Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
preparationcoupedumonde2014p
Actualités France : répétition générale à Strasbourg

France : répétition générale à Strasbourg

Avant de rejoindre l’Espagne pour la Coupe du monde, l’équipe de France fait sa dernière mise au point ce samedi et dimanche au Rhenus contre la Finlande et l’Australie. Antoine Diot et Vincent Collet seront en terrain connu. Ils évoquent l’importance de ces ultimes confrontations.

Après trois défaites lors des quatre dernières rencontres, à Pau et à Antibes (Ukraine, Serbie et… Australie), la France a pris ses quartiers en Alsace. Elle s’envolera mardi pour l’Andalousie où la compétition débutera face au Brésil samedi prochain, après une double confrontation studieuse face à la Finlande, révélation du dernier Euro remporté par les Bleus et face aux stars australiennes, à qui Vincent Collet promet déjà les Etats-Unis en demi-finale du Mondial espagnol.

Diot : « Le groupe vit très bien »

« Jusqu’ici, le groupe vit très bien malgré ces défaites. Ce n’est pas ce qu’il faut retenir, mais plutôt la manière de jouer. On commence à être physiquement de mieux en mieux et cela se ressent, affirme Antoine Diot. A nous de travailler sur les détails pour être vraiment prêts ».

Pour ceux qui veulent s’en convaincre, il suffit de suivre les épisodes captivants, parfois truculents, des vidéos postés sur le net par la Fédération dans le cadre du « Bleu, blanc, tour » qui fait étape à Strasbourg en cette fin de semaine.

Vincent Collet, pourtant, sait que le chemin est encore long. Champions d’Europe en titre, les Tricolores sont orphelins de Tony Parker, mais peut-être davantage encore… d’Alexis Ajinça. Thomas Heurtel et Antoine Diot se partageront la mène après le forfait de Nando De Colo (fracture de la main) et s’ils n’évoluent pas dans le même registre que le champion NBA, ils tiennent plutôt bien leur rang. « C’est à l’intérieur que nous souffrons, ajoute le coach. Cela s’est vu face aux Serbes et en fin de match contre les Australiens ». La France, qui a alterné à cette occasion les hauts et les bas, des séquences très séduisantes et des « trous » trop prononcés, devra équilibrer tout cela. « Diminuer les bas et augmenter les hauts », résume l’entraîneur national.

Cela n’a pas échappé non plus à Aron Baynes ou à… David Andersen, très acclamé et très attentionné avec les supporters du Rhenus, vendredi soir, qui prédit une deuxième victoire australienne dimanche, après celle d’Antibes (76-74). En réalité, il n’y a pas encore de hiérarchie dans le jeu des Bleus. Ian Mahinmi, qui a lourdement chuté sur le parquet de Geispolsheim, vendredi en fin d’entraînement, Joffrey Lauvergne et Rudy Gobert se partagent la raquette avec des qualités différentes. « Mais la clé de notre jeu, c’est le collectif », insiste Diot. Collet se passerait donc volontiers de quelques prouesses individuelles au profit d’un ballon partagé pour trouver la meilleure solution.

« Les derniers réglages se feront à Strasbourg face à deux grosses équipes qui possèdent des styles de jeu très différents, poursuit le MVP de la saison écoulée, ravi de poursuivre sa route avec la SIG. Ce sera intéressant d’autant qu’on a perdu la première confrontation contre l’Australie. A nous de voir si on a progressé, pour se tester face à une des meilleures équipes de la Coupe du monde. La Finlande, dès samedi soir, a un jeu très léché et de gros shooteurs. A nous de prendre tout cela en compte car ce sont des styles de jeu qu’on va rencontrer en Espagne… »

Le public du Rhenus – il reste des places (voir le lien ci-dessous vers la billetterie) – se régalera bien sûr comme tous les ans de pouvoir saluer Boris Diaw aujourd’hui champion NBA, Nicolas Batum et tous les autres qui rêvent d’ajouter encore une ligne à leur palmarès au cours de la quinzaine espagnole qui va débuter. Leur quête passera peut-être par la qualité du jeu mis en place à Strasbourg ce week-end…

J.C.F.

Cliquez sur l'image ci-dessous pour réserver vos places :

ibs