Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
flag_chalon
Actualités Une première manche capitale…

Une première manche capitale…

Sur sa lancée de la saison régulière, la SIG avec un Bootsy Thornton rétabli, veut convertir l’avantage du terrain si durement acquis. Chalon n’est pourtant pas le premier venu. Mais l’envie, le talent et la science du jeu des Alsaciens doivent leur permettre de faire cette première levée primordiale avant d’aller en Saône-et-Loire mercredi. Rendez-vous ce lundi à 20h au Rhenus pour un quart explosif.

Sig-Cholet291013-08

Tim Abromaitis, précieux lorsqu'il vient du banc par son adresse à trois points notamment...

Le moment de vérité. C’est l'instant où tout ce qui a été réalisé depuis octobre ne compte plus. Ou presque. Bien sûr la confiance acquise avec la première place de la saison régulière, l’expérience glanée aux quatre coins de l’Europe, l’arrivée de Thornton et Andersen, des habitués de ces matches au couteau et aux… titres, les dix derniers matches de haute volée, donnent à la SIG un réel avantage. Mais les choses sont si fragiles dans cette imprévisible ProA.

Les statistiques et l’histoire

Alors, il y a les mauvaises langues qui rappellent d’emblée qu’en 2013 et en 2012, le premier de la saison régulière a été balayé dès les quarts de finale par le huitième. Vincent Collet n’y attache pas d’importance particulière. « Depuis 2005, le premier était toujours venu à bout du huitième. Bien sûr que l’histoire et les statistiques sont présentes dans notre esprit, mais sans plus. Cela ne me perturbe pas ».

L’expérience en revanche, lui fait dire que ce match n°1 est capital. « Le danger est immédiat pour nous. Après, dans de vrais play-offs en cinq manches, ce sera différent. Mais là, il n’y a pas de place pour la surprise ».

Le profil de l’adversaire rend le sélectionneur national particulièrement prudent. « Chalon peut toujours faire un match exceptionnel et gagner. Dès lors, dans le contexte de leur salle, une des plus chaudes de la ProA, ils n’auraient plus besoin forcément d’un match exceptionnel pour se qualifier… » Une façon de dire que la pression est davantage sur la SIG que sur son adversaire. « Nous avons beaucoup à perdre, c’est clair. Mais nous avons évidemment des arguments à opposer. La capacité de l’une ou l’autre équipe à gêner son vis-à-vis décidera du vainqueur… »

Chalon, c’est complet et… athlétique

Inutile de prendre pour référence les deux rencontres de la saison régulière pour évoquer l’opposition de ce quart. La SIG avait gagné avec Ajinça, Murphy, Greer et sans Diot en octobre, lors de la 2e journée (78-68). Chalon, alors coaché par Michaël Hay, avait aligné Josh Bostic et Marek Jurevicius, tous remerciés dans la foulée. Le charismatique Jean-Denys Choulet a relancé l’équipe, appelé Kris Joseph pour écraser en janvier une SIG privée de Leloup blessé et sans Andersen (93-71)…

« Cette équipe recèle beaucoup de talents variés, prévient Collet. De grands athlètes comme Capela, très vertical, JBAM très dur au sol, Brockman qui tient un peu des deux, mais aussi des basketteurs très fins à l’image de Slaughter, Joseph ou Tchicamboud et des shooteurs comme Evtimov qui peut envoyer la grêle », détaille le coach de la SIG. Le 7 sur 9 à trois points de ce dernier avait « tué » le match dans un dernier quart à sens unique lors du match retour (33-13) ! On pourrait y ajouter Aboudou, capable de briller des deux côtés du terrain, Walker, la doublure de Slaughter, ou le jeune Ouattara…

Chalon, c’est 84 points de moyenne en attaque mais avec un bon pourcentage. « Et ils ont beaucoup de façons de marquer, une qualité difficile à contrer. Ils sont forts sur jeu rapide et ont aussi beaucoup de solutions sur demi-terrain. Mais comme tous les équipes, cette équipe a aussi des faiblesses et il va falloir les trouver… », enchaîne Vincent Collet.

Tous en rouge

La SIG devra se mettre en mode play-offs dès le début. « L’état d’esprit sera très important. Avec un surcroît d’intensité, d’engagement, sans rien changer à ce qu’on fait depuis un moment… Ne pas oublier ce qui a fait notre force depuis deux mois ». Mais le coach attend aussi de ses joueurs un peu plus en défense. « Nos dernières prestations sont moyennes dans ce secteur. J’attends clairement une amélioration dans ce domaine ».

La SIG aurait bien besoin d’un Rhenus plein et… chaud. La location marche mais la salle est loin d’être pleine. Une petite déception car cette équipe et le jeu qu’elle développe mérite mieux. Faites-le savoir autour de vous, car dans ces matches couperets, le poids du public est souvent capital. Et, pour y mettre une petite touche NBA, tous les supporters, les vrais, seront en rouge !

Pour cette première manche déjà décisive, la SIG retrouvera Bootsy Thornton qui s’est entraîné depuis vendredi. Neuf joueurs en pleine possession de leurs moyens, ce ne sera pas de trop compte tenu du calibre de l’Elan Chalon. « On ne se focalise pas non plus sur cette équipe. On a fait depuis quelque temps abstraction de notre adversaire en quarts. Car on savait que, quel qu’il soit, il avait des qualités… On ne dramatise pas non plus car quoi qu’il en soit ce lundi, il restera un deuxième match à gagner pour celui qui l’emportera. C’est la loi des play-offs », termine Collet qui a totale confiance en son équipe.

Il n’empêche qu’après la démonstration des dernières sorties à domicile, il faut plus que jamais se concentrer sur l’objectif final…

Jean-Claude Frey

chalon