Basket
bandeaux VIP.jpg
bandeaux VIP.jpg
Personne en Situation de Handicap
réservez dès maintenant vos places via YOOLABOX
Image1
Actualités A Mulhouse, la SIG face à trois costauds

A Mulhouse, la SIG face à trois costauds

Tournant dans la pré-saison de la SIG, le tournoi de Mulhouse donnera l’occasion aux Strasbourgeois de se frotter à des adversaires de haut niveau. Les Strasbourgeois y rencontreront successivement le Bayern de Munich, le Panathinaïkos d’Athènes et l’Etoile Rouge de Belgrade, trois grands noms du basket européen. Voici leur visage pour la saison qui s’ouvre…

Le premier adversaire de la SIG sera le Bayern Munich, ce vendredi à 21h. Depuis quatre ans, le club bavarois est en plein essor après avoir mis des années à retrouver le haut niveau. Le troisième titre de champion d’Allemagne obtenu la saison dernière est arrivé… 59 ans après les années fastes du club, et les deux premiers sacres en 1954 et 1955. Emmené par Svetislav Pesic, ancien sélectionneur de l’équipe d’Allemagne, championne d’Europe en 1993, et de l’équipe de Yougoslavie, avec laquelle il remporta une seconde fois l’Eurobasket en 2001 et les championnats du monde en 2002, le Bayern a misé sur l’expérience d’un coach rodé au haut niveau du basket européen.

OLYMPUS DIGITAL CAMERAL'armada allemande

Qualifié pour le top16 de l’Euroleague la saison dernière, pour sa première participation, l’équipe allemande s’est même payé le luxe d’infliger au Real Madrid, lors du second tour, l’une de ses rares défaites de la saison ! Cette année encore le club s’est armé pour jouer les premiers rôles, que se soit sur la scène nationale ou internationale.  Le budget lui permet en effet de doubler tous les postes, parfois même de les tripler. Les postes extérieurs sont symboliques de la densité de cette armada. Avec l’expérimenté Anton Gavel venu de Bamberg, le sniper et international allemand Heiko Schaffartzik, le jeune prodige serbe, drafté par Philadelphie en juin dernier, Vasilije Micic, le solide Bryce Taylor ou encore le bosniaque Nihad Djedovic, le danger peut venir de partout que se soit chez les titulaires ou les remplaçants. Le secteur intérieur n’est pas en reste puisque le poste 4 est constitué de deux joueurs extrêmement expérimentés avec l’arrivée, cet été, de Dusko Savanovic en provenance d’Efes Istanbul et le retour au club de Jan Jagla, après une saison à Berlin qui l’avait vu croiser la SIG en Eurocup la saison dernière. Enfin les deux pivots, Vladimir Stimac et John Bryant, double MVP de Bundesliga en 2012 et 2013, sont complémentaires et verrouilleront à coup sûr la raquette allemande. Les joueurs de Pierre Tavano sont prévenus, la première opposition du week-end s’annonce rude, engagée, physique et de très haut niveau. Face à une équipe qui prépare sa seconde saison d’Euroleague avec l’ambition de faire encore mieux, les SIGmen auront un avant-goût de ce qui les attendra à Ostende dans 10 jours…

La tradition grecque

Samedi (21h), la SIG sera opposée au Panathinaïkos d’Athènes. Vainqueur à six reprises de l’Euroleague, le club grec fait figure de favori pour ce tournoi. La saison écoulée a vu une nouvelle fois le “Pana” truster les premières places dans son pays. Auteur d’une saison régulière de haute volée, il finit premier du classement après n’avoir perdu qu’un seul match… le premier contre l’éternel rival, Olympiacos. C’est ce même rival que les joueurs de la maison verte retrouvèrent en finale des play-offs, pour s’imposer 3-2 et, ainsi, remporter un 15e titre de champion de Grèce en 17 ans, le 34e (!) de son histoire. Cette saison 2013/2014 fut également celle du 8eme doublé de son histoire, puisque le Pana a également remporté sa 15e coupe de Grèce.

