' à trois points, à Andersen de maintenir le rythme infernal sur lequel il finit la saison, à Diot de poursuivre sur le mode patron, à Campbell d'assurer les passes et de prendre les opportunités en attaque comme il l'a si bien fait lundi, à Duport d'être aussi adroit d'un côté, aussi dissuasif de l'autre, à Leloup d'apporter encore et toujours la preuve qu'il a retrouvé toutes ses sensations, à Lacombe enfin, - « une usine à lui tout seul », comme dit Collet - de jouer à nouveau les ''energizers".

Et puis enfin, il faudra miser aussi sur l’impact de ceux qui ont moins joué, comme Toupane ou Abromaitis, dont le tour viendra dans ces play-offs. Ce n’est qu’à ce prix que la SIG s’évitera une belle explosive vendredi.

Jean-Claude Frey