Basket
170623_playoff_finale.jpg
aeroport_strasbourg_1500x450_left.jpg
aeroport_strasbourg_1500x450_right.jpg
BOUTIQUE OFFICIELLE EN LIGNE
Habillez-vous aux couleurs de la #SIGARMY
SIG-ASVEL-30092014-011 Campbell - Traoré
Actualités Une victoire d’équipe

Une victoire d’équipe

Contrairement à l’année dernière, où elle avait été surprise par Nanterre lors de la première journée, la SIG a maîtrisé les débats de bout en bout, dominant Villeurbanne plus nettement que ne l’indique le score (68-58). La différence à l’évaluation collective (86-57) est bien plus révélatrice des débats…

SIG-ASVEL-30092014-006 Dobbins - Lacombe - Dragicevic

Bangaly Fofana plane au-dessus de la défense villeurbannaise (Green, Jean-Charles, Nivins et Lighty, de gauche à droite).

Pierre Vincent, le coach lyonnais, avait avoué avant la rencontre que la fatigue des six matches disputés en 10 jours pesait lourdement dans les jambes de ses joueurs. Elle avait d’ailleurs eu raison dans la journée d’Edwin Jackson qui sur son compte twitter avait annoncé : « Je ne participerais pas au match contre la SIG ce soir pour une douleur au mollet. Mon indisponibilité reste à déterminer ». La rumeur ne tenait pas, pour une fois, de l’intox.

Villeurbanne aura d’ailleurs du mal à entrer dans la partie ne réussissant que deux de ses huit premiers tirs. Seul… David Andersen avait réussi à limiter la casse ! La SIG en avait profité avec Traoré, Dobbins et Leloup (7-2, puis 11-5, 4e’) pour prendre les devants. Mais Collet ouvrait son banc et le jeu s’équilibrait, Taurean Green ramenant l’ASVEL à 13-12. Et c’est avec Jean-Charles, Nivins et aussi Sangaré que les Lyonnais tenaient tête (17-15), avant le « primé » de Diot au buzzer. Traoré (3 sur 3 aux tirs, 2 rebonds, 2 interceptions, 10 d’évaluation) avait laissé sa place à Fofana sous les ovations du Rhenus.

De l’intensité, encore et toujours

La SIG revenait avec de meilleures intentions encore au début de la deuxième période. Et toujours plus d’intensité. Les joueurs se battaient à l’image d’Antoine Diot qui se jetait à corps perdu sur un ballon perdu. Le public appréciait… Et au tableau d’affichage, l’écart grandissait : 28-17, puis 34-21 (17e’).

Mais soudain, la SIG se mit à forcer sans réussite à trois points et même Traoré ne trouvait plus le cercle de près. Nivins (8 pts dans le quart), Green à distance et Lighty réduisaient l’écart : 34-28 puis 36-31 à la mi-temps. En encaissant un 2-10 en trois minutes, la SIG n’avait pas été payée de ses efforts (48-33 à l’évaluation)…

Un gros effort collectif

Pire, à la reprise, l’attaque bredouillait encore et Green puis Bader, oublié dans le corner, sanctionnaient à trois points : 38-37. Tout était à refaire. Mais la SIG repartait à l’assaut, avec beaucoup d’entrain et Traoré puis Diot (les 13 points de l’équipe en 6’30’’) relançaient la mécanique (49-41), obligeant Pierre Vincent à prendre un temps mort. Malheureusement, Lacombe, qui avait gaspillé un caviar de Diot, puis le meneur international lui-même, étaient sanctionnés tour à tour de trois fautes et l’ASVEL se gavait aux lancers-francs… La SIG, à l’inverse, n’en avait tenté que trois, tous réussis, en 30 minutes !

Le match restait tendu comme un arc, d’excellente facture, avec deux équipes qui cherchaient avant tout à trouver des solutions collectives. Mais à ce jeu-là, la SIG avait les meilleurs atouts. Traoré continuait son festival, Campbell défendait le plomb, comme Toupane qui piquait un ballon à Andersen au moment où il armait son tir à trois points… Et quand Fofana fracassait le alley-oop offert par Campbell, la victoire se dessinait lentement : 59-47 (33e’).

L’ASVEL ne renonçait pas à l’image de Sy (59-50), mais Campbell avait revêtu la cape de Zorro : 64-52, puis 68--52. Et surtout, toute l’équipe strasbourgeoise, à l’unisson, ne relâchait les efforts en défense, contenant le potentiel offensif de Villeurbanne à sept petits points en 8’30’’.

A l’arrivée, malgré trois interceptions de Livio Jean-Charles, c’est avec une belle victoire d’équipe que la SIG entamait l’exercice 2014/2015. Elle avait surtout montré à l’un des favoris désignés, qu’il faudrait compter avec elle cette saison…

Jean-Claude Frey

Le match en vitesse

SIG – LYON-VILLEURBANNE . Rhenus Sport. 3 625 spectateurs Arbitres : MM. Difallah, Mateus et Thepenier.

Les périodes : 20-15, 16-16 (mi-temps : 36-31), 17-14 (53-45), 15-13.

Les statistiques

Les réactions

Vincent Collet : "L'essentiel a été préservé mais on ne doit pas se permettre le relâchement de fin de match dans la perspective du panier-average. La fatigue et l'absence d'Edwin Jackson ont fait que l'ASVEL a manqué de rythme par rapport à la semaine passée. Mais on en a profité mais pas suffisamment. Je suis très content de l'investissement des deux côtés du terrain, et même en attaque où nous avons été très mobiles. Dommage que nous n'ayons pas concrétisé certaines actions. Nous avons aussi été très présents en défense. Ce qui m'a fait plaisir, c'est l'engagement d'Ali sur le plan défensif. Il a fait beaucoup d'efforts. En attaque, on sait qu'il a une vraie main, deux même puisqu'il est ambidextre..."

Antoine Diot : "On est très content pour plusieurs raisons. La victoire d'abord, mais aussi parce qu'on a progressé dans la manière de jouer. Dommage que nous n'ayons pas été assez consistants par périodes en les laissant dans le match. On s'est aussi bien passé le ballon et on a contrôlé le rebond".

Pierre Vincent : "Ils ont bien défendu, avec intensité, et ont neutralisé notre potentiel offensif en partie diminué par l'absence d'Edwin.  A la fin, nous étions encore dans le coup mais on a voulu trouvé des solutions rapidement à trois points. On a manqué de patience. On a tout de même réussi à protéger au maximum le panier-average. Un moindre mal en quelque sorte".

Yohan Sangaré : "C'était notre 6e match en 10 jours. C'est très dur avec une rotation de moins. Ils se sont bien adaptés à notre pick'n'roll par rapport au match d'Ostende. On n'a inscrit que 58 points et je crois qu'on ne les a pas assez attaqués. Peut-être qu'on s'est trop passé le ballon".

Espoirs

SIG – ASVEL 73-62