Basket
aeroport_strasbourg_1500x450_left.jpg
aeroport_strasbourg_1500x450_right.jpg
MATCHES EN MAI AU RHENUS
Nanterre, Orléans, Monaco ... en route vers les playoffs !
AG1
Actualités « Sig & Territoires » : bilan et perspectives

« Sig & Territoires » : bilan et perspectives

Deux ans et demi après sa création, « SIG & Territoires » a tenu mercredi soir la deuxième assemblée générale de son histoire devant une soixantaine d’actionnaires, une centaine d’entre eux ayant donné procuration. Le moment de faire le bilan de ses activités et, surtout, de permettre au président Martial Bellon de se projeter vers les prochaines saisons pour tenter de faire de Strasbourg une place forte du basket français et européen.

Née du nouveau mode de gouvernance mis en place par l’équipe dirigeante qui a pris les rênes en 2010, « SIG & Territoires » est un exemple rare dans le sport professionnel français. Guy Buchmann, le président, n’a pas manqué de le souligner en ouverture de l’AG. « Donner la possibilité à des particuliers d’accéder au capital du club à travers ‘’S&T’’, c’est à Martial Bellon qu’on le doit ».

Au-delà des résultats sportifs et de la première place de la saison régulière, l’assemblée a pu noter la progression en matière de marketing, de communication, le montant de l’apport des partenaires privés ayant lui aussi augmenté de 500 000€. « En période de crise, c’est remarquable » a souligné le président Buchmann.

Une augmentation du capital nécessaire

Outre la visite des coulisses du club au mois d’octobre, réservée aux actionnaires de « SIG & Territoires » et qui a connu un joli succès, la société s’est félicitée d’avoir pu accueillir près de 50 nouveaux actionnaires, dont plusieurs joueurs professionnels, pour un total de 506. Elle a également tenu un rôle majeur dans l’augmentation du capital de la SIG, intervenu au printemps. Il est passé, en effet, de 38 112 à 400 000€, et la part de « SIG & Territoires » est passée de 3049€, représentant 8% à 45 021€, soit 12% du capital. Autre changement notoire : si les collectivités territoriales (villes de Strasbourg, d’Illkirch et CUS) ont toujours la majorité absolue, comme l’impose légalement le statut de société d’économie mixte, les investisseurs privés représentent désormais, avec 32%, à travers « SIG & entreprises », l’actionnaire n°1. Robert Fedida, son président, assistait d’ailleurs à l’AG, ainsi que Gérard Lebrot, le « patron » des bénévoles.

La société a ensuite apporté quelques retouches à son comité de direction. Guy Spehner, son secrétaire, devient vice-président en lieu et place de Thierry Sublon, qui a pris en début de saison la présidence du Club affaires, rassemblant quelque 50 des 200 sponsors de la SIG, et trois nouveaux membres rejoignent l’équipe dirigeante. Marc Reboursin, Raymond Riedinger et Franklin Tellier vont prendre la place d’Aymeric Jeanneau, désormais manager chargé du développement, de Stéphane Schneider et Samuel Nogha, qui prennent du recul.

La visite de Collet et de plusieurs joueurs
AG5

Le président de la SIG, Martial Bellon, pendant son intervention.

L’assemblée a beaucoup apprécié de recevoir la visite de Vincent Collet, d’Antoine Diot, Jérémy Leloup, Romain Duport et de Paul Lacombe qui ont tous acheté une action « SIG & Territoires ». Chacun s’est exprimé pour parler de la saison en cours, de ses espoirs pour les play-offs qui débutent, en insistant sur « le besoin de sentir la salle derrière nous ». Pour l’entraîneur, « gagner le titre, c’est comme gravir l’Everest. On est arrivé premier au camp de base mais il faut aller jusqu’au sommet, et peut-être parfois sans oxygène ! » Avant d’ajouter : « Quoiqu’il arrive, cette saison ne sera pas une mauvaise saison ».

Les bienfaits de la saison européenne

Puis ce fut au tour de Martial Bellon de prendre la parole pour expliquer la politique menée par l’équipe dirigeante et tracer quelques pistes pour l’avenir. « Dans la perspective inéluctable de la disparition des subventions publiques, il faudra augmenter les revenus commerciaux pour assurer la pérennité du club ». C’est un des principaux objectifs de la SIG qui a renforcé ses structures dans ce domaine. Elle a aussi fait un bon en avant dans le domaine de la communication, du développement des réseaux sociaux (plus de 12 000 fans sur sa page Facebook, contre 3 000 en début de saison) mais elle reste consciente que le business modèle du basket français reste fragile.

Le président Bellon est revenu sur la campagne européenne qui, au-delà des résultats sportifs, a permis au club de tirer quelques bénéfices non négligeables en terme d’organisation, de structuration. « Mais nous n’avons pas encore atteint les standards de l’Euroleague, a insisté M. Bellon. Et l’objectif que nous visons désormais, c’est d’atteindre les 7 millions de budget dans les 24 mois pour continuer à construire pour faire grandir le club ».

Un objectif ambitieux, auquel a également souscrit Françoise Bey, vice-présidente de la CUS, membre du conseil de surveillance de la SIG, et qui représentait Roland Ries, le sénateur-maire. Un objectif qui veut clairement confirmer la place de la SIG comme n°1 du sport alsacien et en faire la vitrine de la capitale de l’Europe dans l’hexagone et sur tout le continent…

Les actionnaires présents ont pu ensuite échanger autour du verre de l’amitié, préparé par les membres de la SIG amateur, qui était également largement représentée.

[bootstrap_galerie type=dock_galerie_9_16 description=description]12276,12275,12274,12272,12271[/bootstrap_galerie]