Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
flags1-43
Actualités Match 3 : la parole est à la défense

Match 3 : la parole est à la défense

Il faudra un Rhenus en fusion pour pousser la SIG en demi-finale. Et une équipe prête à tout donner pour rester maîtresse chez elle. Car Chalon vendra chèrement sa peau dans la « belle » qui donne accès aux demi-finales, demain (20h50).

SIG-Chalon-Playoffs120519

La bataille fera encore rage, vendredi soir au Rhenus... Joseph, Thornton, Brockman et Walker ne se feront pas de cadeaux.

Les play-offs sont un moment de vérité. Plus encore dans un troisième match décisif dont le vainqueur poursuit sa route pendant que le vaincu part… en vacances. C’est la conséquence du revers subi mercredi soir en Saône-et-Loire. « Un troisième match excitant dont on aurait volontiers fait l’économie même si c’était un scénario envisageable », soulignait Vincent Collet après la (légère) séance de ce jeudi après-midi. Légère physiquement, pour privilégier la récupération et la stratégie, mais « forte » pour les messages délivrés.

Dans la nuit, le coach avait visionné la rencontre avec son staff, préparé une vidéo pour mettre en évidence quelques carences coupables, individuelles et collectives, qui ont permis à Chalon de s’envoler dans le dernier quart. « On n’a pas été mauvais, mais pas assez bons pour passer en deux manches ». Et de revenir en détail sur ces moments-clés avant de poursuivre : « Inutile de revenir sur ce match. C’est du passé. Concentrons nous sur le match de demain… »

« Pas question de calculer »

Les joueurs ont bien compris l’importance de l’enjeu et ils savent désormais par où il faut passer pour se hisser dans le dernier carré qui leur ouvrirait aussi les portes des compétitions européennes. « Il faudra fournir un effort défensif supplémentaire. Pas question de calculer ».

Comment faire d’une série très offensive (93-82 à l’aller, 91-81 au retour), un match tout d’un coup plus défensif ? « Notre prestation de lundi avait été très honnête dans les moments-clés. Hier à Chalon, nous avons encore réussi une performance offensive intéressante avec 24 passes et 51% de réussite, bien qu’ils nous aient stoppé sur certaines séquences. Mais c’est à l’autre bout du terrain qu’on leur a laissé la victoire », ajoute le coach. Il faudra s’en souvenir.

La confiance est là

Il y a fort à parier que ce match décisif proposera à nouveau un mano a mano chaud brûlant, intense et indécis jusqu’au bout des 40 minutes. Mais la victoire ira très certainement à celui qui saura le mieux perturber le bel agencement de ces deux équipes à vocation offensive. La SIG est ravie d’avoir pu retrouver des solutions avec Toupane et Abromaitis notamment, mais c’est la performance de A.J. Slaughter (22 pts après 10 rencontres de suite à moins de 20 points) et plus encore celle de Jordan Aboudou (15 points, son deuxième total de la saison) qui a compliqué la mission alsacienne.

Car il était bien évident que Clint Capela, muselé lundi, réagirait. Tout comme il coule de source qu’il faudra ce vendredi que Romain Duport, par exemple, soit plus dissuasif près du cercle, qu’Andersen et tous les autres soient encore plus efficaces au rebond. « On ne peut pas tout stopper dans une équipe qui a autant de talents, où Kris Joseph et aussi Ervin Walker sont de gros scoreurs, où Evtimov a retrouvé son meilleur niveau ».

On n’oubliera pas ce ‘’sorcier’’ de Jean-Denys Choulet, décisif dans la résurrection de Chalon, au discours et aux attitudes volontairement provocateurs, mais « dans un Rhenus prêt à s’enflammer et pas loin d’être comble », comme aime à le souligner Vincent Collet, la SIG doit valider ce qu’elle a mis de si longs mois à construire.

« Et puis, un moment donné, des individualités vont sortir du lot et faire pencher la balance d’un côté ou de l’autre », insiste le sélectionneur national. Difficile de ne pas penser à Antoine Diot (4 d’évaluation seulement mercredi) qui aura à cœur de retrouver le niveau qui a porté la SIG vers les sommets ces dernières semaines.

« La confiance est là, et même sous pression il faudra insister sur les choses fondamentales et faire preuve d’un état d’esprit irréprochable. Ce type de match ne supporte aucun comportement déviant… »

Pas d’états d’âme, ce n’est pas le moment de valoriser les egos, mais du sacrifice. La quête du rêve est à ce prix.

Jean-Claude Frey

Les statistiques des « belles »

10 dernières saisons dans la LNB

-       32 matches

-       27 victoires à domicile (84%)

-       5 défaites (16%)

SIG (sept participations aux play-offs, 16 victoires, 17 défaites)

-       2 victoires à domicile, 2 défaites à l’extérieur

Vincent Collet (en carrière)

-       3 victoires, 2 défaites à domicile

-       3 défaites à l’extérieur

Chalon (11 participations aux play-offs, 19 victoires, 25 défaites)

-       5 victoires, 1 défaite à domicile

-       3 défaites à l’extérieur

Jean-Denys Choulet (en carrière)

-       3 victoires à domicile

-       1 victoire, 4 défaites

Compilées par Franklin Tellier