L’équipe a connu quelques modifications à l’intersaison mais ne manque pas d’ambition pour autant. Le premier changement notable est le remplacement du coach Fragiskos Alvertis, par un homme bien connu en France : Dusko Ivanovic. L’homme qui avait mené le CSP Limoges au triplé historique en 2000 (championnat, coupe de France et coupe Korac), débarque au pied de l’Acropole après 13 saisons en Espagne à Barcelone et Vitoria. Côté joueurs, le club a conservé un noyau dur de huit éléments avec en tête de liste le génie, Diamantidis, véritable emblème du club, qui va entamer sa 11e année sous le maillot vert et blanc. Le « diamant », comme on le surnomme, a déjà tout gagné (3 Euroleague, 7 championnats et 6 coupes nationale) mais, à 34 ans, il a encore faim et compte bien emmener son équipe une nouvelle fois vers les sommets. Parmi les autres joueurs restés au bercail, on notera Antonis Fotsis. Il est l’un des meilleurs joueurs européens à son poste d’ailier-fort. Excellent défenseur, très présent également au rebond offensif, il fait partie de ces ailiers forts qui aiment s’écarter et tirer à 3 points, et dans son cas, avec une belle réussite (près de 45% en 17 ans de carrière). Par rapport à la saison dernière, exit Ramel Curry, parti à Limoges, Mike Batiste, Roko Ukic ou encore Zach Wright. Le coach a jeté son dévolu sur l’ancien Choletais, Demarcus Nelson, le Chalonnais A.J. Slaughter, l’Uruguayen Esteban Batista ou encore le jeune prodige grec, classé dans le top 15 mondial des joueurs de sa génération, Eleftherios Bochoridis. Nelson arrive de l’Étoile Rouge de Belgrade, dont il fut le premier Américain. Slaughter, tout le monde connaît… 2eme du classement MVP en ProA la saison dernière, derrière Randal Falker, le Chalonnais a éclaboussé de son talent le championnat passé, mais il n’est parvenu pas à éviter l’élimination en quart de finale des play-offs… face à la SIG. Batista est un poste 4 solide et est aussi le premier joueur de son pays à avoir jouer en NBA, durant deux saisons à Atlanta. Enfin, Bochoridis est un jeune combo 1-2 à surveiller comme le lait sur le feu… Il y a fort à parier que le face-à-face entre les Strasbourgeois et les Athéniens promet un beau spectacle grâce au pléthore de stars sur le terrain.

logo-oostende

Maik Zirbes, vu avec Bamberg, renforce désormais la raquette de l'Etoile Rouge de Belgrade.

Le sérieux serbe

Le troisième adversaire du tournoi de Mulhouse, l’Etoile Rouge de Belgrade, est lui aussi un club en pleine préparation de l’Euroleague 2014/15. Le club serbe reste sur une très bonne saison et va participer pour la seconde fois consécutive à la compétition majeure continentale. Vainqueur de la coupe de Serbie, en juin dernier, pour la quatrième fois de son histoire, les Serbes ont aussi brillé en ligue Adriatique lors de la phase régulière. Premiers au classement (24 victoires, 4 défaites), ils perdirent à la surprise générale en demie finale de play-offs contre le Cibona Zagreb, futur vainqueur. Du fait de leur participation à la ligue Adriatique ils intégrèrent le championnat serbe que lors de la phase finale. Second du classement, ils échouèrent en finale des play-offs face au voisin du Partizan de Belgrade dans une série finale qui sentait la poudre, et où les tensions, sur et en dehors du terrain, prenaient parfois le dessus. Une finale à enjeu, entre deux clubs rivaux, deux clubs Serbes de surcroît ne pouvait déboucher que sur des matches très physiques, engagés… « Des finales d’hommes » comme l’a dit Joffrey Lauvergne au soir du titre du Partizan. Et c’est exactement ce à quoi la SIG peut s’attendre face à ce redoutable adversaire. Emmené par le coach Dejan Radonjic, adepte du jeu musclé et d’une défense de fer, l’équipe est constituée de guerriers avant tout !

Dans cette équipe à forte connotation serbe (7 joueurs sur 11 sont des natifs) le danger peut, là encore, venir de partout. Du géant serbe, Boban Marjanovic (2m21 s’il vous plaît !), de l’ancien NBAer Charles Jenkins et de joueurs de devoir comme Jaka Blazic ou Luka Mitrovic. A ce noyau dur, le coach a ajouté des hommes pouvant entrer dans le « moule serbe ». Le plus connu, pour les Strasbourgeois est très certainement Nikola Kalinic, arrivé cet été en provenance du Radnicki Kragujevac. Il avait causé bien des soucis aux SIGmen lors du last32 d’Eurocup la saison dernière. Kalinic sera toutefois absent à Mulhouse puisqu’il rencontre… la France en demi-finale de la Coupe du monde ce vendredi. Un autre joueur, fraîchement débarqué en terre serbe a déjà croisé le fer avec la SIG ; il s’agit de Maik Zirbes, l’ancien intérieur de Bamberg, adversaire de la SIG, Euroleague il y a un an. Physique, percutant, agressif, il a le profil pour cette équipe. Le troisième renfort est l’arrière Marcus Williams. Après quatre années en NBA et une bonne saison à Kuban, il tentera d’être l’un des leaders offensifs de l’équipe. Enfin, le club a fait le pari de signer pour trois ans le jeune prospect, très sollicité cet été, Nemanja Dangubic. Malgré son jeune âge (21 ans), il faisait partie de la présélection serbe pour la coupe du monde. A n’en pas douter, il aura a cœur de montrer que sa réputation n’est pas usurpée.

Autant de raisons de suivre de près ce tournoi exceptionnel dans la région…

Franklin Tellier

Le programme

Vendredi

16h : FC Mulhouse (N1) – GET Vosges (N1)

18h30 : ER Belgrade – Panathinaïkos

21h : SIG – Bayern Munich

Samedi

18h30 : ER Belgrade – Bayern Munich

21h : Panathinaïkos – SIG

Dimanche

15h : Panathinaïkos – Bayern Munich

17h30 : SIG – ER Belgrade